Chronique Covid N°35 – « Plus personne ne parle du R0, ça doit cacher quelque chose ! »

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Chronique Covid N°35 – « Plus personne ne parle du R0, ça doit cacher quelque chose ! »

Publié le 28/10/2020 à 10:56 - Mise à jour à 11:05
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): François Pesty pour FranceSoir

-A +A

tribune : On ne parle plus dans les rangs du gouvernement, les milieux politiques autorisés, les médias, et même la presse spécialisée, du nombre de reproduction effectif, ce fameux R0 qui était monté à 3 en mars et qui nous avait valu ce maudit enfermement collectif ! Souvenez-vous. Un R0 à 3, est terrifiant, puisqu’une personne infectée va inéluctablement en contaminer 3 autres. Une ascension virale qui entre donc dans sa phase de croissance exponentielle. Au secours !

 

Je reprends le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire publié vendredi dernier (22/10/2020) par Santé Publique France, téléchargeable ici.

 

A mon grand désarroi, je réalise que la courbe dénommée « Trajectoire du nombre de reproduction effectif » n’a pas été réactualisée depuis le 27 septembre. Un véritable abandon. Mais pourquoi ?

 

Alors que les indicateurs que l’on nous assène en permanence, mis à jour quasiment chaque heure, les nombres de morts en 24h, les nombres d’hospitalisations en réanimation, toujours des 24 dernières heures, les nombres d’hospitalisation, idem, et surtout, ne l’oublions pas, les nombres de nouvelles contaminations, immanquablement des 24 dernières heures, nous ne pouvons y échapper, pour le R0, silence, motus et bouche cousue !

Effectivement, c’est le cas de le dire, ce long serpent de mer, qui finalement est resté en eau douce depuis le mois d’avril, ne parait pas coller à la dramatique et exponentielle aggravation de la situation sanitaire que l’on nous décrit…

 

Vu le manque d’enthousiasme de la part de Santé Publique France (peut-être ont-ils reçu des ordres de ne pas bouger…), je prends donc mon courage à deux mains et rentre sur mon tableur préféré les chiffres qui sont quand même dans les rapports hebdomadaires de l’agence

 

Nous avons même le grand privilège d’avoir 3 approches mathématiques différentes pour le calcul de ce nombre de reproduction :

 

- SI-DEP, vous connaissez, le système d’information de dépistage par RT-PCR, depuis le 4 juin

- OSCOUR, que je rebaptiserais bien volontiers « Au Secours », ce sont les passages aux urgences, depuis le 17 juillet

- Et, SI-VIC, les hospitalisations pour Covid-19, depuis le 24 septembre

 

Pourquoi n’ont-ils pas mis en place simultanément les 3 indicateurs, mystère et boule de gomme…

 

Alors voici un premier graphique combiné qui compare l’évolution en France des taux d’incidence et des nombres de reproduction (méthode de calcul à partir des données SI-DEP)

Le virus semble faire peu de cas des nombres de nouveaux cas

 

La même chose avec le calcul basé sur OSCOUR®

Jamais passé au-dessus de 1,4, souvent redescendu, malgré des périodes de forte hausse du taux d’incidence ???

 

Idem, avec le calcul fondé sur les données SI-VIC

 

Avouez quand même que l’augmentation du nombre de reproduction effectif, quel que soit la méthode de calcul, ne convainc pas, et en tous cas, nous sommes encore très loin des 3 contaminations par infecté, atteints en mars !

 

Alors, si on jette un œil sur l’évolution comparée des nouveaux cas positifs et des nombres de tests réalisés :

Le décrochage entre l’évolution erratique du nombre de reproduction effectif, qui se maintient sous les 1,4, et celle des taux d’incidence, maintenant sur un niveau épidémique, doivent interroger sérieusement sur la validité des cas des positifs

 

Certains ont parlé de 50% au moins de faux positifs, notamment à cause d’une inflation inconsidérée des nombres de cycles d’amplification pratiqués par les laboratoires. Le gouvernement est muet comme une carpe sur le sujet

 

Le nombre de cycles d’amplification est une donnée cruellement manquante dans la base SI-DEP !

 

J’ose espérer que de graves décisions ne seront pas être prises sur la base de chiffres faux…

 

Pour affoler encore et toujours plus la population, notre exécutif n’a pas autre chose à faire, que d’augmenter toujours plus le nombre de tests pratiqués chaque jour…

 

Mais, gare ! Dès qu’on lèvera le pied sur le nombre incroyable de tests réalisés, alors attention, les taux d’incidence vont retomber tel un soufflet…

 

Nota : Selon la base de données BIOLAM mensuel, que j’ai consultée, entre mars et août, 4.570.161 tests RT-PCR de recherche du SARS-COV-2 ont été réalisés, pour une base de remboursement de 248.046.567 euros, mais à la date du 23 octobre, il faut rajouter les 8.351.350 tests réalisés depuis le 1er septembre (sommation des pics bleu de l’histogramme précédent à partir du 1er septembre).

 

Au total, ces tests auront déjà coûté la bagatelle de 701.318.060 € à la sécurité sociale…

 

Auteur(s): François Pesty pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Chronique N°35

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-