Petite réflexion sur la crise sanitaire qui secoue le pays

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Petite réflexion sur la crise sanitaire qui secoue le pays

Publié le 11/11/2020 à 17:09 - Mise à jour à 17:12
Cleo Robertson
PARTAGER :

Auteur(s): Un citoyen anonyme pour FranceSoir

-A +A

Je rappelle, que je n’ai aucun lien d’intérêt avec quiconque, je ne suis pas expert en quoi que ce soit et décisionnaire en rien du tout. Je suis juste en bas de l’échelle, je suis un moins que rien, un sans dent de la « France d’en Bas », ces gens qui subissent de plein fouet les mesures prises au nom de la « santé ».

Je ne m’intéressais que très peu à la chose médicale, mais le temps qui m’a été « gracieusement » offert lors du confinement et qui m’est donné de nouveau durant ce reconfinement m’a permis de chercher à essayer de comprendre et de m’intéresser au domaine scientifique et médical.

Dans cette crise, pour bien conduire sa raison, il faut chercher la vérité dans les sciences, qu’elles soient de l’ordre de la médecine et de la communication

 

Le point de départ pour s’y retrouver c’est le bon sens.

Qu’est-ce que le bon sens ? C’est la capacité à distinguer le vrai du faux – autrement dit, le bon sens équivaut à la raison.  Tout le monde a naturellement cette capacité ; Le bon sens est la chose au monde la mieux partagée sauf dans certains milieux élitistes semble-t-il.

Règles à suivre pour éclairer notre questionnement : essayer de passer toutes les choses en revue afin de ne rien omettre.

  • Analyser chaque information rencontrée afin de mieux les examiner et les comprendre.
  • Ne recevoir aucune information pour vraie tant que l’esprit ne l'aura clairement et distinctement assimilée.

Pour le bon sens et la méthode, il est bon de pouvoir examiner toutes les théories, même les plus superstitieuses et les plus fallacieuses, les plus farfelues, afin de connaître leur juste valeur et se garder d’en être trompé.

Pour m’émanciper des a priori, car la science et la sagesse sont intimement liées, j’ai parcouru tout ce qui m’est « tombé sous la main », de multiples publications, qu’elles soient médiatiques, thématiques, ou scientifiques, afin de me forger une idée sur la réalité de la crise que nous subissons.

« Sitôt ces quelques notions générales touchant la science médicinale, acquises, il est possible de trouver quelque moyen qui rende communément les personnes plus sages et plus habiles, je crois que c’est dans la médecine qu’on doit le chercher. »

A l’analyse de ces multiples documents audios ou manuscrits, édités, j’ai pu repérer deux catégories de personnages intervenant couramment dans les médias :
1. Ceux qui ont confiance en leurs capacités et leurs connaissances, et réfléchissent vite, voir même très vite pour certains, vous les reconnaîtrez.
2. Ceux qui, se retranchent derrière la majorité bienpensante, navigant à vue au gré de l’opinion, préférant suivre les autorités (auxquels ils font confiance), ils se reconnaîtront.

 

Ne jamais recevoir une chose comme vraie

Parlons tout d’abord des masques, que n’avons-nous pas entendu sur le port du masque ?

Je vous l’avoue, en mars au plus fort de l’épidémie, ici nous nous sommes fabriqué un masque sommaire, tant le virus inconnu nous inquiétait. A ce moment, cela nous rassurait plus qu’il nous protégeait.

Pourtant le gouvernement s’employait à nous dire qu’il était inutile de porter un masque Le premier ministre précédent a dit, devant la commission d’enquête, je cite :

« Les décisions premières étaient ainsi prises parce que c’était la doctrine du moment ».

Donc ce n’est pas la connaissance ni la science qui guide les actes de nos gouvernants, mais une doctrine, cela semble inquiétant.

 

Aujourd’hui, le port du masque est devenu obligatoire. La contamination, étant principalement manu portée, c’est un fait scientifique, reconnus par toutes et tous les scientifiques, pourquoi une telle décision, la question se pose ?

Que le port du masque soit conseillé dans les milieux clos, cela peut se concevoir, mais en extérieur pourquoi ?

Sachant que le discours officiel, invite les gens à aérer les maisons en ouvrant les fenêtres,(nos parents et grands-parents le faisait déjà, ce n’est pas une découverte) pour se parer d’une présence du virus, nous comprenons que l’air venant de l’extérieur n’est pas contaminé, donc pourquoi le masque en extérieur cela laisse perplexe !

 

De plus, étant une personne à risque, tel que défini par les autorités médicales, je m’approvisionne en masque à la pharmacie. Voici ce qui est écrit sur la boite de masque fournie en pharmacie, provenant des stocks d’état ! Je ne l’invente pas!

« Le masque n'élimine pas le risque de contracter une maladie ou une infection Ne pas utiliser et entretenir correctement ce produit peut entraîner des maladies ou même la mort.

Les masques chirurgicaux à usage unique sont destinés à être utilisés par le personnel de santé dans une salle d'opération ou dans d'autres milieux médicaux »

Autrement dit ces masques sont à utiliser dans certaines conditions spécifiques.

Une dernière remarque, pourquoi tant de « boutons » sur la peau depuis le port du masque ?  Sachant que la peau est une barrière ultra protectrice naturelle, si elle se trouve ainsi infectée, comment les tissus intérieurs  de notre corps réagissent-ils, cela m’inquiète fortement ?  

Ultime remarque, pourquoi les journalistes de la télé n’en portent pas, alors qu’on va l’imposer aux enfants à partir de 6 ans. 

A chacun d’en tirer les conclusions qui s’imposent, sur l’efficacité des masques. A ce jour la seule vérité, c’est que  le masque protège sûrement, mais presque exclusivement d’une amende à 135 €

 

La règle d’évidence ne pas se contenter de la vraisemblance ou de la probabilité

Parlons maintenant du confinement ; aussi loin que l’histoire nous le rappelle, lors des épidémies survenues au cours des siècles, jamais une population, non malade, n’a été confinée. 

Qu’ont fait les autorités du pays, ils ont confiné totalement les gens, bilan, une catastrophe économique, qui va mener les gens dans une profonde misère, cela se voit déjà autour de vous.

Le constat que nous pouvons faire,  « c’est que le confinement n’a en aucun cas empêché le virus de se propager partout. »

Il est vrai que lorsque gouvernement a ordonné le confinement, de concert nous avons pu voir rapporté sur certains médias, les familles les plus aisées fuyant les zones ou le virus sévissait, qui comme lors de la débâcle en 1940, fuyaient les zones à risques, vers les campagnes françaises, apportant ainsi le virus là où il ne sévissait pas encore. A ce moment le chant du coq, les clochers des églises, ou les odeurs de la campagne, ne dérangeaient plus ces citadins aisés.

Maintenant le gouvernement nous reconfine, et déjà les premiers cas apparaissent. Non pas des cas de malades, mais des gens de la « France d’en Bas » qui sont condamnés à perdre leur emploi  qui les faisait vivre.

Durant ce second confinement, certaines catégories peuvent travailler, d’autre non, pourquoi ?

La misère gagne du terrain, pendant que les milliardaires amis du pouvoir voient leur fortune augmenter, il y a là un vrai problème de société.

Le monde est devenu fou, ou en passe de l’être.  La doctrine du gouvernement serait « métro boulot dodo ». En d’autres temps les gens sont allés dans la rue pour se battre contre cela

Rappelons les paroles du ministre de la Santé qui a dit le 9 mars, je cite :

« C'est le confinement qui provoque la circulation du virus »,  si si c’est vrai regardez les replays sur internet.

Alors là je ne comprends plus : l’incohérence de ce gouvernement est une montagne d’arrogance et de mépris envers les gens qui galèrent depuis la gestion catastrophique de cette crise.

 

Une désorganisation bien orchestrée

Concernant la saturation des urgences, c’est malheureusement le résultat de la destruction de l’hôpital public depuis Maastricht, qui s’amplifie sous le règne de Jupiter. 

Cela n’a rien à voir avec le virus, c’est une situation dénoncée depuis des années par les personnels de l’hôpital public. Cela se produit chaque fois durant la saison hivernale, par manque de moyens, suite à la suppression des lits dans les hôpitaux par les gouvernements successifs.

Rappelez-vous les dernières manifestations des blouses blanches, ou la seule réponse du gouvernement fut l’emploi la force brutale et le matraquage en règle des soignants qui hurlaient leur désespoir.

Je salue le courage de quelques journalistes qui osent affronter la parole officielle en mettant en avant les contradictions de ce gouvernement.

Au contraire, certains grands médias français ne font qu’amplifier la crise, semant la peur dans tous les foyers.

Pourquoi lors de l'interview du président, aucun des 2 journalistes présents n’a demandé si le fait de mettre un grand nombre de personnes dans la précarité et ruiner l’économie française ne le gênait pas.

 

Un espoir est plus bénéfique qu’une fausse promesse

Le chef de l’Etat ne cesse de parler de situation de guerre. Ou donc voit-il un ennemi ?

Les virus font partie de la nature, ils vont et viennent comme ils veulent, point de frontière

 

Pourquoi si nous sommes en lutte, plutôt désarmée,  contre cet ennemi invisible, le gouvernement se prive d’un des fleurons de France, l’IHU de Marseille.  Si l’IHU a à sa tête un scientifique de renommée mondiale, il n’est pas seul. C’est une équipe, des moyens et du personnel compétent qui forment cette unité sans pareil en France

Pourquoi le protocole de l’IHU à base d’hydroxychloroquine, n’est-il pas mis en avant ? Certains scientifiques prétendent qu’il ne serait pas efficace !  Mais curieusement ces mêmes scientifiques hostiles  ont des liens d’intérêts avec de puissants laboratoires, qui semble-t-il,  voudraient vendre très cher des remèdes qui à ce jour se révèlent inefficaces, voire même très dangereux pour la santé.

Je ne suis pas un scientifique, mais ce que je constate, c’est que des personnalités qu’elles soient scientifiques, politiques, du monde du spectacle, ou journalistiques, ont selon leurs propres dires fait appel au « druide Marseillais » pour se soigner de ce virus !

Étonnant pour un remède qui ne marche pas !

Pourquoi eux ? Pourquoi les élites ? Pourquoi la « France d’en Bas » n’y a pas droit ?

Le ministre de la Santé, et le gouvernement se serait basé sur une étude foireuse d’un grand journal de la médecine pour justifier leur décision concernant cette « potion » Or il s’est avéré que cette étude, fut menée par des pieds nickelés de la médecine et qu’elle a depuis était retirée. Mais le ministre de la Santé, ne revient pas sur sa décision, et nous entraîne vers des abîmes sans fond.

Le protocole de l’IHU (Institut Hospitalier Universitaire) ne serait pas assez rentable pour les labos ? La médecine aujourd’hui ne serait donc plus qu’une affaire de gros sous ?

 

Quelles conclusions pouvons-nous émettre

Le but de la médecine c’est de soigner les gens, avec les moyens existants, pas de faire des essais, pour enrichir quelques-uns.  Il est écrit en devise du bulletin d'information scientifique de l'IHU : Nous avons le droit d'être intelligents.

Alors mesdames et messieurs du gouvernement permettez aussi à la France d’en Bas d’être aussi intelligente, qualité qui semble aujourd’hui vous faire défaut ! Ces journalistes qui chaque jour sèment la terreur et la peur dans tous les foyers de France et de Navarre, sont une honte pour la profession, et montre la fracture sociale entre l’élite dirigeante et la « France d’en Bas » qui crève de leurs forfaitures.

Du jupitérien président, l’histoire retiendra une année un mois, « octobre rouge », le moment où il décida d’emmener la France laborieuse qui se lève tôt le matin vers une misère annoncée C’est ainsi que les manuels futurs rapporteront ce qu’il se passait en ce mois d’octobre 2020.

Combien de personnes perdront leurs emplois, d’autres perdront tout, combien  y laisseront jusqu’à leur  vie, ces journées simples des gens ordinaires, qui ne demandent qu’à vivre dignement ?

 

La démocratie est basée sur la confiance, elle a aujourd’hui disparu.

Le pays s’enfonce et se dirige vers des heures très sombres, rappelant la débâcle de 1940.  La différence, c’est que l’ennemi d’aujourd’hui est à la tête de l’état, dont les actes semblent dictés par le libéralisme à outrance qui appauvrit les gens pour les plus grands bénéfices des amis milliardaires du jupitérien président.  Les responsables, pourraient être nos chers, très chers, trop chers députés qui ont abandonné le contrôle du gouvernement en votant l’état d’urgence qui donne les pleins pouvoir à quelques individus dont personne ne connaît les intentions premières.

Souvenez-vous de leurs noms aux prochaines élections, si elles ont lieu, aucun d’eux ne devra plus jamais être réélus.

Mais les vrais responsables de la situation, ce sont les gens comme vous et moi, qui laissons cette infamie s’abattre sur notre pays, ou les droits de l’humain sont en train de disparaître pour le seul profit de quelques-uns.  Chacun se croit intouchable, à l’abri, de la crise sociale qui s’annonce. Mais lorsque votre voisin sera à son tour touché par le chômage et la misère comment réagirez-vous ?

Que ferez-vous lorsque votre tour viendra, car il viendra ne vous y trompez pas, les destructions d’emploi, provoqueront une baisse des cotisations sociales, qui engendreront une baisse des aides sociale, une baisse des pensions de retraite, du chômage de masse non rémunéré.

La première structure sociale à subir le contre coup sera la sécurité sociale, qui voit ses comptes plonger dans le rouge, pouvant mener à sa perte.

Octobre rouge sera la signature du jupitérien destructeur de l’Etat français qui disparaîtra si nous le laissons faire.  Certes, nous avons toutes et tous peur de manifester par crainte de perdre une main ou un œil, chose qui semble ordinaire et justifié selon les autorités et leurs médias aux ordres.

Mais si nous laissons faire c’est la liberté que nous perdrons à jamais.

 

En attendant de se retrouver sur les chemins de la résistance à l’outrancier manipulateur, si chacune et chacun écrivait aux députés en marche vers le néant, que plus jamais elle ou il ne donnera son vote à ces faiseurs de misère ce serait un début.

Nous en avons le droit, nous en avons le devoir, pour que les générations futures naissent dans un pays ou liberté, égalité, fraternité aura encore une signification.

A votre tour prenez la plume et écrivez que jamais vous ne renoncerez de vivre Dites leurs que la liste noire des marcheurs de l’infamie, nous donnera les noms pour qui nous ne voterons plus

Une autre action, coupez la télé, ouvrez vos fenêtres, parlez à vos voisins, échangez des idées pour retrouver le goût de la solidarité et l’envie de vivre. Ne sortons pas avec le masque de la peur, et retrouvons les sourires qui donnent du baume au cœur.

Je joins à cette expression de mon ressenti, la copie de la lettre envoyée à l'Assemblée nationale, ci-dessous, ainsi que quelques liens intéressants pour le suivi de la crise sanitaire.

 

Lettre adressée  à l’Assemblée nationale, et en copie à certains médias qui font honneur dans cette crise à la profession de journalisme (Assemblée nationale - 126 Rue de l'Université, 75355 Paris 07)

Mesdames, messieurs les députés en marche contre les gens, 

Par la présente permettez-moi de vous exprimer mon mécontentement quant à votre implication dans le suivi chaotique de la gestion de la crise sanitaire que nous subissons.

Au-delà même de vos orientations politiques, vous avez trahit les institutions de la république en votant majoritairement, soit par votre présence et beaucoup par votre absence, la loi d’urgence sanitaire, abandonnant le contrôle du gouvernement qui vous incombait, en donnant les pleins pouvoir à un petit groupe d’individus dont nous ne connaissons pas les intentions réelles.

Devant cette forfaiture, et compte tenu de vos propos et vos soutiens sans faille à cette politique de destructions sociale et économique du pays, je vous adresse le serment suivant :

  • J’ai édité la liste complète des députés en marche contre la France, je veillerai à chaque élection, s’il en est encore, à ce qu’aucun des personnages présents sur cette liste n’ai mon vote.
  • Je garderai cette liste précieusement aussi longtemps que je participerai aux élections pour qu’une telle infamie ne se renouvelle pas.
  • Ce n’est pas une revanche politique mais une justification salutaire pour que notre beau pays redevienne le pays des lumières et des droits de l’homme et de la femme bien sur.
  • Une dernière remarque, je ne salue que les personnes respectables.
  • A mes yeux vous avez perdu tout sens de l’honneur et ne méritez plus notre politesse.

Je ne vous salue donc plus.

Un citoyen anonyme

 

Nota bene - liste des députés en marche vers l’abîme

http://www2.assemblee-nationale.fr/15/les-groupes-politiques/groupe-la-republique-en-marche

Groupe La République en Marche

Composition au 4 novembre 2020

A (13) : Mme Caroline Abadie, M. Damien Adam, M. Lénaïck Adam, M. Saïd Ahamada, M. Éric Alauzet, Mme Ramlati Ali, Mme Aude Amadou, M. Patrice Anato, M. Pieyre-Alexandre Anglade, M. Jean-Philippe Ardouin, M. Christophe Arend, Mme Stéphanie Atger, Mme Laetitia Avia

B (29) : M. Florian Bachelier, M. Didier Baichère, Mme Françoise Ballet-Blu, M. Frédéric Barbier, M. Xavier Batut, Mme Sophie Beaudouin-Hubiere, M. Belkhir Belhaddad, Mme Aurore Bergé, M. Hervé Berville, M. Grégory Besson-Moreau, Mme Barbara Bessot Ballot, Mme Anne Blanc, M. Yves Blein, M. Pascal Bois, M. Bruno Bonnell, Mme Aude Bono-Vandorme, M. Julien Borowczyk, M. Éric Bothorel, Mme Claire Bouchet, M. Florent Boudié, M. Bertrand Bouyx, Mme Pascale Boyer, Mme Yaël Braun-Pivet, M. Jean-Jacques Bridey, Mme Anne Brugnera, Mme Danielle Brulebois, Mme Anne-France Brunet, M. Stéphane Buchou, Mme Carole Bureau-Bonnard,

C (23) : M. Pierre Cabaré, Mme Céline Calvez, M. Christophe Castaner (Président du), Mme Anne-Laure Cattelot, M. Lionel Causse, Mme Danièle Cazarian, Mme Samantha Cazebonne, M. Jean-René Cazeneuve, M. Sébastien Cazenove, M. Anthony Cellier, Mme Émilie Chalas, M. Philippe Chalumeau, Mme Sylvie Charrière, Mme Fannette Charvier, M. Philippe Chassaing, M. Francis Chouat (Apparenté au), M. Stéphane Claireaux, Mme Mireille Clapot, Mme Christine Cloarec-Le Nabour, M. Jean-Charles Colas-Roy, Mme Fabienne Colboc, M. François Cormier-Bouligeon, Mme Bérangère Couillard

D (21) : M. Dominique Da Silva, M. Olivier Damaisin, M. Yves Daniel, Mme Dominique David, Mme Typhanie Degois, M. Marc Delatte, Mme Cécile Delpirou, M. Michel Delpon, M. Nicolas Démoulin, M. Frédéric Descrozaille, M. Christophe Di Pompeo, M. Benjamin Dirx, Mme Stéphanie Do, M. Loïc Dombreval, Mme Jacqueline Dubois, Mme Christelle Dubos, Mme Coralie Dubost, Mme Nicole Dubré-Chirat, Mme Audrey Dufeu, Mme Françoise Dumas, Mme Stella Dupont

E (2) : M. Jean-François Eliaou, Mme Sophie Errante, F (7) : Mme Catherine Fabre, Mme Valéria Faure-Muntian, M. Jean-Michel Fauvergue, M. Richard Ferrand, M. Jean-Marie Fiévet, M. Alexandre Freschi, M. Jean-Luc Fugit

G (18) : Mme Camille Galliard-Minier, M. Raphaël Gauvain, Mme Laurence Gayte, Mme Anne Genetet, M. Raphaël Gérard, Mme Séverine Gipson, M. Éric Girardin, Mme Olga Givernet, Mme Valérie Gomez-Bassac, M. Guillaume Gouffier-Cha, M. Fabien Gouttefarde, Mme Carole Grandjean, Mme Florence Granjus, M. Romain Grau, M. Benjamin Griveaux, Mme Émilie Guerel, M. Stanislas Guerini, Mme Marie Guévenoux

H (7) : Mme Véronique Hammerer, M. Yannick Haury, Mme Christine Hennion, M. Pierre Henriet, Mme Danièle Hérin, M. Alexandre Holroyd, M. Sacha Houlié

I (1) : Mme Monique Iborra

J (3) : M. Jean-Michel Jacques, Mme Caroline Janvier, M. François Jolivet

K (10) : Mme Catherine Kamowski, M. Guillaume Kasbarian, Mme Stéphanie Kerbarh, M. Yannick Kerlogot, M. Loïc Kervran, Mme Fadila Khattabi, Mme Anissa Khedher, M. Rodrigue Kokouendo, M. Jacques Krabal, Mme Sonia Krimi

L (26) : M. Mustapha Laabid, M. Daniel Labaronne, Mme Amélia Lakrafi, Mme Anne-Christine Lang, Mme Frédérique Lardet, M. Michel Lauzzana, Mme Célia de Lavergne, Mme Fiona Lazaar, M. Gaël Le Bohec, Mme Sandrine Le Feur, M. Didier Le Gac, M. Gilles Le Gendre, Mme Annaïg Le Meur, Mme Nicole Le Peih, M. Fabrice Le Vigoureux, Mme Marie Lebec, M. Jean-Claude Leclabart, Mme Charlotte Lecocq, Mme Martine Leguille-Balloy, M. Christophe Lejeune, Mme Marion Lenne, M. Roland Lescure, Mme Monique Limon, M. Richard Lioger, Mme Brigitte Liso, Mme Alexandra Louis

M (28) : Mme Marie-Ange Magne, M. Mounir Mahjoubi, M. Sylvain Maillard, Mme Laurence Maillart-Méhaignerie, M. Jacques Maire, Mme Jacqueline Maquet, M. Jacques Marilossian, Mme Sandra Marsaud, M. Didier Martin, M. Denis Masséglia, M. Fabien Matras, Mme Sereine Mauborgne, M. Stéphane Mazars, M. Jean François Mbaye, Mme Graziella Melchior, M. Ludovic Mendes, M. Thomas Mesnier, Mme Marjolaine Meynier-Millefert, Mme Monica Michel, M. Thierry Michels, Mme Patricia Mirallès, M. Jean-Michel Mis, Mme Sandrine Mörch, M. Jean-Baptiste Moreau, Mme Florence Morlighem (Apparentée au), Mme Cendra Motin, Mme Naïma Moutchou, Mme Cécile Muschotti

N (1) : M. Mickaël Nogal

O (3) : Mme Claire O'Petit, Mme Valérie Oppelt, Mme Catherine Osson

P (21) : M. Xavier Paluszkiewicz, Mme Sophie Panonacle, M. Didier Paris, Mme Zivka Park, M. Hervé Pellois, M. Alain Perea, M. Patrice Perrot, M. Pierre Person, Mme Anne-Laurence Petel, Mme Bénédicte Peyrol, Mme Michèle Peyron, M. Damien Pichereau, Mme Béatrice Piron, Mme Claire Pitollat, Mme Brune Poirson, M. Jean-Pierre Pont, M. Jean-François Portarrieu, M. Éric Poulliat, Mme Natalia Pouzyreff, Mme Florence Provendier, Mme Bénédicte Pételle

Q (1) : M. Bruno Questel

R (19) : Mme Cathy Racon-Bouzon, M. Pierre-Alain Raphan, Mme Isabelle Rauch, M. Rémy Rebeyrotte, M. Hugues Renson, Mme Cécile Rilhac, Mme Véronique Riotton, Mme Stéphanie Rist, Mme Marie-Pierre Rixain, Mme Mireille Robert, Mme Laëtitia Romeiro Dias, Mme Muriel Roques-Etienne, M. Xavier Roseren, Mme Laurianne Rossi, M. Gwendal Rouillard, M. Cédric Roussel, M. Thomas Rudigoz, M. François de Rugy, M. Pacôme Rupin

S (11) : M. Laurent Saint-Martin, Mme Laetitia Saint-Paul, Mme Nathalie Sarles, M. Jean-Bernard Sempastous, M. Olivier Serva, Mme Marie Silin, M. Thierry Solère, M. Denis Sommer, M. Bertrand Sorre, M. Bruno Studer, Mme Sira Sylla

T (16) : Mme Marie Tamarelle-Verhaeghe, M. Buon Tan, Mme Liliana Tanguy, M. Sylvain Templier, M. Jean Terlier, M. Stéphane Testé, M. Vincent Thiébaut, Mme Valérie Thomas, Mme Alice Thourot, Mme Huguette Tiegna, M. Jean-Louis Touraine, M. Alain Tourret, Mme Élisabeth Toutut-Picard, M. Stéphane Travert, Mme Nicole Trisse, M. Stéphane Trompille

V (8) : Mme Alexandra Valetta Ardisson, Mme Laurence Vanceunebrock, M. Pierre Venteau, Mme Marie-Christine Verdier-Jouclas, Mme Annie Vidal, M. Patrick Vignal, Mme Corinne Vignon, M. Guillaume Vuilletet

Z (3) : Mme Hélène Zannier, Mme Souad Zitouni, M. Jean-Marc Zulesi

 

LIEN(S) INTERNET DE LA PAGE (DES PAGES) CONCERNEE(S):

Voici quelques exemples de liens intéressants à suivre :

 

COVID-19 – France (organisme officiel)

GEODES Santé Publique France (organisme officiel)

IHU Méditerranée-Infection (Bulletin d'information scientifique de l'IHU - Nous avons le droit d'être intelligents ! Pr Didier Raoult)

COVID-19 Dashboard by the Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University (JHU)

COVID-19 Coronavirus Pandemic

Transparence du lobbying des industries de santé (organisme officiel)

 

 

 

Auteur(s): Un citoyen anonyme pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Petite réflexions sur la crise sanitaire qui secoue le pays

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-