Covid-19 : la gestion exemplaire de Taïwan

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Covid-19 : la gestion exemplaire de Taïwan

Publié le 12/10/2020 à 11:45
Unsplash
PARTAGER :

Auteur(s): Dr Gérard Guillaume pour FranceSoir

-A +A

Tribune : Situé au large des côtes chinoises et densément peuplé, Taïwan avait tout pour être submergé par l'épidémie de Covid19. A moins de 180 kilomètres des frontières de la Chine continentale, Taiwan fait partie des rares pays qui ont réussi à endiguer officiellement la vague du Covid-19. Par ailleurs, parmi les 23 millions de citoyens taïwanais, près de 850 000 d'entre eux vivent en Chine continentale, et 404 000 y travaillent d'après les statistiques des années 2018 et 2019. La part du tourisme chinois depuis le continent représente un flux de 2,7 millions personnes. Si l'on additionne à ces paramètres humains l'approche imminente des festivités du Nouvel An chinois, il est attendu que le taux de propagation sur le territoire taïwanais soit l'un des plus élevés sur la planète.

 

La performance de Taïwan, qui ne compte que 7 décès imputables à la pandémie et 496 cas recensés pour 23,5 millions d'habitants et 13  hospitalisations, n'est pas seulement due au fait que le pays est une île.

En France, les derniers chiffres Santé Publique France du 8 septembre, comptabilisaient un total de 30 764 décès, 2088 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours, dont 358 en réanimation

Forts de l’expérience de l’épidémie de SARS (Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus, SARS-CoV) de 2003, qui avait fait 73 morts sur  346 cas confirmés à Taïwan et du virus HIN1 de2009,  les Taiwanais ont pris dès le début conscience des risques représentés par une nouvelle épidémie.

Dès la fin décembre 2019, Taïwan alertait l’OMS sur les risques de  propagation désastreuse du coronavirus, du risque de transmission interhumaine et reproche à l'organisation onusienne de ne pas en avoir tenu compte.

Taiwan n’a plus le statut d’observateur à l’OMS depuis 2016. Les relations houleuses avec la Chine Populaire ne font que se tendre, surtout depuis l’élection de l’actuelle présidente Tsai-Yingwen, du Parti démocrate progressiste (Minjindang). Le parti considère Taïwan comme un État indépendant et souverain, et rejette donc le concept d’« un pays, deux systèmes » mis en avant par le président chinois Xi Jinping. 

Isolé par la plupart des pays occidentaux, Taiwan reste considéré par beaucoup comme une partie intégrante de la Chine et donc une zone à risques

Dès  le 2 janvier 2020, l'équipe d'intervention du CDC (Centers of Disease Control) de Taiwan a été mise en place pour faire face à l'épidémie de pneumonie qui sévissait en Chine, à Wuhan.

Le 20 janvier 2020,  le Central Epidemic Command Center (CECC) a réactivé les mesures d’urgences à son niveau 3 pour lutter contre le nouveau coronavirus . Le Dr Jih-Haw Chou, directeur général des Taiwan Centers for Disease Control (CDC de Taiwan) en assure le commandement

Le premier cas de contamination est diagnostiqué le 28 janvier : un homme d'une cinquantaine d'années résidant dans le centre de l'île, infecté par l'intermédiaire de sa femme travaillant en Chine continentale.

Le premier décès est confirmé le 16 février, impliquant un chauffeur de taxi de 61 ans dans le centre de l'île, qui transportait régulièrement des personnes provenant ou allant  en Chine continentale, à Hong Kong ou à Macao. Il présentait une double comorbidité, hépatite B et diabète

 

                                               « www.cdc.gov.tw » [archive], sur cdc.gov.tw

 

Comment peut-on résumer en quelques mots la stratégie taiwanaise ?

Très vite, ses dirigeants ont adopté des mesures toujours en place aujourd'hui : ­fermeture des frontières, obligation du port du masque dans les lieux publics, repérage et traçage des personnes ayant été en contact avec les cas déclarés, surveillance des personnes en quarantaine avec les technologies mobiles…

Commandement unifié 

Anticipation                    

Réactivité immédiate 

Fermeture des frontières 

 ransparence

 

Détection des sujets infectés repose sur quatre piliers : tester, isoler, tracer, traiter  

 

Absence de pénurie de masques pendant la crise sanitaire. « Nous avons acquis une indépendance rapide dans la production de masques, en réquisitionnant et supervisant dès le 31 janvier l’installation de 92 chaînes de production supplémentaires, pour passer d’une production quotidienne de 2 à 23 millions de masques », détaille Wu Chih-Chung.

 

Un téléphone portable est ainsi remis aux personnes contaminées pour enregistrer leur position GPS afin que la police puisse suivre leurs déplacements. La géo­localisation des smartphones sert également à contrôler le respect de la quarantaine. Il peut sonner à tout moment et les contrevenants s'exposent à des peines allant jusqu'à six mois de prison ferme assortis d'une amende de 30.000 euros.

 

Politique de traçage                 

Traçage numérique   

Confinements individuels sanctionnés en cas de non-respect

 

La qualité et la rapidité de la réponse apportées par Taiwan  ont fait de ce pays un des rares à ne pas avoir eu recours  au confinement aveugle, les écoles n’ont jamais été fermées (la rentrée avait été retardée de 15 jours en février), les universités, les transports, les magasins, les entreprises sont restés ouverts

Lors de la  conférence de presse du CECC du 28 avril, le ministre Chen Shih-chung. déclare que 4,8 millions de personnes présentant des syndromes suspects se sont signalées auprès des services de santé, 60 956 (1,2%) d'entre elles ont été dépistées, 429  (7%) et étaient positives, Devant ces résultats, le CECC écarte l'hypothèse d'un dépistage massif à l'échelle nationale.

Au 22/05/2020, Taïwan comptait 496 cas recensés, 13 hospitalisations  et 7 décès cumulés depuis le début de l’épidémie

Le Central Epidemic Command Center (CECC) a déclaré le 26 Aout qu'en cas d'épidémie grave de COVID-19 à Taiwan, les gouvernements locaux seraient obligés d'infliger des amendes aux personnes qui refusent de porter des masques faciaux dans certains espaces publics.

Le CECC imposera la mesure si la pandémie s'aggrave à Taiwan, ou si des cas nationaux sans origine connue apparaissent dans le pays.

Si le nombre de cas d'origine inconnue continue d'augmenter et que les patients se propagent dans plusieurs villes et comtés, le CECC envisagera d'imposer des règles nationales sur le port du masque dans le but d'arrêter la propagation de la maladie.

 

Aujourd’hui lors que le nombre d'infections dans le monde continue d'augmenter, la vie des Taïwanais est - pour la plupart - revenue à la normale. Taiwan n'a pas enregistré de cas local d'infection au COVID-19 depuis plus de 100 jours.  Un débat anime la classe politique sur  question de savoir si le gouvernement devrait effectuer des tests de masse sur tous les membres du public ou sur toutes les arrivées internationales à Taiwan

A ce jour encore, tout nouvel arrivant doit se placer en quatorzaine, sous le contrôle des autorités taïwanaises. Elles utilisent également la géolocalisation pour reconstituer la chaîne de transmission du virus et prévenir par SMS les personnes susceptibles d’avoir approché un malade.

Les vols internationaux sont toujours extrêmement rares et seuls les Taïwanais ou les étrangers détenant un permis de résidence peuvent revenir sur le territoire. Les visas touristiques restent proscrits jusqu’à nouvel ordre.

Le CECC inflige une amende aux porteurs sans masque en cas d'épidémie grave de COVID-19  26.08.2020

 

Jusqu'à présent, Taiwan a été relativement protégée contre la maladie, de sorte que le CECC n'a toujours pas ordonné aux gouvernements locaux d'imposer de verbaliser les non-porteurs de masques, bien qu'il ait déclaré respecter la décision de certains gouvernements locaux qui ont déjà commencé à le faire.

Dans les villes de Tainan et Taoyuan, les gouvernements locaux ont commencé à infliger des amendes aux personnes qui refusent de porter des masques dans huit types d'espaces publics, y compris les centres de soins médicaux, les transports publics, les écoles et les centres religieux.

D'autres lieux, tels que les marchés, les centres de spectacles, les centres de divertissement et les événements qui rassemblent un grand nombre de personnes, figurent également sur la liste.

Les personnes qui refusent de porter des masques dans ces espaces peuvent être condamnées à une amende comprise entre 3000 NT $ (108 $ US) et 150 000 NT (65000 $ US) en vertu de la loi taïwanaise sur le contrôle des maladies transmissibles, selon les gouvernements des deux villes.

 

Dans un contexte d'efforts supplémentaires à fournir pour accroître la sécurité le CECC a déclaré que les personnes en quarantaine ne seraient plus autorisées à rendre visite au médecin à pied ou en transport privé,.

Au lieu de cela, ils devront voyager en ambulance ou dans des taxis spécialement  requis par le gouvernement afin de transporter tant les voyageurs rentrant à Taiwan que les personnes en quarantaine.

 

En vertu de la réglementation du CECC, les personnes en quarantaine qui souhaitent consulter un médecin doivent en informer les autorités sanitaires locales, qui peuvent aider à organiser le transport et la visite.

Comme il n'y avait qu'un nombre limité de taxis et d'ambulances dédiés de disponibles en début  pandémie de COVID-19, la population avait reçu pour instruction de rendre visite au médecin par leurs propres moyens.

Ils étaient autorisés à voyager à pied, à utiliser leurs propres véhicules (y compris des vélos, des motos et des voitures) ou à être conduits par un membre de leur famille.

Cependant, alors que le nombre de taxis dédiés a augmenté au cours des derniers mois, le CECC a décidé d'interdire aux personnes en quarantaine de se rendre chez le médecin en dehors des méthodes de transport obligatoires.

 

Conférence à l’IDIA 7septembre

Le vice-ministre du Ministère des Affaires Etrangères (MOFA),Tien Chung-Kwang, a donné  le 7 Septembre à  l’Institute of Diplomacy and International Affairs (IDIA) de Tai Pei une conférence sur la réponse de Taiwan à l’épidémie de COVID-19

Organisées par l’Institut de diplomatie et d’affaires internationales du MOFA, les conférences ont offert un aperçu plus approfondi de la réponse efficace de Taiwan contre le coronavirus à plus de 50 diplomates étrangers en poste à Taiwan et à leurs personnes à charge inscrits au programme d’études mandarines de l’institut.

 

Lors de la conférence, le faible nombre de cas de coronavirus à Taiwan  a été attribué au très fort partenariat public-privé du pays. L’accent a été mis sur la capacité de Taiwan d’aider  communauté internationale à mieux gérer la pandémie en partageant son expertise et ses pratiques en matière de prévention des maladies. L’accent a en outre été mis sur la réactivité de Taiwan fort de son expérience du SRAS, des épidémies  H1N1, H7N9, dengue, Zika

Selon le MOFA, l'événement a également été l'occasion pour les participants d'un échange d’opinions sur les mesures de contrôle aux frontières et de discuter de l'évolution de la lutte mondiale contre la maladie.

 

Le Représentant de Taiwan au Sénat français le 9 septembre

L’envoyé spécial de Taiwan en France a partagé l'expérience de son pays en matière de maîtrise de la pandémie de COVID-19 lors d'une audience du Sénat français mercredi 9 septembre 2020. La confiance des Taïwanais dans leur démocratie explique qu'ils ont tous joué le jeu, a capacité des secteurs privé et public à rester vigilants sont les principales raisons pour lesquelles Taiwan a réussi à contenir la propagation de la pandémie COVID-19, a déclaré François Wu à l'audience.

Wu a attribué le succès à l'expérience de la lutte contre l'épidémie de SRAS de 2003 et à la précocité des mesures prises pour lutter contre l’épidémie,  et en e le contrôlant les passagers arrivant de la ville chinoise de Wuhan, épicentre du COVID-19,

Il insiste sur la confiance établie entre la population et le Centre de commandement central des épidémies (CECC) de Taiwan,  transparent et efficace, qui informe régulièrement la population des dernières mises à jour sur l'épidémie de COVID-19.

Dans un système démocratique, l'efficacité des mesures de prévention des épidémies dépend en grande partie de la confiance établie entre les citoyens et le gouvernement, le ministre de la Santé et du Bien-être social Chen Shih-chung , jouit désormais d'une popularité élevée de plus de 80% parmi les Taiwanais

Le pays a mis à disposition tout son savoir en matière de technologie informatique et numérique : suivi des personnes en quarantaine à domicile, des cas contacts par téléphonie mobile ; augmentation de la production de masques chirurgicaux. Alors que la capacité de production de masques chirurgicaux était insuffisante au début de la pandémie Taiwan a acheté de nouvelles machines de production de masques faciaux à l'Allemagne pour augmenter sa production quotidienne.

Aujourd’hui un grand nombre d'entreprises taïwanaises expérimentées sont capables de fabriquer des masques faciaux de haute qualité, fruit d’une coopération réussie entre le gouvernement et le secteur privé dans la lutte contre le coronavirus.

Les représentants officiels du Sénat ont reconnu que l’exemplarité des performances de Taiwan pendant la pandémie avait contribué à accroître sa visibilité internationale.

Documents chinois traduit par Erwan Guillaume

Une suite sera disponible demain. 

Auteur(s): Dr Gérard Guillaume pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Taïwan

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-