Un nouveau confinement serait dramatique

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un nouveau confinement serait dramatique

Publié le 28/10/2020 à 10:16
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): Tribune de scientifiques pour FranceSoir

-A +A

Dans cette tribune, plusieurs scientifiques et professionnels de la médecine alertent sur les dangers d’un nouveau confinement

 

Le premier confinement fut accepté parce que la vague était intense, que nous ne savions pas ce qu’il en résulterait, avec l’espérance que ce ne serait que transitoire et que la vie reprendrait. La plupart ont joué sur la résilience. Un grand nombre de Français n’ont pas été impactés car protégés dans leurs revenus. Une certaine désinvolture a placé les Français et ses intellectuels dans la posture de la nouveauté, de l’expérience, du genre ; « ouais, mon gars, tu vois, c’est une expérience géniale, tu kiffes, tu planes, tu te remets en question, tu fais le point sur ta vie, t’es un type génial, tu réinventes tout, avec ton travail, tes gosses, ton conjoint, t’applaudis les infirmières au balcon et puis, c’est Pâques au balcon ». Pendant le confinement d’avril, la végétation poussait, la nature verdissait, les jours rallongeaient et la perspective des vacances laissait une tonalité d’espoir. Ce qui n’a pas empêché les psychologues de constater les dégâts psychiques sur une partie des Français, et les sociologues de souligner l’aggravation des inégalités sociales et la très grande différence de vécu entre les Français disposant d’une maison, de liens sociaux appuyés, de patrimoine culturel, et ceux appartenant aux classes populaires confinés dans un logement HLM.

 

En novembre 2020, le nouveau confinement ne sera pas de la même teneur. Les feuilles tombent, les températures s’effondrent et les jours raccourcissent. En avril, le jour persiste jusqu’à 22 heures, en novembre, le soleil se couche avant 18 heures. Ce n’est plus la même dynamique saisonnière et c’est la déprime. Lors du premier confinement, nous venions d’une vie normale, mais plus maintenant. N’oublions pas que la baisse de luminosité aggrave les déprimes et les dépressions pendant la période hivernale. Le Dr Norman E. Rosenthal a été le premier à démontrer en 1984 le lien entre la lumière et les différents troubles survenant en période hivernale. Selon ses recherches, la dépression saisonnière est la conséquence de modifications hormonales induites par la baisse de luminosité. Un confinement diurne total ou alors le week-end priverait les Français de la possibilité de s’aérer, de prendre l’air, de faire une activité sportive, d’être irradié par ces rayons lumineux indispensables à notre humeur, sans oublier la vie sociale sans laquelle nous ne sommes rien sauf des corps animaux. Peut-on accepter d’abimer la santé de millions de Français pour une épidémie dont l’intensité attendue n’est pas encore celle de mars, pour autant qu’elle l’atteigne ?

 

Ce second confinement arrive après deux mois de nouvelles anxiogènes, de privations, de masques à suffoquer la journée, de bars et resto fermés et pour 45 millions de Français, le couvre-feu, de quoi déprimer. D’autant plus que les raisons d’espérer ont été balayées par des annonces sans fondement sur une situation devant perdurer jusqu’à l’été prochain. Confiner dans cette ambiance anxiogène est une mesure barbare, une sorte de punition collective pour une faute que nous n’avons pas commise. L’économie risque de s’effondrer, les bars de fermer, les artistes vont crever, les jeunes vont déprimer, la culture va s’éteindre. La situation dans les hôpitaux est difficile. En Italie, 6000 médecins et le double d’infirmières ont été recrutés, chez nous, des lits ont été fermés. Des milliards ont été budgétisés pour payer les gens à ne pas travailler, les bars et les restos à fermer, les salles de spectacle à se vider, la vie à se mortifier. Pourquoi ces milliards n’ont-ils pas été dépensés pour recruter du personnel en le payant correctement ?

 

Nous ne pouvons pas accepter d’être reconfinés, ni même les couvre-feux. Si nous plions, nous serons abimés voire sévèrement atteints, avec des conséquences visibles à moyens terme. L’épidémie n’est pas hors de contrôle. Nous savons que les autorités n’ont pas pris la mesure de la situation, confondant les cas et les malades et n’anticipant pas l’évolution des réanimations faute de modèles épidémiologiques fiables. Il ne faut pas regarder le virus mais ce qui se passe dans les hôpitaux. La situation est difficile mais elle ne justifie pas que notre pays soit abimé de la sorte. Il est déjà arrivé que les urgences soient localement saturées par une épidémie de grippe. Les Français sont invités à sortir de l’état de soumission et à reprendre le contrôle de leur destin moral et physique. Une dernière remarque entre parenthèses (En cas de nouvelles mesures, le déclin probable de l’épidémie pourrait être considéré comme une réussite par le gouvernement alors qu’il n’est pas impossible que l’épidémie se résorbe spontanément d’ici un à deux mois).

 

Premiers signataires

Bernard Dugué, ingénieur des Mines, docteur en pharmacologie, docteur en philosophie

Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS

Hélène Banoun, pharmacien biologiste, docteur es-sciences pharmaceutiques.

Louis Fouché, médecin anesthésiste-réanimateur, Marseille

Jean-Louis Lascoux, Président de l'école professionnelle de la médiation et de la négociation, EPMN, Bordeaux

Manon Van Steirteghem, psychologue clinicienne.

Sophie Colas, coordinatrice CRMR, Timone Marseille

Catherine Gire, chef de service de réanimation, CHU Marseille

Nicole Roattino, pharmacien, praticien hospitalier

Dr Alain Le Hyaric, médecin de santé publique, médecin DIM

Françoise Giorgetti-D’Esclercs, docteur, CHU Timone, Marseille

Romain Torrents, médecin Hospitalier, Centre Antipoison et de toxicovigilance de Marseille

 

Auteur(s): Tribune de scientifiques pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Un nouveau confinement serait dramatique

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-