Chronique Covid N°34 – « Le généticien Axel Kahn, Président de la Ligue contre le Cancer, tente de relancer un dépistage organisé du Cancer du sein qui bat de l’aile à cause du Covid »

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Chronique Covid N°34 – « Le généticien Axel Kahn, Président de la Ligue contre le Cancer, tente de relancer un dépistage organisé du Cancer du sein qui bat de l’aile à cause du Covid »

Publié le 27/10/2020 à 11:05
Unsplash
PARTAGER :

Auteur(s): François Pesty pour FranceSoir

-A +A

France Info, le samedi 24 octobre, 14h00 : « France Info, 10h-14h, Jules de KISS @JulesDeKiss, l’info avec Virginie Lebrun. Jules de Kiss, Axel Kahn appelle à la mobilisation. Virginie Lebrun, Le président de la Ligue Nationale contre le cancer, invite les femmes à se faire dépister contre le cancer du sein, sans craindre le covid-19, alors que le confinement a entraîné des retards de diagnostic. On a les moyens de vous protéger contre le coronavirus a lancé le généticien, nous l’entendrons. Le plus dangereux c’est de ne pas se faire diagnostiquer et traiter, ce matin sur France Info Axel Kahn, le président de la ligue contre le cancer a lancé un cri d’alarme. Il invite les femmes à se faire dépister contre le cancer du sein. Le covid-19 est beaucoup moins grave que le cancer martèle le généticien. Selon Axel Kahn, des retards ont été pris dans le dépistage de certains cancers au moment du confinement au printemps dernier et ils n’ont pas été rattrapés »

 

Pr Axel Kahn « Les mammographies systématiques, les campagnes de dépistages systématiques ont été interrompues entre le mois de mars et le mois de juin. Elles ont repris en juin. Elles étaient à peu près au niveau en juillet et elles continuent, mais certainement, l’intensité de cette deuxième vague va à nouveau compliquer les choses ».

 

Virginie Lebrun « Pardon. Vous invitez néanmoins toutes les femmes à se faire dépister, malgré la situation actuelle dans les hôpitaux ? »

Pr AK « Non, non seulement je les invite, mais c’est un cri d’alarme, c’est une mobilisation générale. Pour vous Mesdames qui pouvez avoir un début de cancer du sein, aujourd’hui de loin le plus dangereux est de ne pas vous faire diagnostiquer [1] et, et traiter [2]. On a les moyens de vous protéger contre la Covid. Et de toutes façons, la Covid est beaucoup moins grave que le cancer.  Je le répète, la Covid est beaucoup moins grave que le cancer [3]. »

 

Virginie Lebrun « Axel Kahn, le président de la ligue nationale contre le cancer, invité sur France Info ce matin. On rappelle que l’organisation du dépistage entre 50 et 74 ans a permis de faire reculer de 20% la mortalité due au cancer du sein [4]. »

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview du Pr Axel Kahn (ici)

 

[1] : Un premier gros problème occasionné par le dépistage organisé des cancers du sein tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en France, c’est qu’il pourrait induire un grand nombre de surdiagnostics. Des femmes que l’on va étiqueter « Cancer du sein » qui seront opérées et / ou traitées à tort, qui pourront subir des mutilations ou des événements indésirables graves liés aux traitements médicamenteux, et qui de leur vie n’auraient jamais été inquiétées si elles n’avaient pas suivi le dépistage. Il pourrait y avoir jusqu’à 50% de surdiagnostics selon certains experts. Bien entendu M. Axel Kahn n’en dit pas un mot. Il n’y a aucun consensus et il s’agit d’une véritable controverse scientifique. Les femmes méritent une information plus loyale. La grande concertation publique lancée en 2015 par Marisol Touraine n’a pas permis d’avancer vers une meilleure information des femmes sur les avantages et inconvénients de suivre le dépistage

 

Peut-être qu’au contraire des affirmations du Pr Kahn, le report des mammographies aura été profitable aux femmes, en ayant réduit les surdiagnostics

 

En tant que membre du groupe Princeps qui organise avec la SFTG depuis 2012 le colloque annuel « Sur- et Sous- médicalisation, surdiagnostics et surtraitements », je ne peux que recommander la visite de liens utiles suivants :

 

- Rencontre du 12 janvier 2016 sur « le dépistage organisé des cancers du sein » (ici)

- Communiqué de presse du 19 avril 2016 « Cancers du sein : Améliorer ou repenser le dépistage ? » (ici)

- Communiqué de presse du 5 avril 2018 – L’INCa (Institut National du Cancer) fournit aux femmes une information incomplète et partiale sur les avantages et les inconvénients à suivre le dépistage organisé des cancers du sein » (ici)

- Un site de référence consacré à ce sujet, celui du collectif « Cancer Rose » (ici)

- Un remarquable site d’information fiable des femmes, en Allemagne, le Harding Center for Risk Literacy (ici)

- Un remarquable reportage, celui de Coline Tison « Au nom de tous les seins – incertain dépistage », si vous le trouvé, malheureusement je n’ai pas de lien

 

[2] : Le deuxième très gros problème que passe sous silence le généticien, c’est l’efficacité extrêmement réduite des traitements médicamenteux des cancers du sein. Prenons l’exemple du trastuzumab, HERCEPTIN® des laboratoires Roche et ses biosimilaires, pour lequel certains oncologues bourrés d’énormes conflits d’intérêts, ont eu l’audace de parler de « guérison ». Un qualificatif totalement abusif.  Qu’il s’agisse du « cancer du sein métastasé », au pronostic le plus sombre, ou du traitement du « cancer du sein précoce » pendant 5 à 10 ans, dans le premier cas les gains de survies obtenus avec le trastuzumab dans les essais cliniques sont très faibles avec une durée de suivi qui ne dépasse pas 24 ou 30 mois et des gains absolus de survie respectivement, de 4% et 7,1%, ce qui veut dire que 93% et 96% des patientes traitées avec le trastuzumab n’auront pas de gain de survie par rapport au groupe qui ne reçoit que la chimiothérapie. Dans le second cas, les traitements durent plus longtemps (5 ans) et les gains sont encore plus faibles (ici).

 

[3] : Sauf que, les formes sévères avec syndrome de détresse respiratoire aiguë peuvent s’avérer rapidement mortelles, alors que l’histoire naturelle des cancers du sein peut s’échelonner sur 20 ou 30 ans…

 

[4] : L’affirmation gratuite non sourcée, prononcée par la journaliste Virginie Lebrun de France Info, est tout à fait scandaleuse et montre à quel point les médias foulent du pied l’information loyale que les femmes sont en droit d’obtenir de leur part…

 

Alors évidemment, le problème une fois de plus central, est qu’il y a beaucoup trop d’argent investi sur le cancer du sein, et que le dépistage est une aubaine pour les professionnels et les industriels : radiologues, chirurgiens sénologues, oncologues, laboratoires pharmaceutiques, fabricants de mammographes…

 

Axel Kahn n’a qu’un seul repas déclaré par MSD le 27/11/2015 pour 47 € dans la base Transparence santé. Une somme certes modeste, mais avec laquelle on peut très bien manger, tout de même... Axel Kahn a 76 ans et ne doit plus être trop courtisé par les laboratoires

 

Mais, nous ne pouvons pas en dire autant de la Ligue contre le Cancer qu’il préside…

Pour rechercher sans rien rater dans la base transparence santé les conflits d’intérêts de la Ligue contre le Cancer, voici ce qu’il aura fallu entrer (ici) dans le moteur de recherche des « bénéficiaires » :

 

« ligue contre le cancer ; ligue contre le cancer ; ligue contre le cancer  beauvais ; ligue contre le cancer ; ligue contre le cancer comite du calvados ; ligue contre le cancer comite d'indre et loire ; la ligue contre le cancer ; la ligue contre le cancer ; assoc ligue contre le cancer ; la ligue contre le cancer 31 ; ligue nationale contre le cancer ; la ligue nationale contre le cancer ; ligue nationale contre le cancer (lncc) ; comite dep ligue nat contre le cancer 45 ; comite de paris de la ligue contre le cancer ; la ligue contre le cancer - comité de l'hérault ; ligue nationale contre le cancer du puy de dome ; comite du nord de la ligue nationale contre le cancer ; fondation regionale de louest de la ligue contre le cancer ; fondation regionale de l'ouest de la ligue contre le cancer ; unicancer - fondation de l ouest de la ligue contre le cancer ; comite departemental du loiret de la ligue nationale contre le cancer ; »

 

Voyez avec quelle fantaisie, les firmes de la santé ont multiplié à l’infini les libellés pour désigner la Ligue, une manière peut être de brouiller les pistes…

 

Deux pages de case à cocher (dommage qu’il n’ait pas été prévue une case pour cocher toutes les cases…)

Au total, 226 395 € de montants d’avantages perçus, de conventions signées et de rémunérations déclarés par les industriels dans la base transparence santé. Un montant sous-estimé puisque deux tiers des conventions en sont dépourvues…

 

N’hésitez pas à zoomer pour mieux voir

 

Un montant sous-estimé aussi, car seul un industriel constructeur de mammographes a déclaré ses liens d’intérêts. Les autres sont-ils au courant ? Ou bien feignent-ils de ne pas l’être ?

 

 

Et pendant ce temps, pas de trêve pendant la Covid-19 pour « Octobre Rose » :

Auteur(s): François Pesty pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Chronique N°34

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-