Élections régionales

©Christian Hartmann/Reuters

Dernière grandes élections avant la présidentielle de 2017, les élections régionales se tiendront le 6 décembre 2015 pour le premier tour et le 13 décembre pour le second. Elles ont pour but d'élire les 14 conseils régionaux de métropole et d'outre-mer ainsi que l'assemblée de Corse, l'assemblée de Guyane et l'assemblée de Martinique pour un mandat de six ans. 

Les présidents des nouvelles grandes régions, dont l'existence est officielle depuis le 1er janvier, vont être désignés ce lundi. Un "troisième tour" sans suspens car la règle électorale octroie aux vainqueurs des scrutins régionaux de décembre une majorité nette.
Valérie Pécresse, Christian Estrosi, Jean-Yves Le Drian... Au total, neuf nouveaux patrons de régions ont été désignés ce vendredi.
S'il ne s'agit pas d'effacer les "clivages" politiques, François Hollande entend néanmoins "ouvrir le dialogue". Son objectif est de rassembler "les volontés communes face à l'essentiel", a déclaré le chef de l'Etat jeudi soir à Bruxelles.
C'est officiel: Laurent Wauquiez remplace Nathalie Kosciusko-Morizet au poste de numéro deux du parti Les Républicains. Après l'annonce de son éviction, lundi, NKM a jugé ce mardi que la ligne de LR, voulue par Nicolas Sarkozy, est "réactionnaire". Et n'a pas caché ses envies de primaire.
Elu dimanche 13 à la tête de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, l'ancien ministre Xavier Bertrand a annoncé lundi renoncer à se présenter à la primaire de la droite et du centre en vue de la présidentielle de 2017. Sur France 2, il a également indiqué quitter ses fonctions de député de l'Aisne et de maire de Saint-Quentin afin de se consacrer à sa région.
Alors que le second tour des régionales a fait la démonstration que, unie, la gauche peut peser dans les élections, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé lundi la création d'une "alliance populaire" destinée à la rassembler d'ici la mi-février. Mais, a priori sans la gauche de la gauche ni EELV, le projet paraît mort-né.
Interrogés au lendemain d'élections régionales marquées par la poussée du FN au premier tour et des candidats de droite élus grâce à la gauche pour contrer le FN au second, les Français se disent favorables à une large coalition allant de la droite à la gauche en passant par le centre.
Alors qu'elle défendait le front républicain, Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente des Républicains, va être évincé de l'exécutif de son parti, a-t-on appris ce lundi. Entre elle et Nicolas Sarkozy, les relations étaient de plus en plus tendues.
La droite unie a remporté sept régions, la gauche rassemblée cinq et l'extrême-droite isolée zéro lors du second tour des élections régionales, dimanche 13. Voici les résultats de ce scrutin marqué aussi par un fort regain de participation, et ce qu'il faut en retenir.
Défaite du Front national qui n'emporte aucune région, résistance de la gauche qui en conserve 5, et victoire modérée de la droite dans les 7 autres en métropole (hors Corse et outre-mer): le deuxième tour des élections régionales n'a dégagé aucun vainqueur net. En Ile-de-France, Valérie Pécresse a remporté une victoire emblématique en battant de peu Claude Bartolone.
Après un entre-deux-tours tendu, Valérie Pécresse a battu de justesse Claude Bartolone dimanche aux élections régionales en Ile-de-France, mettant fin à 17 ans de gouvernance de la gauche dans la principale région française.
Profitant du désistement de la liste de gauche arrivée en 3e position au premier tour, Christian Estrosi a remporté dimanche la victoire dans sa région Provence-Alpes-Côte d'Azur en battant nettement la candidate du Front national Marion Maréchal-Le Pen.
L'ancien ministre Xavier Bertand, candidat de la droite soutenu par la gauche qui avait retiré sa liste, a nettement battu dimanche la liste FN de Marine Le Pen, arrivée en tête au premier tour, dans la grande région Nord.
Quatre semaines après les attentats de Paris, plus de 45 millions de Français étaient appelés à voter ce dimanche au premier tour des élections régionales. La droite remporterait 7 régions, la gauche 5 et le Front national aucune. Suivez en direct ce scrutin sur "FranceSoir".
Les abstentionnistes du premier tour vont-ils venir voter pour le second? C'est l'une des questions capitales du scrutin des élections régionales ce dimanche, dernière consultation populaire avant l'élection présidentielle de 2017.
Quel que soient les résultats du second tour des élections régionales dimanche, l'exécutif devra en tirer les leçons. Mais Le Premier ministre Manuel Valls assure avoir reçu l'assurance du chef de l'Etat François Hollande qu'il resterait à Matignon.
Si le FN l'emporte dimanche, ce sera "la guerre civile", selon Manuel Valls. Le Premier ministre a réitéré vendredi la menace qu'il avait lancée le matin sur France Inter.
Claude Bartolone, candidat aux régionales en Ile-de-France, ne retire rien de ses propos sur son adversaire Valérie Pécresse qui selon lui "défend la race blanche". Il a pris pour exemple une déclaration d'un de ses soutiens (LR) qui démontre pour lui une complaisance à l'égard des thèmes du Front national.
Absents, hormis quelques fusions avec le PS, du second tour des élections régionales la gauche radicale et les écologistes concèdent la défaite lors de ce scrutin. Et de nombreux dirigeants anticipent déjà la "reconstruction" à venir de leurs formations respectives.
Le ministère de l’Intérieur a rendu publiques, mercredi, les listes pour le second tour des élections régionales qui se déroulera dimanche prochain en métropole et en outre-mer. Au total, 46 listes ont été enregistrées.
Le cofondateur du Parti de gauche et candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle de 2012 a décidé de ne pas choisir dans les régions où la gauche est absente du second tour des élections régionales.
Deux jours après le premier tour des régionales, Marine Le Pen, arrivée en tête en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, était l'invitée de TF1 ce mardi soir. Assurant que son parti pourrait faire bouger les choses dans la région grâce à son oeil nouveau, elle a également critiqué l'attitude du PS, et notamment de Manuel Valls, qui a appelé à voter à droite dans les régions où le FN était donné favori afin de lui faire barrage.
Les partisans d'un retrait de la liste PS dans le Grand Est ne sont pas parvenus à réunir plus de la moitié des 189 colistiers. Par conséquent, la liste reste valide et Jean-Pierre Masseret se maintient au second tour des élections régionales.
A droite et, surtout, à gauche, les tractations d'après premier tour des régionales ont commencé. La fusion des listes de gauche, déjà actée dans plusieurs grandes régions, semble sur la bonne voie.
Au lendemain du premier tour des élections régionales qui a vu le FN se hisser en tête des votes, notamment au détriment de la droite, Alain Juppé a estimé qu'il y a un problème de ligne politique au sein de son parti. Il en a ainsi appelé à "un débat" sur le sujet après le second tour.
Les résultats définitifs du premier tour des élections régionales sont désormais connus. Voici, région par région, les rapports de forces issus du verdict des urnes de ce dimanche de vote régional.
Le bureau politique du parti Les Républicains a entériné ce lundi la politique du "ni retrait ni fusion" pour le second tour des élections régionales. La décision de ne pas suivre le "barrage républicain" face au FN, décidé par le Parti socialiste, a été prise à une large majorité.
Le premier tour des élections régionales de dimanche a été marqué par la montée du FN. Celui-ci devra cependant faire face au second tour au "barrage républicain" annoncé par le Parti socialiste. Une décision que refuse de suivre la droite, fidèle au "ni-ni".
La tête de liste PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne Jean-Pierre Masseret a déclaré ce lundi qu'il ne se retirera pas après être arrivé troisième au premier tour des élections régionales. Une décision contraire à la directive de "barrage républicain" face au FN qu'a rappelé ce matin Jean-Christophe Cambadélis.
Face à la "menace" de victoires du Front national dans plusieurs régions, au soir du premier tour des élections de ce dimanche, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a annoncé le retrait des listes PS-PRG là où il y a un "risque Front national". Sont concernées les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Après avoir déjà réalisé une percée spectaculaire en pourcentage lors des européennes de 2014 (24,9%) puis aux départementales de mars (25,2%), deux records consécutifs, le Front national a encore progressé dimanche, crédité d'environ 30% des suffrages au premier tour des élections régionales, dernier scrutin avant l'élection présidentielle de 2017.
Marine Le Pen est sortie gagnante du premier tour des élections régionales dimanche. Son parti, le Front national, premier parti de France avec 30% des voix au niveau national, est arrivé en tête dans 6 des 13 régions de métropole.
Trois semaines après les attentats de Paris, plus de 44 millions de Français étaient appelés à voter ce dimanche au premier tour des élections régionales. Le Front national est en tête dans au moins six régions, distançant la droite et la gauche qui s'opposent sur la conduite à adopter face au parti de Marine Le Pen au second tour: suivez en direct ce scrutin sur "FranceSoir".
Ce dimanche, plus de 44 millions d'électeurs français étaient appelés aux urnes pour le premier tour des élections régionales. Trois semaines après les attentats de Paris, un scrutin qui s'est déroulé sous très haute sécurité.
Quelle réaction des électeurs après les attentats de Paris, comment la gauche va-t-elle résister aux mauvais sondages, le Front national va-t-il concrétiser sa poussée, la droite va-t-elle rester en position forte? Les enjeux du premier tour des élections régionales, ce dimanche, sont multiples.
Le premier tour des élections régionales se déroule ce dimanche. Plus de 44 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour ce scrutin, dont le second tour aura lieu dimanche prochain et qui sera le dernier avant l'élection présidentielle de 2017.
C'est le deuxième scrutin national de l'année et le dernier avant 2017. Lors des élections régionales des 6 et 13 décembre, les Français votent pour la première fois selon le nouveau découpage du pays en 17 régions, dont 13 en métropole. Qui vote, comment et pour quoi: "FranceSoir" vous dit tout sur ce scrutin complexe qui fixera la couleur des nouvelles (grandes) régions françaises pour les six années à venir.
Si quelques régions focalisent l'attention, comme l'Ile-de-France, le Nord et PACA, c'est bien l'ensemble des Français qui sont appelés aux urnes pour les élections régionales des 6 et 13 décembre. Voici un tour d'horizon des derniers sondages et des rapports de forces à quelques jours du premier tour.
Alors qu'une vague bleue était pronostiquée aux élections régionales il y a encore quelques semaines, les attentats du 13 novembre pourraient avoir changé la donne, à en croire les derniers les sondages. Victoire (néanmoins) probable de la droite, percée du Front national et gauche qui pourrait résister mieux que prévu: "FranceSoir" passe au crible cinq régions qui illustrent les enjeux de ce dernier scrutin national avant la présidentielle de 2017.
Le Front national poursuit sa progression dans les sondages. Dans la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon un nouveau sondage paru ce jeudi le donne ainsi en deuxième position, devant la droite et juste derrière la gauche.
Le Front national emmené par Marine Le Pen pourrait remporter trois régions aux élections régionales des 6 et 13 décembre, selon un sondage paru ce jeudi. Outre le Nord et PACA, l'Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine basculerait ainsi à l'extrême-droite.
Lors des élections régionales, avec Florian Philippot en tête de liste, le FN semble bien placé pour remporter l'Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, selon un nouveau sondage. D'après cette enquête, en cas de triangulaire au second tour, le numéro 2 du FN sortirait gagnant.
Dans une interview au "Parisien" parue ce mardi, le patron du Medef Pierre Gattaz s'inquiète des conséquences d'une éventuelle victoire du Front national dans certaines régions. Car, au niveau économique, le parti de Marine Le Pen "n'est tourné ni vers l'avenir, ni vers la compétitivité", assure-t-il.
Selon un sondage Ifop publié ce lundi, la liste LR-UDI-MoDem de Valérie Pécresse est donnée favorite pour l'emporter en Ile-de-France lors des prochaines élections régionales, devant le candidat de l'union de la gauche et des écologistes, Claude Bartolone.
L'alternance, ou non, peine à se dessiner. Un nouveau sondage sur les élections régionales en Ile-de-France donne de nouveau Claude Bartolone et Valérie Pécresse au coude-à-coude lors du second tour du 13 décembre. Le Front national, qualifié dans une triangulaire, est très haut mais néanmoins pas en position de l'emporter.
Deux semaines après les attentats du 13 novembre, Nicolas Sarkozy a signé son retour en campagne pour les élections régionales mercredi soir, lors d'un meeting en Alsace. Craignant un mauvais résultat à ce scrutin, le patron LR entend prendre de la hauteur pour faire taire les critiques sur sa stratégie d'offensive contre François Hollande adoptée dès le lendemain des attaques.
Jusqu'ici incertain, le résultat des élections régionales en Ile-de-France se préciserait, selon un sondage paru ce jeudi. A en croire cette étude, Valérie Pécresse (LR) l'emporterait au second tour à la faveur d'une triangulaire, devançant Claude Bartolone (PS) et Wallerand de Saint-Juste (FN).
La campagne des élections régionales débute officiellement ce lundi. Alors que le pays est encore marqué par les attentats du 13 novembre et semble concentré sur la réponse à adopter, les partis politiques adoptent des stratégies différentes.
Marion Maréchal-Le Pen est donnée largement gagnante des élections régionales de décembre en PACA. La candidate frontiste arriverait en tête dès le premier tour et s'imposerait au second à la faveur d'une triangulaire.
Pour la première fois depuis le lancement de la campagne pour les élections régionales de décembre prochain, Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Lagarde étaient réunis en meeting, lundi dans le Maine-et-Loire. Venus soutenir le candidat de la droite et du centre dans les Pays-de-la-Loire Bruno Retailleau, les patrons LR et UDI ont vanté "l'union" de leur camp.
Le Front de gauche a tenu mercredi soir à Paris son unique meeting électoral de la campagne pour les régionales en Ile-de-France. Pierre Laurent, sa tête de liste, espère atteindre la barre des 10%.
Manuel Valls a déclaré ce mardi que "tout" devrait être fait pour empêcher que le Front national ne remporte une région lors des élections de décembre prochain. Une déclaration qui laisse entendre que le PS proposerait un front républicain au soir du premier tour dans les régions concernées.
A six semaines du premier tour des élections régionales, Claude Bartolone a dévoilé son programme pour la région. Transports, emploi et environnement sont les principaux chantiers du candidat PS.
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé officiellement ce vendredi être candidat pour la présidence de la Bretagne aux élections régionales de décembre prochain. Il a également précisé qu'il restera ministre le temps de la campagne et que, s'il est élu, ce sera à François Hollande de décider s'il devra rendre son portefeuille de la Défense.
Après d'âpres négociations, le Parti socialiste et le Parti radical de gauche viennent de nouer un accord national, sauf la Corse, en vue des élections régionales de décembre prochain. Un premier pas espère Jean-Christophe Cambadélis, qui veut un rassemblement plus large de la gauche dès le premier tour.
Marine Le Pen a annoncé ce mardi sa candidature comme tête de liste dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie pour les prochaines élections régionales. Un scrutin en forme de test avant la présidentielle de 2017. Les premiers sondages la donnent vainqueur dans la région.
L'UDI et Les Républicains partiront bien unis dès le premier tour des élections régionales de décembre prochain, et ce dans toutes les régions, a annoncé ce mardi le patron des centristes Jean-Christophe Lagarde. Ses troupes décrochent même trois têtes de liste.
Dans un entretien à "Valeurs actuelles", Marion Maréchal-Le Pen a fait savoir qu'elle sera bien candidate en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) aux élections régionales de décembre prochain. La députée FN compte ainsi prendre la relève de son grand-père, Jean-Marie Le Pen.
Via un communiqué commun, Jean-Paul Huchon et Claude Bartolone ont officialisé le soutien du premier au second, qui reste donc seul socialiste en course pour les élections régionales en Ile-de-France. Après le rassemblement de son camp, reste désormais au président de l'Assemblée nationale à travailler à celui de la gauche.
Christian Estrosi et Marion Maréchal-Le Pen viennent d'être officiellement investis par leurs partis respectifs pour les élections régionales de décembre prochain. Ainsi, bien que le scrutin ne soit que dans huit mois, le match pour décrocher la région PACA est déjà lancé.
Les élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre 2015 dans chaque région, a-t-on appris ce mardi matin de source gouvernementale. Il s'agit du premier scrutin dans le cadre de la réforme territoriale.

Dossiers