Le clientélisme macronien est-il testé positif ?

Le clientélisme macronien est-il testé positif ?

Publié le 23/07/2020 à 10:16 - Mise à jour à 21:27
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): Lucien Samir Oulahbib pour FranceSoir

-A +A

De moins en moins de votants et de «vivants» sont éveillés et libres d’esprit.  C’est donc l’occasion de proposer implicitement, sinon une alliance, du moins un « deal » avec la population en rupture factieuse.

Ceci à la fois pour des raisons internationales afin de se faire bien voir par divers donneurs de fonds d’Eurabia-saoudiens qataris, émirats divers, et affairistes globalistes du genre Soros, Gates; mais aussi nationales pour ne pas évoquer le concept de « faillite généralisée » en matière judiciaire, sécuritaire, sanitaire ou éducationnelle. 

L’activation en arrière-plan d’une milice, remémorant d’autres temps moins heureux et ayant bien servie contre les gilets jaunes, va sans doute être utile pour ceux qui refuseront de porter un masque alors que nous sommes sortis du pic létal.  De plus la bonne nouvelle que les asymptomatiques ne sont pas contagieux, a fini elle-même bien vite muselée.  Ce masque ne servirait il plus que contre la poussière ou le pollen ?

 

D’où l’idée de parler plutôt « d’incivilités » lorsqu’il s’agit de délits voire de crimes, ou de relativiser le viol fait par un étranger (à notre culture) en avançant qu’il n’a pas « nos codes » taisant le fait qu’il ne les aura jamais puisqu’il les méprise, ils sont « haram » ou alors « bourgeois » selon la couleur de vert/rouge choisi.

 

Mais sans doute que le gouvernement a bien plus en tête les « incivilités » à venir, tel le refus de porter le masque y compris « à l’extérieur » (comme à la Rochelle). 

Là soyez sûr que la répression va être dure comme indiquée d’ailleurs dans le dernier message du président; c’est le lion du dedans le lapin du dehors: haro sur les citoyens refusant de perdre leurs anticorps au profit de ceux bientôt à vendre par Big Pharma, yeux doux pour les « décodés » qu’il faudra bien rebrancher mais (doucement) tout en indemnisant les « victimes » officielles.

 

Le problème est qu’hormis une poignée de médias comme R.L, FranceSoir, SudRadio, Berkoff, et quelques spécialistes tels Perronne, Raoult, Delépine, Caude-Henrion…, la tenaille techno-affairiste globalisée est tenace.  En prime, leurs propriétaires refusent à toute évidence de lutter contre la connivence corruptive des États et des élites, puisqu’elle leur sert. Ils préfèrent gérer le pis-aller du surplus migratoire et des dommages collatéraux (les « incivilités ») les comptes (et les contes) restant, somme toute, au vert.  Le but final étant presque atteint : celui désormais d’appréhender les personnes comme des corps (de coordonnées) que l’on peut ainsi indifféremment ma(s)(r)quer (sous cookies…) : vacciner, dans tous les sens également de ce terme.

 

Peu importe s’il s’agit d’une fuite en avant, d’un pari inouï, car en domestiquant ainsi les populations avec la peur sanitaire et catastrophiste, les hyper-échangistes (dans tous les sens du terme…) pensent avoir trouvé les bons outils pour arriver à imposer cette vision hyper-cybernétique du monde pétrie certes de bons sentiments comme lutter contre la mort en commençant par le moindre virus.  Lutter contre les discriminations en imposant la GPA (via les naturalisations) et la PMA « sociétale ».

 

Cela revient ainsi à perpétuer l’illusion totalitaire d’avoir raison du réel en le fabriquant (comme l’indiquait Baudrillard) selon le « Plan » une sorte de délire façon Folamour et Mengele réunis, nous plongeant, vivants, dans la pièce de Ionesco, Rhinocéros, mais aussi dans les films de Matrix, Star Trek, le Seigneur des anneaux.

 

Donc, les camps se dessinent : entre les Rebelles, les Réfractaires, d’un côté, les faux résistants les supplétifs des 50 nuances de Vert de l’autre. Dommage que certains supposés « opposants » à ce « nouvel ordre mondial » acceptent le diktat sanitaire alors que nous avons un bon traitement qui a fait ses preuves, qu’être testé positif ne veut pas dire être malade ni contagieux.

 

Comment se fait-il d’ailleurs que ces « opposants » soient ainsi tombés dans le panneau hygiéniste ? N’est-ce pas parce qu’ils véhiculent eux aussi toujours les mêmes poncifs scientistes d’une médecine se prétendant une « science » alors qu’il s’agit d’abord d’une pratique qui n’a par ailleurs pas besoin d’être exhaustive pour prouver la validité d’un traitement ? De plus ces opposants, officiels, sont aveuglés et ne voient rien d’autre que leur vague protestation contre « le néo-libéralisme », ce qui ne mange pas de pain.

En tout cas le pouvoir techno-affairiste globalisé, aux tendances cyniques, appelées « incivilités » ,a un boulevard devant lui: les « opposants » lui mangeant dans la main, ou s’appuie sur des simulacres (le dernier en date étant celui fabriqué par Joffrin ex-Libé-ex-l’Obs).

Sauf si l’esprit de Valmy, de l’appel du 18 juin, surnage encore; n’oublions cependant pas qu’à Londres ils n’étaient qu’une poignée…On peut toujours rêver…(Quoique…).

Lucien Oulahbib est Docteur en sociologie, HDR en science politique, enseignant et chercheur associé au CLESID et à l’IRCOM, ancien membre du bureau exécutif de Génération écologie (du temps de Brice Lalonde, 1997-2002).

Auteur(s): Lucien Samir Oulahbib pour FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Annonces immobilières

Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-