1er mai avec Jean-Marie Le Pen: Arnautu et Gollnisch poussés à démissionner des instances du FN

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

1er mai avec Jean-Marie Le Pen: Arnautu et Gollnisch poussés à démissionner des instances du FN

Publié le 02/05/2016 à 16:16 - Mise à jour à 16:42
©Robert Pratta/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Pour avoir osé se montrer au rassemblement du 1er mai organisé par Jean-Marie Le Pen, dimanche à Paris, les eurodéputés et cadres frontistes Marie-Christine Arnautu et Bruno Gollnisch vont être poussés à démissionner des instances du FN.

Fâché de leur présence dimanche 1er à l'hommage à Jeanne d'Arc de Jean-Marie Le Pen, le bureau politique (BP) du Front national a demandé ce lundi 2 à Marie-Christine Arnautu et Bruno Gollnisch, deux hauts cadres historiques du parti, de quitter leurs fonctions dirigeantes. La première est vice-présidente du FN et dernier soutien de M. Le Pen au sein du bureau exécutif. Le second est membre du BP et ancien numéro deux du parti. Aux yeux de la direction, ils ont commis un crime de lèse-majesté: figurer dimanche aux côtés du cofondateur exclu du FN.

Ce lundi, lors d'un BP qui a consacré quatre heures à la question, les deux responsables ont défendu leur geste de "fidélité" à M. Le Pen, qui n'est selon eux pas un acte politique, encore moins un "acte d'hostilité". Mais le BP, qui compte 42 membres, y a vu une démarche "inacceptable" de participation à "une manifestation politique réunissant un grand nombre d’organisations et de personnalités violemment hostiles" au FN. La motion demandant à Mme Arnautu et M. Gollnisch de quitter leurs responsabilités a été largement adoptée ce lundi, même si l'on ne connaît pas le nombre exact de participants à ce BP. Les deux concernés mis à part, seules trois personnes ont voté contre la motion et quatre se sont abstenues.

Mme Arnautu, nommée vice-présidente du parti par Marine Le Pen lors de son accession à la tête du FN en 2011, a immédiatement répliqué qu'elle ne "démissionnerait pas". "Il va falloir qu'ils m'excluent" des instances, a-t-elle prévenu. M. Gollnisch, lui, voit là "une tempête dans un verre d'eau" et s'est dit en "réflexion" pour prendre une décision peut-être "la semaine prochaine". Les deux mis en cause sont des fidèles de M. Le Pen et des membres historiques du parti, sans pour autant être les plus anciens: au sein de l'instance reine, le bureau exécutif, Jean-François Jalkh, premier vice-président du FN, a sa carte depuis 1974 quand Steeve Briois, Louis Aliot ou Wallerand de Saint-Just, ont tous adhéré à la fin des années 1980, comme Mme Arnautu.

Mais les deux rebelles sont relativement populaires parmi les militants: à l'élection au comité central fin 2014, sorte de baromètre interne, M. Gollnisch est arrivé 5e, Mme Arnautu 9e. M. Gollnisch a longtemps incarné un courant soucieux de continuité "lepéno-lepéniste" au FN face à Mme Le Pen, qui faisait vœu de modernisation et d'aggiornamento. C'est en Marion Maréchal-Le Pen, qui a voté la motion de demande de démission ce lundi, que les ex-fidèles de M. Gollnisch placent désormais leurs espoirs d'une autre ligne, plus libérale en économie, plus conservatrice sociétalement, que celle représentée par Mme Le Pen et Florian Philippot.

"J'ai la conviction qu'un certain nombre de gens comme moi incarnent la défense des valeurs traditionnelles, l'accueil de la vie, la famille, la lutte contre le fiscalisme...", a souligné auprès de l'AFP M. Gollnisch. "Il y a ce doute" que le FN n'incarne plus ces valeurs, a-t-il aussi relevé. "Il est évident que le sort accordé à Jean-Marie Le Pen, à Marie-Christine Arnautu et à moi va aggraver ce doute, mais je dis à ceux de mes amis qui partagent mes opinions et qui seraient tentés de quitter le FN de ne rien faire", a assuré l'eurodéputé.

Le FN va donc être suspendu au choix de M. Gollnisch et va devoir prendre une décision concernant Mme Arnautu, les deux ne risquant vraisemblablement pas une exclusion pure et simple du parti. "Ça va être toute une procédure disciplinaire à la Jean-Marie Le Pen", a estimé, comme M. Gollnisch, Mme Arnautu.

Cette nouvelle crise interne a immédiatement été qualifiée par Laurent Ozon, secrétaire général des comités "Jeanne au secours" de M. Le Pen, de "purge" contradictoire avec la "France apaisée" prônée par sa fille. Le "Menhir" a lui répété sur LCI son appel à l'"unité des patriotes" et sa mise en garde: "J'avertis Marine Le Pen (...) Si elle continue l'épuration qu'elle pratique à mon égard et à celui des personnages historiques du Front national, alors elle va dans le mur, c'est certain."

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Sur les 42 membres du bureau politique du FN, trois se sont opposés à la motion adoptée ce lundi et quatre se sont abstenus.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-