La mort de la vérité

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

La mort de la vérité

Publié le 19/10/2020 à 11:51
Credit photo : Arek Socha de Pixabay
PARTAGER :

Auteur(s): Benoît Turcat pour FranceSoir

-A +A

 Ou le retour des sibylles ?

« Hell is empty, all the devils are here » L’Enfer est vide, tous les démons sont ici. Shakespeare, La Tempête.

Voyageurs involontaires d’un périple aux confins du monde, notre vaisseau pris dans la tempête nous emporte vers des rives inconnues.

Ce mystérieux itinéraire nous inspire foule de sentiments, d’analyses et de réflexions.

Le voyage d’introspection nous emmène naturellement vers une meilleure connaissance de nous-mêmes à l’image de la célèbre maxime delphique. Les entrailles de nos consciences nous révèlent des pensées et des comportements inattendus, nos craintes et nos désirs, nos anxiétés et nos replis, nos élans de compassion et de solidarité. Certains élargissent notre univers sensible, d’autres le restreignent.

De nouveaux choix s’imposent alors ainsi que nous le suggère l’étymologie de cette"κρισις".

Au-delà de nous-mêmes, nous scrutons les sociétés, les grands enjeux sociaux et politiques, scientifiques et économiques, l’extrême profusion de fausses et parfois vraies nouvelles.

S’il semblait légitime, au premier abord, d’envisager que nous partagions tous un ennemi commun, très vite se sont levées les voiles d’autres batailles aux champs divers, d’autres enjeux dont les mystères s’entrecroisent à l’infini.

Ainsi, au regard du monde, ces batailles que nous livrons envers nous-mêmes semblent parfois dérisoires au regard de celles que nous offre le monde extérieur.

Les complots sont en effervescence, le tonnerre des menaces gronde, les guerres collatérales se dessinent, les intérêts se dissimulent.

Les solidarités, feintes ou véritables, nous confondent.

Les démons s’activent.

Plus que jamais, cet effondrement de la vérité, de cette si fragile vérité, nous rappelle le mot de Talleyrand, « La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée ».

Comme si ces troubles scénarios n’étaient pas suffisants, les guerres scientifiques s’exacerbent.

Un autre drame se joue à l’intérieur du drame, celui du spectacle consternant des joutes impitoyables entre savants autorisés, de la cacophonie entre détenteurs de la vérité.

Ainsi, la science, notre refuge ultime, sombre-t-elle à son tour.

Nous sommes bien éloignés de cette « concordance de l’activité scientifique avec le monde extérieur réel » que S. Freud appelait « vérité ».

Face aux démons qui nous entourent, il est temps grand temps d’abandonner les certitudes et d’en appeler aux convictions.

Certains font appel à leur foi alors que d’autres confient leur destin à la mantique ou autres prophéties.

Ainsi réapparaissent les quatrains de Nostradamus, si souvent évoqués, qui prédisent avec talent ce qui s’est déjà passé.

En d’autres temps, on aurait volontiers fait appel aux oracles et sibylles.

Des personnages tout à fait honorables y ont eu recours. Ainsi, Socrate consultait Delphes par le truchement de son ami Chéréphon.

Quant aux sybilles, Tarquin le Superbe en connaissait les talents puisque, pour l’inspirer dans la conduite de l’Etat lors de circonstances difficiles, il avait acquis les fameux Livres Sibyllins qui eurent une belle carrière et furent régulièrement consultés durant la République.

On imagine aussi le désarroi d’Enée lorsque, conduit aux Enfers par la Sybille de Cumes, il y retrouva Didon puis y découvrit des innocents, des héros et des ombres victimes de leurs passions.

Shakespeare nous le confirme, les démons sont bien parmi nous et peut-être en nous-mêmes.

L’ambiguïté des prophéties est demeurée célèbre. Crésus, roi de Lydie, en fit la triste expérience en perdant son empire. Il avait mal interprété la Pythie qui prédisait que s’il attaquait les Perses, il détruirait un grand empire. Il comprit trop tard qu’il s’agissait du sien !

Pyrrhus, parmi d’autres fut également victime de ces ambiguïtés dans sa guerre contre les Romains.

Et puis, lorsque l’oracle commettait l’imprudence d’être trop précis, cela n’avait guère d’importance.

Ainsi, malgré le contenu peu engageant des oracles concernant l’issue des guerres médiques, les Grecs passèrent outre et l’emportèrent à Salamine. Cette extraordinaire victoire fut pourtant suivie, lors d’une immense ferveur populaire, de magnifiques offrandes à Apollon dans le sanctuaire de Delphes.

Tout indique alors, et l’Histoire en foisonne d’exemples, que la vérité ne forge pas les croyances mais que les croyances sont antérieures à la vérité.

Proust nous le précise :

« Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances, ils n’ont pas fait naître celles-ci, ils ne les détruisent pas; ils peuvent leur infliger les plus constants démentis sans les affaiblir… ». Du côté de chez Swann.

Cette bien triste année qui s’achève pourra être invoquée comme celle de la mort de la vérité, cette vérité qui concerne chacun d’entre nous.

Elle aura également révélé l’érosion de nos croyances et de nos confiances.

Ainsi, l’irrationnel, si nécessaire aux grands équilibres sociaux, pourrait bien retrouver sa place sous des formes inattendues. En attendant, « Carpe diem… ».

 

Benoit Turcat est Avocat international

Auteur(s): Benoît Turcat pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


La mort de la vérité

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-