Sarkozy-Macron : deux conceptions du pouvoir dans la tempête

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Sarkozy-Macron : deux conceptions du pouvoir dans la tempête

Publié le 26/08/2020 à 10:55 - Mise à jour à 10:58
FranceSoir © Handout / TF1/AFP © Kay Nietfeld / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Alain Tranchant pour FranceSoir

-A +A

TRIBUNE : En période de confinement, il n'existe pas de statut particulier pour les anciens Présidents de la République. Assigné à résidence comme tous les Français, Nicolas Sarkozy a mis à profit cette "quarantaine" de huit semaines pour rédiger ses Mémoires.

Ecrit sur un mode purement chronologique, "Le Temps des Tempêtes" entraîne le lecteur dans les coulisses du pouvoir, le met au cœur de l'action en temps de crise, et le gouvernement d'un pays est rarement un long fleuve tranquille ! Le livre fourmille d'anecdotes, de souvenirs, de portraits, et chacun peut mesurer combien l'exercice du pouvoir suprême suppose que la barre soit tenue d'une main ferme et quelque peu expérimentée.

L'épilogue de l'ouvrage est surprenant. Arrivé au terme de 520 pages consacrées aux années 2007 et 2008, nous voilà propulsés en 2020, de plain-pied dans la pandémie de la Covid-19, puisque tel est le nom, féminin, de ce fichu virus. Pour deux pages, deux pages seulement, mais non dénuées de signification.

"Je me remémorais les crises que j'avais vécues, écrit Nicolas Sarkozy, tout en assistant, en direct, à celle du jour. C'était passionnant de voir surgir exactement les mêmes phénomènes dans des contextes pourtant bien différents. Dans toutes les crises, les responsables sont confrontés au même risque de les sous-estimer au début, et de surréagir à la fin".

Déjà, dans ces quelques lignes, perce comme un doute sur la gestion de la crise du coronavirus. Surtout quand l'on voit, aujourd'hui, le pouvoir redoubler d'ardeur en matière de tests et de port du masque, alors qu'il expliquait aux Français en début de pandémie que le masque était inutile ...tout bonnement parce que les stocks n'avaient pas été renouvelés. En janvier-février, mobilisé sur la réforme des retraites, l'article 49-3, la recherche de fiefs électoraux aux élections municipales, la candidature de Madame Buzyn à la Mairie de Paris, le gouvernement, Président de la République en tête, a grandement "sous-estimé" le risque que la pandémie frappe notre pays.

"Dans le déroulement de la crise, poursuit l'ancien Chef de l'Etat, toute personne qui n'adhère pas à cette pensée unique est immédiatement clouée au pilori".

Du léger doute, on passe à la franche interrogation. Comment ne pas penser au Professeur Raoult qui, en dépit ou à cause de ses succès marseillais, est devenu "l'ennemi public n°1" du Conseil scientifique de l'Elysée qui professe avec superbe qu'il n'y a pas de traitement contre le coronavirus ? Ce même Didier Raoult qui a soigné, au début de l'épidémie, les amis de Nicolas Sarkozy : Christian Estrosi, Maire de Nice, Valérie Boyer, Députée des Bouches-du-Rhône.

"La crise, souligne encore Nicolas Sarkozy, est avant tout un formidable révélateur de l'utilité de la politique. Dans une démocratie, le décideur final doit toujours être le politique et jamais l'expert. Ce sont le Président et les élus qui ont la légitimité du suffrage universel".

Plus de doute, plus d'interrogation, mais une certitude. Parce que les mots ont un sens, la divergence est totale entre l'ancien Président et Emmanuel Macron déclarant à la télévision le 14 juillet -et les opposants, comme les observateurs, ne semblent pas l'avoir relevé : 

"Les Français nous demandent de les soigner", mais "ce n'est pas à un homme politique de trancher" la question du traitement de la Covid-19. Si ce n'est pas à un homme politique de décider, c'est donc à "l'expert" de le faire.

Une autre différence -et de taille ! - interpelle le lecteur. Dans le corps de l'ouvrage (page 511), à l'occasion du récit de la crise financière de 2008, Nicolas Sarkozy est catégorique sur la communication du pouvoir dans la tempête.

"Dans la crise, il ne pouvait y avoir qu'un seul émetteur d'informations, ce devait être le président de la République. 

Je le signifiai au Premier ministre sans ambiguïté. La pluralité des décideurs compliquerait tout et nous n'avions pas besoin de davantage de complexité. Il fallait fixer un cap, l'expliquer et s'y tenir".

Là encore, la comparaison avec la catastrophe sanitaire de 2020 n'est certainement pas à l'avantage de nos actuels gouvernants. Il suffit de se rappeler la cacophonie du pouvoir au printemps, ou les propos tenus au sommet de l'Etat. Il y a déjà plus de 4 mois, Edouard Philippe -qui n'avait sans doute pas entendu parler de la réussite du traitement du Professeur Raoult, puisqu'il ne s'était pas déplacé, lui, à Marseille ! - annonçait un traitement "sous peu". Il a regagné son port d'attache sans que le traitement miracle ait été découvert ...

Après avoir dit le 14 juillet que ce n'était pas à un homme politique de se prononcer sur la question du traitement du virus, le Président Macron déclare le 20 août à Brégançon :

"Nous avons des perspectives qui sont raisonnables d'avoir un vaccin dans les prochains mois", et il ajoute : "Cela ne va pas régler les problèmes des prochaines semaines, mais des prochains mois".

Voilà le peuple français fixé ! Souhaitons au Président d'avoir plus de succès dans la prévision -exercice difficile, comme chacun sait ! - que son ancien Premier Ministre.

Au total, on est d'autant plus enclin à voir dans les écrits de Nicolas Sarkozy une mise en cause discrète de l'actuel locataire de l'Elysée que son fidèle compagnon de route, Brice Hortefeux, interrogé fin juillet sur le point de savoir s'il n'y avait pas eu "un peu de flottement" dans la gestion de la crise du côté du pouvoir exécutif, avait répondu sans ambages :

"Ce n'est pas un flottement, c'est un désastre".

Auteur(s): Alain Tranchant pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Sarkozy-Macron : deux conceptions du pouvoir dans la tempête

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-