A 5 ans, le fils d'un député polynésien sait pourquoi il y a une réforme constitutionnelle (vidéo)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

A 5 ans, le fils d'un député polynésien sait pourquoi il y a une réforme constitutionnelle (vidéo)

Publié le 18/07/2018 à 13:44 - Mise à jour à 13:46
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Lors du débat sur la réduction du nombre de parlementaires voulue par le gouvernement ce mercredi, le député Moetai Brotherson a raconté une conversation qu'il avait eu avec son fils de 5 ans à ce sujet. Cela a donné une séquence assez insolite à l'Assemblée nationale.

Moetai Brotherson n'est pas le plus médiatique des députés mais son intervention ce mercredi 18 à l'Assemblée nationale est pour le moins amusante. L'élu de la 3e circonscription de la Polynésie française, ceint d'une magnifique chemise aux accents tropicaux, a pris la parole devant ses collègues pour narrer une anecdote.

En effet, le député, qui réagissait au cours du débat sur la réforme constitutionnel et notamment sur la baisse du nombre de parlementaires, a expliqué qu'il en avait discuté avec une jeune citoyen en devenir de cinq ans, en l'occurrence son fils, a rapporté Franceinfo Outre-mer. Ce dernier lui avait demandé pourquoi il se rendait à Paris, l'élu lui a répondu que c'était pour débattre sur la réforme constitutionnelle. Ce à quoi l'enfant l'a interrogé sur l'intérêt de cette dernière. Et Moetai Brotherson de lui expliquer qu'il s'agissait, entre autre, de réduire le nombre de députés et de sénateurs. Nouvelle question de son fils: "pourquoi cette réduction?". Le député a expliqué ne pas avoir su quoi répondre.

Lire aussi - Jean-Louis Debré: "on ne joue pas avec la Constitution"

"J'ai essayé de trouver des réponses à sa question, mais je n'en ai pas. Alors je suis venu ici pour essayer de trouver des réponses. Mais je n'en ai pas entendu", a-t-il expliqué au Palais Bourbon. "Mon fils de 5 ans, un petit garçon très éveillé, m'a dit «Mais papa j'ai la réponse: surtout toi, quand vous serez moins nombreux, tu auras plus de place dans ton fauteuil car il sera plus grand»", a poursuivi Moetai Brotherson, faisant rire certains de ces collègues.

Et d'ajouter avec plus de sérieux: "Aujourd'hui, c'est la seule réponse que j'ai. Cela fait sept heures que j'écoute les débats mais je n'ai pas entendu de réponse. Alors cher collègue, si l'un de vous veut bien, au détour d'un café ou d'une bière, m'expliquer les yeux dans les yeux ce que ça va apporter à la démocratie, je suis preneur car je ne peux pas rentrer et dire à mon fils qu'il avait raison et que la seule explication c'est qu'on va agrandir mon fauteuil".

L'intervention de Moetai Brotherson a été ponctuée par les protestations de députés de la majorité qui, eux, défendent la réduction du nombre de parlementaires

A lire:

Réforme de la Constitution: la Ve République vers un régime présidentiel?

Projet de révision constitutionnelle - les principales mesures

Réforme constitutionnelle: Edouard Philippe a "bon espoir" que les parlementaires s'entendent

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Moetai Brotherson a fait rire ses collègues lors d'un débat sur la réforme constitutionnelle.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-