Chronique N°98 – "Le sous-variant BA.5 d’Omicron a fait au moins une victime: le Tour de France"

Auteur(s)
François Pesty, pour FranceSoir
Publié le 02 août 2022 - 10:50
Image
Tour de France chronique Pesty
Crédits
AFP / DR
AFP / DR

CHRONIQUE — Une analyse à froid, un peu ironique, de la gestion covidienne du Tour de France masculin.

Le 30 juin 2022, veille du départ du Tour de France donné à Copenhague, le coureur Bryan Coquard, devait renoncer à prendre le départ. Testé positif au covid, il déclarait au journal Ouest-France : « J’étais trop contagieux, ça aurait pu faire un cluster… » (ici). Selon le journal, le coureur de la Cofidis était dégoutté, car il était totalement asymptomatique.

Nous sommes le 10 juillet 2022, une onde de choc (c’est le cas de le dire) venait de se produire sur le Tour de France et France Info, bien sûr, n’allait pas en perdre une miette. Pour retrouver cette saga médiatique, ouvrez le fichier audio intégral.

Martin Schock : « Dans un quart d’heure, le départ de la neuvième étape du Tour de France, avec ce coup de tonnerre, le forfait de Guillaume Martin, le coureur de l’équipe Cofidis, testé positif au covid-19. L’étape du jour, 193 km à parcourir entre la Suisse et la Haute-Savoie ».

Edouard Marguier : « Le covid se répand donc dans le peloton du Tour de France. Troisième abandon depuis le départ. C’est l’information de cette mi-journée. Guillaume Martin est obligé de poser le pied à terre. Fanny Lechevestrier, bonjour ».

Fanny Lechevestrier : « Bonjour à tous ».

Edouard Marguier : « L’un de nos envoyés spéciaux sur la grande boucle. Fanny, le leader de la Cofidis a été testé positif ».

« Oui, il a eu des maux de gorge hier. Résultat, son équipe de la Cofidis a pratiqué deux tests antigéniques dans la journée de samedi. Ils se sont révélés tous les deux positifs. Ce matin, ils ont prévenu l’Union Cycliste Internationale et ASO, l’organisation du Tour de France, comme le veut la procédure. Et là, en urgence, on a pratiqué un nouveau test, PCR cette fois-ci, ce matin avant le départ, et malheureusement les résultats sont tombés. La charge virale est trop importante. C’est un énorme coup dur pour Guillaume Martin qui restait sur une incroyable série de 362 jours de course sans le moindre abandon. Il était 14ème du classement général, il visait une victoire d’étape sur ce Tour de France 2022. La route s’arrête ici à Aigle pour lui en Suisse ».

Edouard Marguier : « Et c’est un coup dur pour la formation française de la Cofidis. Guillaume Martin, donc obligé d’abandonner. Il souffrait, vous nous l’avez dit, Fanny Lechevestrier, de légers symptômes. On l’écoute, toujours philosophe, le coureur ».

Guillaume Martin : « Tout allait bien jusque-là. J’avais évité les chutes, cette première semaine de Tour qui était la, enfin, la plus désagréable pour moi. Donc, j’arrivais enfin sur un terrain où j’allais, je savais que j’allais me faire plaisir. Et, euh, et puis ben donc, la situation actuelle en a décidé autrement. J’avais un très léger mal de gorge. Mais, vraiment, comme j’ai, 25 fois par an [1]. Je suis assez fragile de la gorge ».

[1] Ben, il exagère peut-être un peu, mais, c’est un rhume. Pas de quoi fouetter un chat !

Guillaume Martin qui poursuit son propos : « Donc, euh, ben de manière un peu consciencieuse, j’ai été demander au médecin de me pratiquer un test antigénique, et bien m’en a pris, parce qu’il s’est révélé positif. Et c’est vrai que j’étais. Enfin, pour moi c’était vraiment un test de contrôle pour me rassurer. Et, euh, dans un sens heureusement qu’on l’a appris à temps, et que, si ça peut permettre de ne pas avoir contaminé le reste de l’équipe. Euh, mais forcément, bah, euh, au niveau des émotions, on passe par beaucoup de hauts et de bas qui s’enchaînent. Voilà, j’avais des bonnes sensations à l’arrivée à Lausanne, et puis une heure après, bon, j’apprenais que j’allais sans-doute ne pas pouvoir continuer sur le Tour ».

Edouard Marguier : « Voilà, Guillaume Martin qui est donc, qui a donc abandonné sur le Tour de France. »

Fanny Lechevestrier : « C’est dommage pour lui, pour ce grimpeur, baroudeur, car cette neuvième étape convenait parfaitement à ses qualités. Le départ fictif vient d’ailleurs tout juste d’être donné ».

Fanny Lechevestrier : « Effectivement, avec Tadej Pogacar et son maillot jaune en tête, bien évidemment, pour le départ fictif. Tadej Pogacar, qui est aussi, on le rappelle, sous la menace du covid puisque hier, un de ses coéquipiers a été exclu, le Norvégien Laengen. Un coureur de l’équipe AG2R à La Mondiale, Geoffrey Bouchard, a également été, eh bien, non partant hier, testé positif à la covid. A propos de l’équipe nordiste de la Cofidis, il va y avoir un nouveau test ce soir, comme pour tout le peloton. Et bien évidemment, vous vous en doutez, c’est l’inquiétude qui domine. On a peur qu’il y ait, comme on dit en Anglais, c’est le terme, excusez-moi, un « cluster ». En tout cas, qu’il y ait une propagation des cas positifs. On va voir ce que ça donne. Mais, pour le moment, eh bien, les autres coureurs de la Cofidis ont été testés négatifs. On espère que ça en restera-là, mais, mais vous le comprenez, on pourrait assister à ce qui s’est produit lors du Tour de Suisse, avec une quarantaine de cas positifs. Une quarantaine de coureurs contraints de quitter la course. C’est bien évidemment. Ben, ça fausse tout le classement général ».

Edouard Marguier : « Bien évidemment. Merci beaucoup, Fanny Lechevestrier. Sur les routes du Tour de France pour France Info ».

Le Vélo Club sur France 2, 9ème étape du Tour de France, 10 juillet 2022.

Matthieu Lartot : « La charge virale de Guillaume Martin qui annonçait un début de covid, donc, et qui a quitté les routes du Tour à l’issue, avant-même le départ de cette neuvième étape. Alors, évidemment, on aimerait parler d’autre chose, mais cette menace plane franchement sur toutes les têtes des coureurs et ça va peut-être s’accentuer dans les heures à venir, parce qu’on le disait, on est à la veille de la journée de repos. Il va y avoir des tests ce soir. Cédric, j’aimerais avoir votre réaction parce que Guillaume Martin a déclaré il y a quelques instants chez nos collègues de Ouest-France, que pour lui, certains coureurs, euh, ben peut-être, disputaient le Tour en étant positifs [2]. Les masques de toutes façons vont tomber. On va savoir tout ça très rapidement maintenant ».

[2] Si l’on consulte le protocole de testing dévoilé par l’Union Cycliste Internationale (UCI), il apparait en définitive que les coureurs et le personnel des équipes, n’ont été que très sporadiquement testés au covid (Source : ici). En effet, les coureurs et le personnel des équipes devaient présenter 2 jours avant le départ un test antigénique négatif.  Puis les tests ont été répétés uniquement les journées de repos. Donc, les 11 et 18 juillet (Voir l’agenda du Tour sur le site officiel : ici). Franchement, c’est un peu court. Il est évident qu’un nombre incroyable de coureurs ont pu échapper à la positivité des tests antigéniques ! Guillaume Martin me semble avoir mille fois raison…

Cédric Vasseur, Manager de la Cofidis : « Oui, tous les coureurs sont en train de passer d’ailleurs actuellement les tests quatre kilomètres plus bas. Moi, je pense que on ne vit pas avec plus de 24h de visibilité. Guillaume Martin, vendredi soir avait cette gorge qui était irrité. Donc on a pratiqué un test antigénique négatif. Vendredi soir négatif. Samedi soir positif. Ça veut dire qu’en 24h tout peut basculer sur le Tour de France. Ça a été le cas pour Guillaume Martin, mais aucun coureur n’est à l’abri de cette situation. Moi, j’ose espérer que toutes les équipes procèdent de la même façon. C’est-à-dire, dès qu’un coureur présente des symptômes, qu’il est testé, euh, déjà dans un test rapide. Mais je pense que les tests pratiqués par l’organisation du Tour de France ce soir, vont nous donner une photo exacte [3] de la situation sanitaire du peloton à la veille de la première journée de repos ».

[3] Euh, compte-tenu du protocole, avec seulement 2 tests pratiqués en 21 jours de course, permettez-moi dans douter fortement…

Matthieu Lartot : « Alors, on rappelle qu’il n’y a pas de bulle sanitaire, hein, sur cette édition du tour de France. Ça fait un petit peu causer, évidemment, parce qu’il y a cette proximité immédiate, déjà avec le public. Il y a des transferts. Les risques sont grands. On ne peut malheureusement pas éviter, ce genre de, euh, de fâcherie qu’on a vécue avec Guillaume Martin, ce matin ».

Alexandre Pasteur : « Mais, clairement Matthieu. Il y a un relâchement au niveau des gestes barrières. Le public n’est pas masqué [4]. Le public qui revient en nombre sur les routes du Tour. Nous-mêmes, euh, voilà. On est sur ce plateau, on n’est pas masqué [5]. On n’est pas. On n’a pas l’obligation d’être contrôlé. Euh, en tant que média accrédité. Donc, oui, effectivement, la menace, elle est là. Mais, il faudrait peut-être remettre au gout du jour le système des bulles qu’on a vécu sur les deux derniers Tours. Mais, le problème, c’est que ça ne s’improvise pas. On ne peut pas faire ça en 24h ».

[4, 5] Masqué ou pas, qu’elle importance ? Les masques peuvent protéger contre des bactéries, mais pas des virus respiratoires…

Matthieu Lartot : « Oui, vous vouliez dire quelque chose Franck ? »

Franck Ferrand : « Ben, c’est surtout que j’ai peur que ça ne, à la longue, ça ne finisse par entamer ce qui fait la fête-même du Tour de France. Les considérations sanitaires, on est bien placé pour le savoir aujourd’hui, sont très importantes [6]. Mais, il ne faut pas oublier l’essentiel non plus ».

[6] Tu parles…

Matthieu Lartot : « Mais, c’est pour ça qu’on souhaiterait parler des exploits de nos champions sur les vélos. Mais, on est obligé d’évoquer cela, parce qu’il y a cette peur du cluster [7], de la propagation de la pandémie sur ce Tour de France. Alors, on isole, vous nous avez expliqué tout à l’heure. On va peut-être rappeler, Yoann (Offredo), euh, je ne sais pas qui veut prendre la parole, sur le protocole, parce qu’il est strict [8]. Et à l’issue d’ailleurs des tests de ce soir et de demain, il y aura des réunions entre le médecin de l’UCI, le médecin de l’équipe concernée, si jamais un coureur est positif. Et ensuite, c’est ce que vous avez vécu ce matin, Cédric, on attend les taux, la charge virale de chaque coureur pour savoir s’il est autorisé à repartir ou non ».

[7] Anglicisme pour dire « foyer épidémique ».

[8] Non, pas vraiment…

Cédric Vasseur : « Oui, c’est un accord tripartite. C’est-à-dire que le responsable médical de l’UCI, le responsable covid de l’organisation du Tour, ASO, et le médecin d’équipe, débriefent ensemble sur la situation avec les chiffres à l’appui. Et, il est possible de voir un coureur positif covid, mais non contagieux pour le reste du peloton, continuer la course. Ça c’est une situation qui est possible. On l’espérait pour Guillaume Martin, on a attendu jusqu’à 11h30 ce matin, et quand on a reçu les chiffres, malheureusement, là, la contagion était trop importante. »

Alexandre Pasteur : « Mais, alors, le forfait de Guillaume a été annoncé, enfin, je ne sais pas, dix minutes avant le départ de l’étape. Il était comment Guillaume ? Il était dans le bus, il était en tenue, prêt à partir ? »

Cédric Vasseur : « Non, non. Guillaume avait été isolé, effectivement, depuis hier soir, il était dans une chambre seule, on avait une voiture avec un chauffeur seul, qui attendait à l’extérieur des paddocks et on espérait jusqu’au dernier moment, jusqu’à une heure du départ, on s’est dit que peut-être Guillaume va pouvoir prendre le départ. Et en réalité, il n’y a pas eu de miracle. »

Le lendemain, mardi 12 juillet, au JT de 7h00 dans télématin (France 2), Maya Lauqué et Sophie Gastrin en duo de présentation.

Maya Lauqué : « Tour de France. Après une pause et la menace covid sur le peloton, tous les coureurs sont au départ de la 10e étape ».

Sophie Gastrin : « Après un test, eh bien, ils sont tous négatifs. Au programme, donc, cette après-midi, 148 km avec 4 ascensions, de Morzine à Megève. Une étape dans les Alpes. »

Une information démentie juste quelques heures plus tard sur la même chaîne par Nathanaël de Rincquesen, présentateur du JT 13h sur France 2 et Grégory Naboulet, envoyé spécial sur la route du Tour, qui nous signalaient deux nouveaux cas et abandons pour covid.

Nathanaël de Rincquesen : « Morzine sur le Tour de France. Retrouvé, notre envoyé spécial, Grégory Naboulet. Bonjour Grégory. Alors, les coureurs viennent de partir, de prendre la route de l’étape. Deux d’entre-eux ont été testés positifs au covid et parmi eux, un équipier du maillot jaune, Pogacar. »

Grégory Naboulet : « Exactement. Le premier c’est Luke Durbridge. Il a été testé hier, il a ressenti des symptômes positifs au covid. Le deuxième, c’est George Bennett, le Néozélandais, qui fait partie de l’équipe UAE, Emirate, donc co-équipier du maillot jaune Tadej Pogacar. C’est déjà le deuxième équipier de Pogacar à quitter le Tour à cause du covid en l’espace de 4 jours. C’est un peu, on va dire, handicapant sur le plan sportif pour lui. Mais, également un peu stressant, car le virus circule autour de lui. Cela fait donc 5 cas de covid officiels [9] parmi les coureurs du Tour de France depuis 4 jours maintenant, le Tour qui a repris sa route aujourd’hui entre Morzine et Megève, étape de moyenne montagne, 148 km ».

[9] Non, d’après mon décompte, nous étions déjà à 6 cas (Coquard, Martin, Laengen, Bouchard, Durbridge, Bennett). Bref, une augmentation de 200% des nouvelles contaminations au covid sur la route du Tour en seulement 4 journées.

Nous sommes le 14 juillet 2022, sur France 2, une étape qui devait rallier l’Alpe d’Huez depuis Briançon :

(Se caler à 4:15 du fichier audio : ici)  Un commentateur de l’équipe France 2, vraisemblablement Alex Pasteur : « Une info covid, qui peut avoir son importance. Matxin Fernandez, un des directeurs sportifs de Tadej Pocacar, positif au covid, ce matin. On rappelle que l’équipe de l’ex-maillot jaune, Tadej Pogacar, a déjà perdu 2 coureurs, et pas des moindre, hein. Avec les abandons de Vegard Laengen, mais aussi de George Bennett ».

Marion Rousse : « C’est même le Manager de la formation. Et on rappelle que le manager de la formation Jumbo-Visma, n’était pas présent non plus les premiers jours sur le Tour de France et également, euh, covidé ».

Commentateur, probablement Laurent Jalabert : « Ah, je crois que chez la Quick-Step aussi, il y a eu du turn-over, hein ».

Jalabert après un long silence : « En tout cas, on joue le jeu et c’est très bien, hein. Avec George Bennett et Vegard Laengen qui sont partis, qui ont quitté le Tour avec le maillot jaune dans l’équipe, On n’hésite pas dans cette équipe. Jumbo, pardon, UAE [10], à respecter, évidemment, comme tout le monde doit le faire, la règle [11]. Un coureur, s’il est contagieux ou supposé l’être, doit rentrer chez lui. Et c’est également la même chose pour les assistants. Donc, euh. Bien sûr, ça pénalise cette formation. Mais, c’est pas la seule qui a été pénalisée ».

[10] UAE = UAE Team Emirates (Émirats Arabes Unis)

[11] Qui a réfléchi pour savoir quel était l’intérêt de cette règle ? Les organisateurs ont-ils compris qu’on n’était confronté à un banal rhume ?

Alexandre Pasteur : « Le covid rôde toujours dans les équipes du Tour de France. Il y a toujours cette épée de Damoclès évidemment, au-dessus des coureurs ».

Le vendredi 15 juillet, peu avant le départ de la 13ème étape, Laurent Luyat, en direct sur France 3 (se caler à 5:43 du fichier audio : ici) : « On va revenir, et là on va redevenir un petit peu sérieux, parce que malheureusement, Warren Barguil, ça été l’information de la matinée, a quitté le Tour de France. Alors, non seulement, il a chuté hier. Euh, il est arrivé, donc, avec l’épaule et la hanche mal en point. Mais, il a quitté pour cause de covid [12], euh, ce Tour de France. On l’a appris ce matin Alex ».

[12] Et de 7, et même 8, si on compte le directeur sportif de Tadej Pogacar.

Alexandre Pasteur : « Ouais, gros coup dur pour l’équipe Arkéa-Samsic. Warren Barguil, auteur d’un raid exceptionnel, hein, sur la onzième étape sur les routes du col du Granon. Il était en forme Warren Barguil [13]. Il avait des ambitions dans les Pyrénées, évidemment, et puis il avait un rôle important à jouer auprès de Nairo Quintana qui est 5ème du classement général, malheureusement, c’est un coup dur. C’est le deuxième abandon d’affilée de Warren Barguil sur le Tour ».

[13] On voit bien ici qu’un coureur positif au covid, a surperformé les autres coureurs sur probablement la plus dure des étapes du Tour, puisque c’est celle qui a renversé le Tour, et ce, seulement 2 jours avant d’avoir été testé positif au covid…

Le dimanche 17 juillet 2022, Margaux Caroff présente le fil Info de 12h40 (A retrouver à 6:21 du fichier audio : ici)

Margaux Caroff : « Deux abandons, sur le Tour de France. Celui du danois, Magnus Cort Nielsen, positif au covid [14]. Le coureur slovène, Primoz Roglic, lui aussi annonce ne pas prendre le départ aujourd’hui, pour lui permettre de soigner correctement ses blessures. Il a été touché à l’épaule lors de la première semaine de la course… »

[14] Donc 9, à présent.

S’ensuit la rubrique « France Info Sport » avec l’animateur radio Benjamin Fontaine : « Avec le Tour de France, dernière semaine de course pour les coureurs. Le danois Jonas Vingegaard est toujours en jaune. Son co-équipier de la Jumbo, Primoz Roglic, lui, ne prendra pas le départ cette après-midi. Il est trop diminué et doit soigner ses blessures. Le danois Magnus Cort Nielsen, vainqueur de la dixième étape à Megève, lui est positif au covid [15]. Il est le 7ème à devoir faire ses valises à cause du virus. La quinzième étape part dans 45 minutes de Rodez. 200 km à parcourir jusqu’à Carcassonne ».

[15] Il est primordial d’observer ici qu’un coureur positif au covid ait pu gagner une étape importante 5 jours avant sa positivité au test !

Le lundi 18 juillet 2022, journée de repos sur le Tour. France Info couvre quand même l’événement à 16h10. (A retrouver à 7:05 de notre fichier audio : ici).

Marie Bernardeau : « Après le fil info de 16h10. Elie Abergel ». Elie Abergel « Deux cas de covid sur le Tour de France, Il s’agit de coureurs qui ne sont pas dans le haut du classement [16]. Dépistage général et aujourd’hui, le peloton se repose. Demain, en route pour les Pyrénées. Le danois Jonas Vingegaard est maillot jaune ».

[16] Quel outrage fait à ces valeureux coureurs par la radio qui voulait laver plus blanc que blanc l’infomation (Voir ma chronique N°72 : ici). On peut être sûr qu’ils ont tout donné et sous prétexte qu’ils ont un rhume testé positif au covid, pas question de leur rendre hommage et ne serait-ce que de les nommer. Ils n’ont pourtant pas été déméritants. Ont-ils une maladie honteuse ? Je suis scandalisé ! Mais, nous allons quand même les compter. Cela fait déjà 11…

Nous sommes sur France 2 le mardi 19 juillet 2022, (à 7:29 de l’enregistrement audio : ici) le commentateur Alexandre Pasteur prend la parole « Benoit Cosnefroy, ils ne sont plus que 3 chez AG2R Citroën Team, Cosnefroy, Dewulf et Jungles, avec pour Jungles bien sûr, une très belle victoire d’étape à Chatel, lors de la première étape alpestre. Benoit Cosnefroy, on va l’écouter. Il était avec Céline Rousseau ce midi, au départ de Carcassonne.

Céline Rousseau : « C’est la galère aujourd’hui pour, euh, votre équipe, avec deux nouveaux non partants ? »

Benoit Cosnefroy : « Ouais, c’est ça, ça continue, malheureusement. Ouais, pour Mika Cherel, ce matin, tout allait bien, même si, euh, ouais, ils ont refait un PCR qui était pas bon ce matin [17], mais sur le plan physique, tout allait bien. Donc, euh, après ils ont été contraints de rentrer chez eux. C’est la dure loi des règles. Mais, en ce moment et depuis quelques années maintenant avec le covid ».

[17] Le compteur monte à 12…

Céline Rousseau : « Vous-vous êtes déjà retrouvés dans une situation à terminer à 3 coureurs dans l’équipe, une dernière semaine de Tour de France ? »

Benoit Cosnefroy : « Alors déjà, c’est pas terminé (rires), mais non, ça n’est jamais arrivé ».

Quelques minutes plus tard. Alexandre Pasteur : « Une équipe décimée, également dans ce Tour de France, c’est l’équipe AG2R Citroën Team qui vous le savez sans-doute à perdu deux hommes ce matin, Mikaël Cherel et Aurélien Paret-Peintre, positifs au covid [18]. Nicolas Geay a recueilli les confidences de Vincent Lavenu, le manager de l’équipe ce midi à Carcassonne. Ecoutez… »

[18] Nous voilà à 13 exclus du Tour à cause du covid.

Vincent Lavenu : « Ben, c’est deux pièces importantes pour l’équipe, hein, d’abord pour eux-mêmes. D’abord, évidemment, des coureurs qui se sentent capables de terminer le Tour, de peser sur la course, d’apporter leur contribution à l’équipe et auprès des leaders et de savoir qu’on vous dit aujourd’hui monsieur vous ne pouvez pas partir. Forcément, pour les coureurs, c’est extrêmement frustrant, mais aussi pour l’équipe, pour nos sponsors, de savoir que tout est aléatoire, et que malgré les mesures qui sont prises, euh, parce qu’on est très stricte là-dessus [19]. Euh, voilà, ben on se retrouve, on se retrouve à trois coureurs, donc c’est très dommageable. »

[19] C’est bien là le problème. Exclure des coureurs pour un rhume, dans quelle planète sommes-nous ? A-t-on déjà par le passé dans le Tour de France renvoyé chez eux des coureurs pour un rhume ? Franchement, c’est ballot, non ? Si on avait été vraiment strict, cela aurait été bien pire avec un compteur qui aurait certainement explosé…

Nicolas Geay : « C’est ça, vous attaquez la dernière semaine à trois coureurs, ça vous était déjà arrivé ? »

Vincent Lavenu : « Non, jamais. Jamais, en trente participations au Tour. Jamais. Voilà. Mais on sait que les années covid sont difficiles, hein. Euh, mais, qu’est-ce qu’on peut y faire ? [20] »

[20] Il n’aurait pas fallu tester. La faute aux organisateurs du Tour ! Cela n’a pas d’intérêt pour un rhume, une pathologie bénigne qui n’empêche pas les coureurs de gagner des étapes.

Vincent Lavenu : « De toute façon, on doit rester malgré tout combatif, valoriser l’investissement de nos partenaires au travers de cet évènement qui est merveilleux, mais on sait que le variant de ce covid est particulièrement volatile, et que, il peut toucher tout le monde à tout moment ».

Alexandre Pasteur : « Plus que 3 coureurs en course, hein, pour l’équipe AG2R Citroën Team, avec Benoit Cosnefroy, Stan Dewulf et Bob Jungles ».

Le lendemain, mercredi 20 juillet, le départ de la 17ème étape était donné à Saint-Gaudens, pour une arrivée à Peyragudes.

Laurent Luyat (à 10:10 du fichier audio : ici) : « Alors avant de parler de ce qui s’annonce cette après-midi, euh, quand même, des informations, parce qu’il y a 2 coureurs forfait, hein, ce matin ».

Alexandre Pasteur : « Oui, euh, Rafal Majka ne prend pas le départ. Le coureur polonais de la formation UAE Team Emirates qui s’est blessé hier après un saut de chaîne, dans l’ascension du Mur de Péguère. Il souffre d’une blessure musculaire. Et puis, on attend également confirmation de deux cas de covid ».

Laurent Luyat : « Alors, Tim Wellens, ça c’est sûr [21] ».

[21] On passe à 14.

Alexandre Pasteur : « Et il y a des doutes sur Tiesj Benoot, on n’a pas encore l’information concernant Tiesj Benoot, qui aurait été contrôlé positif, mais on ne sait pas s’il sera au départ ou pas, à l’heure où on vous parle ».

Laurent Luyat : « C’est, apparemment, il est bien là à Saint-Gaudens. On retrouvera d’ailleurs Céline Rousseau dans quelques instants [22] ».

[22] Selon le journal l’Equipe, ce coureur belge de la formation Jumbo-Visma était effectivement au départ de la course à Saint-Gaudens (ici).

Le 21 juillet, pour la 18ème étape du Tour, Lourdes – Hautacam, tous les coureurs rescapés du covid sont au départ. Cela faisait bien longtemps que cela n’était pas arrivé ! Donc, RAS.

Le 22 juillet, à 48h des Champs-Elysées, sur France 3, nous allions connaitre une nouvelle défection au départ de la 19ème étape qui devait rallier Cahors, depuis Castelnau-Magnoac (à 10:50 du fichier d’enregistrement : ici).

Alexandre Pasteur : « Le départ fictif est imminent à Castenau-Magnoac, c’est parti pour 188 km dans quelques instants. Est-ce que tout le monde est là, Marion [23], est-ce que tout le monde est au rendez-vous ce matin ? »

[23] La toujours aussi sublime Marion Rousse, compagne de notre champion du Monde, Julian Alaphilippe et ex-épouse d’un autre coureur présent au Tour 2022, Tony Gallopin.

Marion Rousse : « Non, il en manque un. Enric Mas, en plus pas des moindres. Enric Mas qui était 11ème au classement général ce matin. Et malheureusement, eh bien, Enric Mas a été testé positif ce matin au covid [24] ».

[24] Ça fait 15…

Thomas Voeckler, interrogé par Laurent Jalabert, exprime des regrets pour les covidés du Tour, qui auraient pu briller… (à 11:11 du fichier audio : ici)

Laurent Jalabert : « Alors aujourd’hui, c’est une étape, bien sûr, où on attend les sprinters à l’arrivée à Cahors. Et sur ce Tour de France, on a évoqué ces garçons, hein, qui ont souffert et qui ont disparu, et parmi ceux-là, évidemment, on n’oublie pas non plus Guillaume Martin. Thomas, qu’est-ce qu’il aurait pu faire, à ton avis, Guillaume Martin ? C’est vrai que c’est un peu triste de le voir quitter la course alors qu’il était particulièrement en jambes. Il avait pas fait d’erreur, en tous cas dans la première partie ».

Thomas Voeckler : « Ouais, Guillaume Martin, euh. On parlait du Tour des Français avant la pub. C’est sur ce sujet-là, sur ce thème qu’on était. Et, ouais, et, euh, on peut ajouter également Warren Barguil, les deux, pour les mêmes raisons, qui ont dû quitter le Tour à cause du covid. Deux coureurs en jambes. Guillaume Martin, avait précisé avant le Tour que pour la première fois, il n’allait pas forcément viser le général. En tous cas, ce n’est pas une obsession. Donc, on ne sait pas. Moi, je ne suis pas devin. On ne sait pas. Ce qui est sûr, c’est qu’il sortait d’un Tour d’Italie qui avait été éprouvant et un peu en deçà de ses espérances. Il avait terminé 14ème du classement général, si je ne fais pas d’erreur, et il espérait mieux. Donc, ponctuellement, il visait des victoires d’étapes. Et Warren Barguil, qui a montré dans l’étape du Granon, son numéro physique est passé un petit peu au second plan, parce que c’était le jour où la Jumbo-Visma a vraiment renversé le Tour. Et ces deux coureurs, en termes de victoires d’étapes, qui auraient pu en 3ème semaine, euh voilà, sur les étapes accidentées, pourquoi pas. Et également, un maillot distinctif. Hein, maillot des meilleurs grimpeurs, parce qu’on a vu que ça s’est joué à pas énormément de points. Donc, ils auraient pu être dans le jeu. C’est tout ce concours de circonstances. Après, le covid, vous me direz, c’est pour tout le monde. Hein, il n’a pas affecté que des Français, certes. Mais, c’est deux cartes, également. Bryan Coquard, plus dans les sprints ou dans les arrivées de puncheur, et Warren Barguil et bien sûr Guillaume Martin dans les étapes plus montagneuses qui auront manqué peut-être. Qui peuvent expliquer aussi ce bilan d’un point de vue comptable au niveau des victoires d’étapes [25]. Mais, en même temps, on a aussi des Français dans le jeu, au général, comme on l’a rappelé, avec David Gaudu, et de quelle manière. A la pédale, sans prendre d’échappée de loin, vraiment avec un gros travail collectif, et à la régulière. Et derrière, 3 garçons d’une valeur extrême. Quoi, donc. C’est de bon augure pour la suite ».

[25] A ce stade, aucune étape du Tour de France 2022 n’avait encore été remportée par un Français. Il aura fallu attendre la 19ème pour voir Christophe Laporte triompher à Cahors…

20e étape le samedi 23 juillet, un contre la montre de 40 km entre Lacapelle-Marival et Rocamadour.

RAS. Sauf que l’on peut vraiment se demander si Laurent Luyat n’a pas attrapé le covid. Il a mystérieusement disparu des radars du Tour de France, en annonçant sur son compte twitter (ici) être contraint de quitter la boucle pour des raisons de santé (pas graves)…

Tweet de Laurent Luyat

Le dimanche 24 juillet 2022, dernière étape du Tour de France, un sujet forcément couvert par France Info. (à 13:26 du fichier d’enregistrement audio : ici)

Jules de Kiss : « Très bon dimanche à toutes et à tous. L’info à midi avec Florence Gotschaux. Bonjour ».

Jules de Kiss : « Deux Tours de France pour le prix d’un. Les passionnés de vélo ont de la chance aujourd’hui à Paris ».

Florence Gotschaux : « Oui, dernière étape pour les coureurs du Tour de France avec la traditionnelle arrivée sur les Champs-Elysées en fin de journée. Avant-çà, c’est sur les Champs aussi qu’a lieu la première étape du Tour de France « Femme ». Jonas Vingegaard montera sur le podium ce soir sur les Champs-Elysées, dernière étape du Tour de France. Aujourd’hui, 115 km en Île-de-France avec la traditionnelle arrivée sur les Champs. Le Danois compte 3 minutes 34 (secondes) d’avance sur son grand rival, Tadej Pogacar. Sauf énorme surprise, c’est donc lui qui remportera le Tour ce soir. Jonas Vingegaard montera donc sur le podium ce soir sauf grande surprise. On a retrouvé Fanny Lechevestrier. Euh, vous allez nous le dire, il y a à priori peu de suspens pour ce finish ce soir du Tour de France édition 2022 ».

Fanny Lechevestrier : « Oui, à moins d’un abandon sur cas de covid, je ne vois pas comment le maillot jaune pourrait échapper à Jonas Vingegaard. Non, le suspens c’est pour cette vingt-et-unième et dernière étape. Qui va la remporter ? Un sprinter ? Et est-ce que Wout Van Aert, le Belge va aller chercher, eh bien, un quatrième succès d’étape ? Lui qui s’est déjà imposé, euh, trois fois, que ce soit au contre la montre, au sprint ou dans une bosse. C’est lui l’autre homme du Tour de France. Et on le sait, il veut aller chercher avec la Jumbo-Visma, son équipe, un septième succès d’étape ».

Le pire scenario pour un coureur professionnel, devoir abandonner avant le départ de la dernière étape du Tour de France. Eh bien, cela s’est produit lors de ce Tour de France 2022 (à 15:08 du fichier audio : ici).

Alexandre Pasteur s’adressant à Mathieu Lortat : « Un non-partant Matthieu, ce matin. Eh oui, encore un cas de covid ».

Matthieu Lortat : « Un de plus ».

Alexandre Pasteur : « Un cas de covid dans le peloton, c’est Michael Woods [26] qui n’a pas pris le départ de cette ultime étape du Tour de France, le grimpeur canadien, double vainqueur d’étapes sur la vuelta [27], qui, eh bien a été contrôlé positif. Testé positif au covid ce matin, il est pas au départ. Ça, c’est dur, quand-même, d’abandonner le Tour au matin de la dernière étape sur les Champs-Elysées ».

[26] Et de 16…

[27] Equivalent du Tour de France en Espagne…

Yoann Offredo : « Oh, franchement ça c'est la dep ! (Rires…) Tu fais tout le Tour de France… ».

Franck Ferrand : « Alors la dep, pour le grand public, c’est la dépression… »

Yoann Offredo : « C’est la dépression ou la déprime si vous voulez, euh… »

Franck Ferrand : « La déprime. »

Yoann Offredo : « Pour être un peu plus, moins familier. Mais, non, non, franchement, quand tu, euh, tu as traversé tous les massifs, les Alpes, les Pyrénées, euh, tu es passé au travers des chutes et puis la veille de l’arrivée, de pas être présent sur les Champs-Elysées. Les Champs-Elysées, c’est quand-même exceptionnel, hein. C’est un souvenir qui reste marqué dans la tête d’un coureur, pour toute sa vie. C’est un sentiment d’accomplissement. T’as un, un espèce de flash-back de toutes les émotions que tu as eu pendant le Tour, de tous les moments difficiles, de toute la souffrance que tu as eue et d’arriver sur les Champs, c’est quelque chose ! »

Interviewé à quelques secondes du départ fictif de la dernière étape du Tour par Céline Rousseau, le champion de France, Florian Sénéchal éternue bruyamment. Aurait-il contracté le covid lui aussi ? [28]

[28] La question est d’importance, car selon le principe d’équité, il devrait être exclu et faire aussi ses valises…

Matthieu Lartot : « En direct avec vous Céline, avec le champion de France qui est dans les starts lui aussi. »

Céline Rousseau : « Florian Sénéchal qui s’amuse même à me faire les décomptes pour l’antenne, Matthieu Lartot, il va bientôt être au point. Florian, comment est-ce qu’on profite d’une dernière journée comme celle-là ? »

Florian Sénéchal : « Ah, je, allez, je me répète, mais je dis toujours, la meilleure façon de visiter Paris, c’est de faire le Tour de France. Et, on a la chance aujourd’hui d’avoir les routes de Paris pour nous. Et je remer… » À ce moment précis, il éternue dans la direction de Céline, se tourne et tousse brutalement dans sa main [29].

[29] A-t-il généré un aérosol de virions dans la direction de Céline Rousseau, porteuse d’un masque chirurgical. Mais, on sait que ça ne vaut pas grand-chose pour éviter la transmission virale (Voir par exemple ma chronique N° 90 : ici). C’est plus que probable. Regardez bien la vidéo. Je ne serai pas étonné que la journaliste soit à son tour (sans jeu de mots) testée positive au covid dans les prochains jours…

Florian Sénéchal se reprenant : « Je remercie les gendarmes et ASO [30], qui font un travail exceptionnel, et qui ont fait un travail exceptionnel pendant ces trois semaines [31]. Et c’est quelque chose d’incroyable d’arriver sur les Champs-Elysées avec le maillot bleu-blanc-rouge. Euh, j’ai pas les mots à chaque fois. Et je suis vraiment heureux d’être là aujourd’hui et j’espère profiter et j’espère aussi que mon équipe va gagner [32] ».

[30] ‎Amaury Sport Organisation qui organise non seulement le Tour de France, mais aussi le Paris-Dakar, le Marathon de Paris… (site web : ici).

[31] Ah bon. Oui, ben, pas vraiment. Quel fiasco en 2022 ! Comment l’organisation du Tour, ASO a-t-elle pu exclure autant de coureurs de la course pour un rhume banal ? Quelle bêtise d’avoir surmédicalisé le Tour ! Franchement, c’est ballot d’avoir testé les coureurs… ASO, l’organisateur du Tour, a-t-il voulu se couvrir contre un risque de forme sévère ou de décès complètement improbable chez des jeunes sportifs professionnels en pleine forme et surentraînés ? Je préfère penser qu’ASO été très mal conseillés. En fait, ils ont juste « planté » le Tour 2022… ASO est impardonnable car il y avait eu le précédent du Tour de Suisse, où 40 coureurs testés positifs au covid avaient été contraints à l’abandon ! Dans le même temps, nous savions depuis le mois de décembre 2021 qu’Omicron et ses sous-variants n’étaienta pas dangereux…

[32] Florian Sénéchal, arrivé 107ème au classement général du Tour 2022 (ici), équipier de la formation Quick-Step Alpha Vinyl, n’aura pas vu son équipe gagner, puisque c’est le Belge Jasper Philipsen, de l’équipe Alpecin-Fenix qui a remporté le sprint sur les Champs ce dimanche 24 juillet 2022

N’y a-t-il jamais eu de rhume dans le peloton du Tour de France ?

Bref, pourquoi avoir médicalisé le Tour de France juste pour faire face à un rhume ? C’est vraiment ballot !

Souvenir, souvenir. Le Tour de France 2022 est passé sur mes terres. A Fontenay-le-Fleury.

On devine le maillot jaune de Jonas Vingegaard [33] au deuxième rang sur la photo ci-dessous. Un prénom d’ailleurs prédestiné pour un maillot jaune.

Le maillot jaune Jonas Vingegaaed

À LIRE AUSSI

Image
C97 Pesty Dr Gilles Pialoux
Chronique N°97 – "7e vague : faut-il suivre les PU-PH qui recommandent encore le vaccin, le masque et les tests ?"
CHRONIQUE — Gilles PIALOUX, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon, AP-HP, était le 24 juin dernier interviewé par Apolline de Malh...
25 juillet 2022 - 11:30
Opinions
Image
Olivier Véran derrière un mur (Pesty 96)
Chronique N°96 – "Avant de quitter le ministère de la Santé, Véran n'avait toujours rien compris au film du Covid"
Le 13 mai 2022, sur BFM TV, Olivier Véran (ci-après OV) répondait à la question « Pourquoi est-ce que vous ne réintégrez pas les soignants non-vaccinés ? » posée par l...
01 juillet 2022 - 10:30
Opinions
Image
Pr Bruno Megarbane Chronique Pesty 95
Chronique N°95 – "Faut-il encore l’appeler Sars-CoV-2 ?"
CHRONIQUE — Le dimanche 24 avril 2022, vers 11h, le Pr Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation de l’hôpital Lariboisière, AP-HP, était interviewé sur France ...
22 juin 2022 - 11:30
Opinions
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don