Attentat du 14 juillet à Nice

©Valery Hache/AFP

Jeudi 14 juillet, alors que de nombreuses personnes étaient rassemblées sur la promenade des Anglais à Nice pour admirer le feu d'artifice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a foncé sur la foule au volant d'un camion. Il a également fait feu sur des policiers avant d'être abattu. L'attentat, revendiqué par l'Etat islamique, a fait 86 morts et de nombreux blessés. Des enfants figurent parmi les victimes. Le profil de son auteur intrigue, celui-ci n'ayant pas été repéré comme radicalisé par les renseignements. Cette attaque d'un nouveau genre est la plus meurtrière survenue en France après celles du 13 novembre. Elle a relancé le débat sur l'efficacité des mesures prises depuis janvier 2015 face à la menace terroriste.

 

Au moins une des victimes de l'attentat de Nice, qui avait fait 86 morts et 250 blessés le 14 juillet dernier, s'apprête à saisir le tribunal de grande instance de Créteil pour contester le montant qui lui a été proposé. Elle avait réclamé 330.000 euros après avoir perdu sa mère de 64 ans.
Les plaintes des proches des victimes contre l'Etat et la municipalité, contestant le dispositif de sécurité le soir de l'attentat de Nice, ont été classées sans suite.
Près de six mois après les faits et une longue polémique, le procureur de Nice a décidé de classer la plainte de Sandra Bertin, policière municipale en charge de la vidéosurveillance le soir de l'attentat du 14 juillet. Elle avait dénoncé des pressions pour faire apparaître des effectifs policiers dans son rapport.
Trois personnes ont été décorées de la Légion d'honneur ce mercredi. Deux gardiens de la paix qui ont été les premiers à intervenir, et un cycliste qui a essayé de ralentir le camion fou se sont vu reconnaître leur héroïsme.
Trois hommes sont suspectés d'avoir aidé le terroriste de l'attentat de Nice. Il n'est par contre pas certain que les intéressés savaient exactement quels étaient les projets de Mohamed Lahouaiej Bouhlel.
Dix personnes ont été arrêtées à Nice et une à Nantes dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice le 14 juillet 2016. Les individus sont suspectés d'avoir apportés une aide logistique à Lahouaiej Bouhlel, même s'il n'est pas certain qu'ils connaissaient exactement ses projets.
La 13e édition de la compétition de triathlon IronMan de Nice en 2017, mettra fin à une période symbolique de deuil sur la Promenade des Anglais, fermée une année à tout événement après l’attentat du 14 juillet, annonce la ville.
Une centaine de bénévoles s'est mobilisée ce dimanche pour enlever les souvenirs laissés par le public sur la Promenade des Anglais en hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet. "Maintenant que l’hommage national a eu lieu, nous déplaçons tous ces objets pour rendre la Promenade plus praticable, c’est ce dont nous étions convenus avec la municipalité, et nous le faisons aussi pour les mettre à l’abri", a expliqué un membre de l’association d’aide aux victimes Promenade des Anges.
Trois mois après l'attentat de Nice et alors que s'est déroulé un hommage national en hommage aux victimes ce samedi, la tristesse, la colère et la peur restent fortes chez les riverains. Nombre d'entre eux en veulent notamment aux politiques, accusant ceux présents à la cérémonie d'aller à la "pêche aux voix".
La France a rendu un vibrant hommage aux 86 morts de l'attentat du 14 juillet ce samedi à Nice. Dans un climat apaisé après les violentes polémiques de l'été, on a cité le nom et l'âge du décès de chacune des victimes et déposé des roses blanches en leur mémoire.
François Hollande a rendu hommage aux victimes de l'attentat de Nice ce samedi devant les familles ainsi que de nombreux responsables politiques. "Les victimes de cette barbarie n'avaient pas toutes la même origine, pas toutes le même parcours, pas toutes la même couleur de peau, pas toutes la même religion mais elles sont unies aujourd'hui par le malheur", a-t-il notamment déclaré.
Trois mois après l'attentat perpétré sur la Promenade des Anglais par Mohamed Lahouaiej Bouhlel, la ville de Nice accueillera samedi François Hollande pour une cérémonie d'hommage. A cette occasion, Julien Clerc chantera pour les disparus.
La cérémonie hommage aux 86 victimes de l'attentat de Nice, qui devait se tenir initialement ce vendredi 14 octobre, est reportée au 15 octobre à 11h, selon Christian Estrosi, en raison des mauvaises conditions météo.
Près de trois mois après l'attentat de Nice, Marisol Touraine a annoncé la création de 24 nouveaux postes dans les hôpitaux des Alpes-Maritimes pour le suivi psychologique "dans la durée" des personnes traumatisées par l'attaque. Cette démarche représente "un engagement financier d'1,4 million d'euros pour l'année".
Nice, sur la promenade des Anglais dévastée, les enquêteurs commencent leur travail dans le camion de Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui vient de terrasser la foule massée pour le 14-Juillet. A côté du tueur abattu, un portable encore allumé va livrer le récit d'une dérive implacable.
L'auteur de l'attentat de Nice, Mohamed Lahouaiej Bouhlel , était présenté par les témoignages comme un homme éloigné de la religion, et radicalisé en quelques semaines. L'enquête vient de révéler qu'il fréquentait en fait des islamistes radicaux depuis bien plus longtemps.
L'enquête sur l'attentat de Nice avait déjà révélé la personnalité étonnante de son auteur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Mais il y a maintenant plus surprenant: il semble avoir voulu laisser des indices précis pour identifier ses complices.
Un homme de 74 ans qui fréquentait Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l'auteur de l'attentat de Nice, a raconté aux enquêteurs sa relation avec le terroriste de Nice. Il peine à expliquer le geste de son ancien ami.
L’émission de Yann Barthès, "Quotidien", a révélé le contenu du procès-verbal dressé par la sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire concernant l'attaque du 14 juillet à Nice. Selon le rapport, le camion de 19 tonnes, conduit par Mohamed Lahouaiej Bouhlel, n'a pas été stoppé par les policiers comme l'ont affirmé les autorités. Il a tout simplement calé. [EDIT: suite à une demande du service presse de la métropole Nice Côte d'Azur, cet article paru le 30 septembre a été mis à jour le 4 octobre, voir en fin]
La secrétaire d'Etat en charge de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel, a annoncé mercredi dans un entretien à "Nice-Matin" que François Hollande se rendra à Nice le 14 octobre prochain, dans le cadre de l'a cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet.
Dans le cadre de l'enquête sur l'attentat à Nice, qui a fait 86 morts le 14 juillet dernier, cinq gardes à vues ont été prolongées. Ces derniers faisaient tous "partie des relations de l'auteur des faits" (Mohamed Lahouaiej Bouhlel).
Deux mois jour pour jour après l'attentat à Nice, qui a fait 86 morts, Marisol Touraine a fait savoir ce mercredi que les victimes, blessés et/ou témoins du drame pourront bénéficier de 10 séances auprès d'un psychologue, remboursées à hauteur de 50 euros chacune. Selon la ministre de la Santé, l'Etat "continuera à assumer ses responsabilités".
Les parents d'une victime de l'attentat de Nice ont porté plainte ce mardi pour mise en danger de la vie d'autrui. Ils réclament l'ouverture d'une enquête par des juges d'instruction sur le dispositif de sécurité déployé lors du 14 juillet.
L'attentat de Nice a fait 86 morts. Un homme, blessé sur la promenade des Anglais le 14 juillet, est mort, jeudi , des suites de ses blessures selon Juliette Méadel.
Plus de trois semaines après l’attentat à Nice, qui a coûté la vie à 85 personnes, un millier de personnes se sont rassemblées ce dimanche sur la Promenade des Anglais pour rendre hommage aux victimes de l’attaque terroriste. La plupart des personnes étaient vêtues de blanc et certaines portaient des ballons blancs ou des roses blanches.
L'attentat commis à Nice (Alpes-Maritimes) a fait une 85e victime, jeudi 4 août. Pierre Hattermann a succombé à ses blessures à l'hôpital Pasteur de la ville, annonce l'établissement, jeudi 4 août, où il était en réanimation depuis l'attaque menée sur la promenade des Anglais, le 14 juillet.
L'enquête sur le réseau ayant soutenu l'auteur de l'attentat de Nice continue. Le parquet de Paris a annoncé la mise en examen d'un homme, en relation avec Mohamed Lahouaiej Bouhlel "depuis au moins un an".
Un interpellé dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Nice va être transféré lundi à Paris pour être mis en examen par un juge antiterroriste. Une seconde garde à vue à pour sa part été levé.
Une marche blanche en hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet prévue pour dimanche a été interdite jeudi par la préfecture des Alpes-Maritimes. Cela en raison de "la très forte mobilisation" des forces de sécurité et de la menace terroriste.
Alors qu'ne très vive polémique oppose Christian Estrosi à Bernard Cazeneuve depuis plusieurs jours, un rapport de l'IGPN affirme que le dispositif de sécurité lors de l'attentat de Nice le 14 juillet n'était pas "sous-dimensionné". Pour le président LR de la région Paca, cette enquête "n'est pas de nature à répondre aux questions qui restent en suspens et à notre volonté d’obtenir la manifestation de la vérité".
Un rapport de la "police des polices" affirme mercredi que le dispositif de sécurité lors de l'attentat de Nice le 14 juillet n'était pas "sous-dimensionné". L'opposition locale avait dénoncé des moyens insuffisants et des chiffres travestis. Plusieurs enquêtes restent cependant en cours sur les circonstances exactes et la gestion du drame qui a fait 84 victimes.
François Hollande et Manuel Valls sont montés au créneau lundi pour défendre Bernard Cazeneuve, accusé de travestir la vérité sur la sécurité le soir de l'attentat à Nice, pendant que la justice était saisie par le ministre de l'Intérieur et par la policière municipale qui le met en cause.
Trois Niçois -Franck, Gwenaël et Alexandre- ont été récompensés lundi par la médaille de la Ville de Nice pour leurs actes héroïques visant à arrêter le camion du terroriste de la Promenade des Anglais le 14 juillet.
La polémique sur le nombre de policiers sur la Promenade des Anglais le 14 juillet et les prétendues pressions exercées par le ministère de l'Intérieur se poursuit lundi avec un signalement déposé auprès de la justice par l'avocat de la policière municipale Sandra Bertin, en charge de la vidéosurveillance.
Emmanuel Macron s'est rendu lundi à Nice pour rassurer les professionnels du tourisme impactés par l'attentat du 14 juillet et annoncé une série de mesures à leur destination. Une campagne pour redorer l'image de la Côte d'Azur devrait également être lancée.
François Hollande et Manuel Valls sont montés au créneau ce lundi pour défendre Bernard Cazeneuve, accusé de travestir la vérité sur le dispositif de sécurité le soir de l'attentat à Nice, le Premier ministre fustigeant une polémique "purement politique" visant "à déstabiliser le gouvernement".
Le chef de l'Etat a réagi à la polémique qui oppose Bernard Cazeneuve à une policière municipale responsable de la vidéosurveillance à Nice. Pour François Hollande, "c'est la justice" qui va devoir établir la vérité.
Manuel Valls a déploré ce lundi la "polémique purement politique" sur les moyens policiers le 14 juillet à Nice, défendant l'intégrité du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, accusé par une policière municipale de pressions pour modifier son rapport, et critiquant Christian Estrosi.
Alors que la polémique enfle suite aux révélations de la policière Sandra Bertin de Nice, certains ténors du parti socialistes lui ont demandé de donner les noms des personnes qui auraient fait pression sur elle.
L'ancien maire de Nice Christian Estrosi a fait savoir ce lundi matin sur Europe 1 qu'il "n'accepte pas la mise en cause par le ministre de l'Intérieur de l'action des élus de Nice". Il somme l'Etat d'arrêter "de faire obstruction à l'éclatement de la vérité".
Depuis l’attentat meurtrier à Nice, qui a fait 84 morts le soir du 14 juillet sur la Promenade des Anglais, Christian Estrosi est dans la tourmente. D’autant que l’ex-maire LR de la ville, désormais 1er adjoint chargé de la sécurité, a depuis longtemps fait de la question de la sécurité l'un de ses thèmes favoris.
Suite aux accusations d'une policière municipale niçoise affirmant avoir reçu des pressions du ministère de l'Intérieur pour modifier son rapport sur le dispositif policier du 14 juillet, Bernard Cazeneuve va porter plainte ce dimanche pour "diffamation". Par le biais d’un communiqué, le ministre de l’Intérieur appelle "chacun à reprendre ses esprits".
Le premier adjoint au maire de Nice, Christian Estrosi (LR) n'a assisté à aucune des réunions préparatoires au 14 Juillet à Nice. Même chose pour le préfet des Alpes-Maritimes. Pour le président de la région Paca, ce sont "des attaques ridicules pour masquer les vraies questions".
Alors que la polémique sur la sécurité mise en place le soir de l’attentat à Nice ne désenfle pas, la policière municipale en charge de la vidéosurveillance a affirmé dans un entretien au "JDD" avoir reçu des pressions du ministère de l’Intérieur lors de la rédaction d’un rapport sur cette soirée meurtrière.
Une pétition a été lancée sur le site Change.org demandant à François Hollande d’accorder la légion d’honneur à "Franck, Gwenaël et Alexandre, héros de l'attentat de Nice". Le soir du 14 juillet, ils ont, chacun à leur manière, tenter d’arrêter la course meurtrière de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel sur la Promenade des Anglais.
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’est rendu à Nice ce samedi pour se rendre au chevet d’un Américain blessé dans l’attentat du 14 juillet. Au total trois Américains ont été tués dans l’attentat perpétré par Mohamed lahouaiej-bouhlel sur la Promenade des Anglais.
Touchés par l’histoire de Franck, le "héros au scooter" de Nice, deux Normands ont décidé de lancer une cagnotte sur la plateforme Leetchi pour lui racheter un deux-roues et le remercier de son courage. Le soir du 14 juillet, il avait tenté d'arrêter le camion de Mohammed Lahouaiej-Bouhlel sur la Promenade des Anglais.
Sous le feu des critiques depuis l’attentat à Nice, François Hollande a réuni ce vendredi matin un nouveau Conseil de sécurité et de défense pour faire "le point" sur la situation. Il s’agit du quatrième depuis la tuerie de 14 juillet sur la Promenade des Anglais.
Le procureur de Paris a fait état jeudi d'"avancées notables" dans l'enquête sur l'attentat de Nice, une semaine après les faits. Il semble notamment que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel ait préparé son acte plusieurs mois à l'avance avec l'aide de complices. Une enquête interne a par ailleurs été ouverte pour faire la lumière sur la présence des forces de l'ordre, sujet de polémiques depuis l'attaque.
Suite à la polémique sur le dispositif de sécurité déployé le soir du 14 juillet à Nice sur la Promenade des Anglais, Manuel Valls a jugé ce jeudi "insupportable la remise en cause permanente de la parole de l'Etat, du préfet, des policiers". Le Premier ministre a défendu en parallèle Bernard Cazeneuve face aux accusations dont il fait l’objet.
Une semaine jour pour jour après l’attentat à Nice, qui a fait 84 morts, le profil de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel se dessine de plus en plus. Avant la tuerie, le chauffeur du camion était en contact avec cinq personnes, quatre hommes et une femme, qui ont été présentés ce jeudi matin à la justice.
Suite aux critiques sur le dispositif déployé à Nice le soir de l’attentat, Bernard Cazeneuve a saisi l'Inspection générale de la police nationale "d'une évaluation technique du dispositif de sécurité et d'ordre public". Pour le ministre de l’Intérieur, "cette enquête administrative permettra d’établir la réalité de ce dispositif alors que des polémiques inutiles se poursuivent".
Une semaine après l’attentat à Nice, qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais, cinq suspects sont présentés ce jeudi à la justice antiterroriste en vue d’éventuelles mises en examen. Il s'agit de quatre hommes âgés de 22 ans à 40 ans et d'une femme de 42 ans arrêtés en raison de leurs contacts avec Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.
Le camion, qui a fauché 84 personnes le 14 juillet sur la Promenade des Anglais, n'avait pas le droit de circuler. Le boulevard qui longe le littoral niçois fait l'objet d'un arrêté municipal permanent interdisant la circulation des véhicules dont le poids total est égal ou supérieur à 3,5 tonnes. De plus, la circulation des véhicules de plus de 7,5 tonnes est interdite partout en France les veilles de jour férié à partir de 22 heures, et jusqu’à 22 heures le lendemain.
Me Corentin Delobel se présentait comme l'ancien avocat du terroriste de l'attentat de Nice, Mohamed Lahouiej-Bouhlel. Mais "Le Figaro" révèle ce mercredi qu'il ne l'a jamais été et qu'il aurait tout inventé.
La garde à vue d'un deuxième suspect, interrogé dans le cadre de l'enquête sur l'attentat à Nice, a été prolongée, ce mercredi matin, au-delà de 96 heures. De telles prolongations, qui peuvent aller jusqu'à six jours, ne peuvent être décidées qu'en matière antiterroriste en particulier en cas de menace d'attentat imminent.
Le profil de Mohamed Lahouaiej Boulhel, l'auteur de l'attentat de Nice, reste difficile à définir. Sa radicalisation tardive se mêle à des antécédents de violences, voire de problèmes psychiatriques. Ces personnalités perturbées dont il est difficile de définir le niveau de fanatisme, sont une aubaine pour l'Etat islamique.
Tahar Mejri avait crié son désespoir en cherchant deux jours durant son fils de quatre ans fauché dans l'attentat du 14 juillet avec sa maman. Sonné, il assistait mardi à une prière devant leurs cercueils dans une mosquée de l'est de Nice, où des imams ont lancé des appels à l'union nationale.
Soumise à des menaces depuis sa sortie de garde à vue, l'ex-compagne de l'auteur de l'attentat du 14 juillet à Nice, dont elle était séparée depuis plusieurs mois, a dû déménager. Elle a quitté son appartement avec ses trois enfants de 5 ans, 3 ans et 10 mois.
En déplacement au Portugal, François Hollande a déclaré que les Français "doivent vivre" et "résister", appelant à ne pas "mettre un genou à terre", cinq jours après l'attentat de Nice qui a fait 84 morts.
Suite aux accusations de Christian Estrosi sur le nombre de policiers nationaux présents à Nice le soir de l'attentat, Manuel Valls lui a demandé de "se reprendre" dans un entretien publié ce mardi par "Nice-Matin". Pour le Premier ministre, "se laisser aller aux divisions revient à servir le projet des terroristes".
Cinq jours après l’attaque qui a fait 84 morts à Nice et alors que le gouvernement va demander aux députés de prolonger l'état d'urgence, François Hollande a affirmé ce mardi que "tout sera mis en œuvre pour protéger les Français". "Ce sera fait dans le cadre de l'état de droit, des valeurs de la République et de la démocratie", selon le chef de l'Etat.
Alors que le gouvernement va demander ce mardi aux députés de prolonger l'état d'urgence pour trois mois, les députés FN Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont affirmé qu'ils voteront cette mesure qu'en cas de durcissement du texte. Ils attendent les "déclarations" et les "mesures annoncées" par Manuel Valls pour se positionner.
Cinq jours après l'attentat meurtrier à Nice, qui a fait au moins 84 morts, la Promenade des Anglais a été rouverte à la circulation ce mardi matin. Les fleurs, les messages, les peluches ont été déplacés dans la nuit par des centaines de personnes qui avaient organisé une chaîne humaine.
Alors que Manuel Valls se rendra mardi à l'Assemblée nationale pour demander la prolongation de l'état d'urgence, la question de sa durée se pose. Elle devrait être au minimum de trois mois, mais certains -notamment à droite- demandent qu'il soit maintenu au moins jusqu'en 2017.
Manuel Valls doit se rendre mardi à l'Assemblée nationale pour demander aux députés de voter une nouvelle prolongation de l'état d'urgence suite à l'attentat de Nice. Cela dans un climat politique très tendu, l'opposition reprochant au gouvernement de ne pas avoir pris toutes les mesures nécessaires à la sécurité des Français.
L'enquête se poursuit ce lundi sur le terrible attentat qui a tué au moins 84 personnes, jeudi sur la Promenade des Anglais à Nice. Le procureur François Molins a tenu une conférence, au cours de laquelle il a donné davantage d'informations sur le terroriste présumé et son engagement djihadiste. Retour sur ses déclarations.
En déplacement à Berlin, ce lundi , où il a été reçu durant une heure par Angela Merkel – comme Nicolas Sarkozy le 21 juin –, Alain Juppé a, devant la presse, sévèrement critiqué le gouvernement français.
Le Sénat veut durcir l'arsenal de mesures prévues par l'état d'urgence après l'attentat du 14 juillet à Nice. Sa prolongation de trois mois sera votée mercredi.
L'enquête se poursuit ce lundi sur le terrible attentat qui a tué au moins 84 personnes, jeudi sur la Promenade des Anglais à Nice. Le procureur François Molins a tenu une conférence, au cours de laquelle il a donné davantage d'informations sur le terroriste présumé et son engagement djihadiste.
Au moins 84 morts et des centaines de blessés: l'attentat de Nice, jeudi 14, a été un carnage. Mais derrière les chiffres, effarants, ces victimes étaient des enfants, des maris, des femmes, des frères, des mères, des pères. Des innocents.
Pendant une minute, ce lundi à midi, les Français ont rendu hommage aux victimes de l'attentat perpétré le soir du 14 juillet à Nice. Le premier ministre, Manuel Valls et la ministre de la santé, Marisol Touraine, se trouvaient sur la Promenade des Anglais.
Quatre jours après l'attentat perpétré à Nice par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'avocat d'une des personnes placées en garde à vue et transférées dans les locaux de la DGSI, a contesté ce lundi toute implication de son client dans un acte terroriste. L'homme de 22 ans est soupçonné d'avoir apporté un soutien logistique au chauffeur-livreur de 31 ans.
Quatre jours après l'attentat à Nice, qui a fait au moins 84 morts, le gouvernement s'est lancé dans une vigoureuse contre-attaque face aux accusations de la droite et du FN. Au lendemain de l'attaque, Bernard Cazeneuve et Manuel Valls avaient déjà défendu les actions entreprises par l'exécutif dans la lutte contre le terrorisme en France.
Alors que Manuel Valls a été conspué ce lundi à Nice quatre jours après l'attentat, le gouvernement s'est lancé dans une vigoureuse contre-attaque face aux accusations de la droite et du FN, premier acte d'une semaine politique très chargée avec la prolongation de l'état d'urgence au Parlement.
Plus de trois jours après l'attentat commis à Nice, François Hollande a invoqué ce lundi lors du troisième Conseil de sécurité et de défense une "obligation de dignité et de vérité" pour "ceux qui ont une parole publique", a rapporté Bernard Cazeneuve. Pour le ministre de l'Intérieur, "on ne peut obtenir la résilience dans un pays si durement frappé que si l'on dit la vérité aux Français et si l'on les prépare dans l'unité à faire face aux épreuves".
Une minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat commis jeudi soir sera observée ce lundi à midi dans toute la France. A Nice, ce moment de recueillement aura lieu devant le monument du Centenaire, sur la Promenade des Anglais, où des "moyens exceptionnels supplémentaires" seront mobilisés pour la sécurité.
Baptisée SAIP, l'application du gouvernement n'a pas fonctionné correctement lors de l'attentat perpétré à Nice le soir du 14 juillet. Face à ce dysfonctionnement, les développeurs de l'application ont été convoqués place Beauvau au lendemain de l'attaque. Une mise à jour a été effectuée.
Quatre jours après l'attentat de Nice, l'union nationale en politique est déjà bien loin, pour peu qu'elle ait existé. Les critiques de l'opposition ont fusé, la droite et le FN reprochant à l'exécutif de ne pas avoir fait le nécessaire ces derniers mois. Le gouvernement s'est défendu en rappelant les mesures prises ces dernières années.
Bernard Cazeneuve a annoncé lundi que l'enquête sur l'attentat de Nice n'avait pas encore établi de lien entre Mohamed Lahouaiej-Bouhlel et l'Etat islamique, qui a revendiqué la tuerie. Le ministre de l'Intérieur a évoqué la piste d'un " individu déséquilibré" qui aurait basculé "dans une radicalisation rapide".
Très vite après que Nicolas Sarkozy a mis en cause dimanche le manque de mesures prises contre les attentats par le gouvernement depuis janvier 2015, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont réagi en répondant à l'ancien président de la République qu'"aucun gouvernement n'a fait autant jusqu'à présent" en la matière.
Avant de se radicaliser dans le plus grand secret, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'auteur de la tuerie de Nice était un "dragueur" un peu "lourd", violent avec sa femme et absolument pas religieux, selon les divers témoignages recueillis par les enquêteurs. D'après une voisine, après son divorce, le jeune homme est devenu comme fou. "Il a déféqué partout, trucidé le nounours de sa fille à coups de poignard et lacéré les matelas", se souvient-elle.
Invité dimanche du 20H de TF1, Nicolas Sarkozy a sévèrement critiqué la gestion de la menace terroriste par François Hollande et son gouvernement depuis janvier 2015. "Nous sommes en guerre, une guerre totale", a-t-il notamment lancé, suite à l'attentat de Nice.
Peu avant l'attentat de Nice, le tueur a envoyé un SMS "se félicitant de s'être procuré un pistolet 7.65 et évoquant la fourniture d'autres armes", révèlent des sources proches du dossier ce dimanche. Les enquêteurs se demandent donc si ces armes étaient destinées à Mohamed Lahouaiej-Bouhlel ou à d'autres personnes censées l'aider à réaliser son carnage.
Quelles seront les conséquences de la tuerie de Nice sur la vie politique française? Dans ce contexte de menace terroriste, les Français vont-ils se tourner vers l'opposition, qui ne cesse de blâmer le gouvernement pour l'attentat, ou trouveront-ils au contraire les réponses de François Hollande et Manuel Valls adéquates? Autant de questions qui méritent qu'on s'y attarde, à quelques mois de la prochaine élection présidentielle.
Trois jours après les attentats de Nice, 18 blessés, dont un enfant, sont toujours entre la vie et la mort, a annoncé Marisol Touraine ce dimanche. Au total 85 personnes sont encore hospitalisées, a expliqué la ministre de la Santé, précisant que l'intégralité des frais engagés seraient pris en charge par l'assurance-maladie.
Deux nouvelles interpellations ont eu lieu ce dimanche dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice qui a fait 84 morts. Elles viennent s'ajouter aux cinq gardes à vue déjà en cours, celle de quatre hommes et l'ex-épouse de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'auteur de la tuerie.
On en sait un peu plus sur le profil de l'auteur de la tuerie de Nice. D'après les premiers éléments de l'enquête, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, décrit par son entourage comme un homme violent et taciturne, s'est radicalisé récemment. Evoquant son acte, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a décrit un "attentat d'un type nouveau" sans armes lourdes ni explosifs, qui "montre l'extrême difficulté de la lutte antiterroriste".
David Bonnet, Timothé Fournier, Emmanuel Grout, sont autant de victimes de l'attentat de Nice qui a fait 84 morts lors des traditionnelles festivités du 14 juillet. Mais qui étaient donc ces personnes qui ont perdu la vie alors qu'elles voulaient simplement admirer les feux d'artifices?
"La police nationale était présente et très présente sur la Promenade des Anglais", a déclaré ce samedi Bernard Cazeneuve. La veille, Christian Estrosi avait déploré le faible nombre de policiers nationaux mobilisés par l'Etat pour protéger les festivités du 14 juillet dans sa ville. "On était très loin du chiffre annoncé par Manuel Valls de 64 policiers. C'est un mensonge d'État", avait déclaré le maire de Nice.
Alors que de nombreux Français se sont mobilisés pour donner leur sang afin de venir en aide aux victimes de l'attentat de Nice, l'Etablissement Français du Sang (EFS) a indiqué vendredi que les "besoins en produits sanguins" étaient "couverts". "Nous vous invitons à vous mobiliser dans la durée", a précisé la structure.
Pour Bernard Cazeneuve, l'auteur de l'attentat de Nice s'est sans doute "radicalisé très rapidement". En effet, alors que Daech a revendiqué ce samedi l'attaque, décrivant le tueur comme "un soldat de l'Etat islamique", celui-ci "n'était pas connu des services de renseignement car il ne s'était pas distingué, au cours des années passées, soit par des condamnations soit par son activité, par une adhésion à l'idéologie islamiste radicale", rappelle le ministre de l'Intérieur.
Le Conseil restreint de sécurité et de défense présidé ce samedi par François Hollande à l'Elysée a été immédiatement suivi d'une réunion ministérielle. "Le conseil de défense a été l'occasion de faire un point de situation sur les événements et sur les mesures prises", notamment au niveau de la mobilisation des forces deux jours après l'attentat de Nice, selon une source gouvernementale.
Alors que les enquêteurs s'interrogent toujours sur les motivations de l'auteur de l'attentat de Nice, le groupe djihadiste Etat islamique a revendiqué ce samedi l'attaque qui a fait 84 morts. Outre son ex-épouse, quatre hommes de l'entourage de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel ont été interpellés et placés en garde à vue.
Deux jours après l'attentat meurtrier de Nice, François Hollande préside un Conseil restreint de sécurité et de défense à l'Elysée. Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Jean-Jacques Urvoas, Jean-Marc Ayrault, Jean-Yves Le Drian et Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, y participent ainsi que les principaux responsables du renseignement.
En 2015, les attentats avaient fédéré l'ensemble de la classe politique autour de François Hollande, du moins sur une brève période. Pas avec l'attaque de Nice: l'opposition a immédiatement déclenché la polémique.
L'attentat de Nice renvoie les victimes du 13 novembre 2015 à la nuit de cauchemar qu'ils ont vécu. Et le drame ne semble pas vouloir s'arrêter: selon une association regroupant des personnes touchées par les attaques de 2015, plusieurs membres ont perdu des proches, fauchés par le camion conduit par le terroriste.
L'attentat de Nice n'a toujours pas été revendiqué. La piste islamiste est envisagée. L'agglomération est en effet un lieu qui a déjà fourni plusieurs combattants terroristes qui soit ont cherché à frapper sur le territoire, soit ont pris le chemin de la Syrie.
L'auteur de l'attentat de Nice avait des antécédents dépressifs et n'était absolument pas religieux, a témoigné son père. "De 2002 à 2004, il a eu des problèmes qui ont provoqué une dépression nerveuse. Il devenait colérique, il criait, il cassait tout ce qu'il trouvait devant lui", a-t-il déclaré, ajoutant que son fils "ne faisait pas la prière, il ne jeûnait pas, il buvait de l'alcool, il se droguait même".
Le point sur l'évolution de l'enquête concernant l'attentat de Nice, où un camion a foncé dans la foule qui assistait au feu d'artifice du 14 juillet.
Parmi la foule qui courait pour essayer d'éviter le camion qui a tué 84 personnes lors de l'attentat de Nice, un motard a tenté le tout pour le tout pour ouvrir la porte de l'habitacle. Il a chuté et est passé sous les roues du véhicule.
L'auteur de l'attentat de Nice avait rapidement été identifié sans que son nom ne soit publié. Son identité est maintenant connue. Il s'agit de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien âgé de 31 ans.
Plusieurs familles ont été séparées par la cohue et le mouvement de foule lors de l'attentat de Nice. Grâce à un appel sur les réseaux sociaux, un premier enfant vient déjà d'être retrouvé en bonne santé.
Le député et candidat LR à la primaire de la droite critique le faible armement des militaires chargés d'assurer la sécurité dans le cadre de l'opération Sentinelle. Un soldat avec une arme de guerre aurait fait le nécessaire selon lui.
Manuel Valls, à la sortie du conseil de défense qui se tenait vendredi matin à l'Elysée, a rappelé que la France ferait "bloc". Il a confirmé le prolongement de l'état d'urgence et annoncé un deuil national de trois jours.
Les témoignages montrent que l'auteur de l'attentat était déterminé, et a roulé à vive vitesse sur la foule amassée sur la promenade des Anglais. Tous décrivent une scène d'horreur.
Dans une allocution prononcée dans la nuit de jeudi à vendredi, François Hollande a confirmé qu'il s'agissait d'une attaque terroriste, bien qu'aucune revendication n'a été rendue publique. L'état d'urgence, qui devait s'arrêter dans deux semaines, va être prolongé de trois mois.
La foule était dense pour assister au feu d'artifice et aux festivités du 14 juillet. Les rescapés racontent l'horreur du camion fonçant dans la foule créant un immense mouvement de panique.
Alors que l'attentat à Nice n'était toujours pas revendiqué vendredi matin, bien que les mouvements islamistes radicaux sont très fortement soupçonnés, les principaux représentants du culte musulman adressent leur soutien.
Les manifestations de soutien de chefs d'Etat ont rapidement afflué, et plusieurs bâtiments se sont déjà parés des couleurs de la France en solidarité à l'attentat à Nice.
Une partie de la classe politique commence à exprimer son incompréhension face à la facilité apparente avec laquelle l'homme a perpétré son attaque à Nice. Christian Estrosi, qui a longtemps maire de la ville, dénonce une action trop tiède des autorités. Selon "Le Figaro", il avait écrit au président de la République la veille de l'attentat.
Un camion a foncé dans la foule réunie à Nice ce jeudi soir pour le feu d'artifice du 14 juillet. Il y aurait des "dizaines de morts" selon les autorités, 60 selon le procureur de la République, et le chauffeur du camion aurait été abattu.
Un camion aurait foncé dans la foule nombreuse réunie ce jeudi pour le feu d'artifice donné à Nice pour le 14 juillet. Il y aurait de nombreux blessés et des morts, selon les témoins. La préfecture évoque un attentat et demande aux habitants de rester enfermés chez eux.

Dossiers