Accusations de viol: pour Gérald Darmanin, la plaignante lui a fait des "avances"

Accusations de viol: pour Gérald Darmanin, la plaignante lui a fait des "avances"

Publié le :

Mercredi 04 Avril 2018 - 18:26

Mise à jour :

Mercredi 04 Avril 2018 - 18:37
"Le Monde" révèle ce mercredi les déclarations de Gérald Darmanin aux enquêteurs concernant les accusations de viol qui l'ont visé, et depuis classées sans suite. Il reconnaît la relation sexuelle avec Sophie Spatz-Patterson et être intervenu en sa faveur, mais pas le lien de causalité, assurant que c'est bien elle qui a "pris les choses en main". La plaignante juge quant à elle avoir été "piégée" par le ministre.
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il nie le viol, pas la relation sexuelle. C'est ce qui ressort de la version de Gérald Darmanin, accusé de viol par une ancienne call-girl et sympathisante UMP. Dans ses déclarations aux enquêteurs révélées par Médiapart et Le Monde ce mercredi 4, le ministre de l'Action et des comptes publics explique que c'est bien lui qui avait été séduit et même "gêné" et "impressionné" par cette femme "à la forte personnalité" qui "prenait les choses en main".

Très vite, son avocat avait dressé le portrait peu flatteur de la plaignante: "une professionnelle du sexe, menteuse, délinquante, condamnée pour chantage (en 2004, NDLR) qui le séduit, qui le manipule". Depuis, l'enquête pour viol a été classée faute d'éléments démontrant l'absence de consentement.

"La conversation était charmante et sensuelle", "elle me dit qu’elle a envie de moi", "elle s’est endormie à mes côtés" aurait ainsi déclaré le ministre aux enquêteurs.

Sophie Spatz-Patterson assure de son côté avoir à plusieurs reprises dit devoir rentrer chez elle. "Il fallait que je couche pour avoir la lettre et me faire innocenter", dit-elle, expliquant ne pas avoir "réussi" à partir et s'être sentie "piégée". Elle affirme ainsi que Gérald Darmanin a profité de sa situation (une mention à son casier qu'elle souhaitait voir effacer) pour abuser d'elle.

Le ministre reconnaît avoir écrit une lettre à la garde des Sceaux en sa qualité (à l'époque) d'élu d'opposition de Tourcoing. En revanche, il nie l'avoir fait en contrepartie de faveurs sexuelles ou même avoir le souvenir que le sujet ait été évoqué.

Il faut dire que même si l'accusation de viol n'a pas été retenue, l'idée que le ministre ait échangé des faveurs sexuelles contre une intervention de sa part suffirait à le discréditer, même en l'absence de condamnation.

Voir: "Faveurs sexuelles", Darmanin pourrait-il être accusé de corruption?

Gérald Darmnain reste visé pour abus de faiblesse par une ancienne administrée. Elle aussi accuse l'ancien maire de Tourcoing d'avoir exigé des faveurs sexuelles contre une intervention de sa part, pour une question de logement cette fois. Il a de son côté déposé plainte pour dénonciation calomnieuse.

Sophie Spatz-Patterson a déposé fin février une nouvelle plainte à Paris pour qu'un juge d'instruction reprenne l'enquête contre le ministre des Comptes publics, après le classement sans suite de la procédure.

Gérald Darmanin assure que c'est Sophie Spatz-Patterson qui lui avait fait des "avances".


Commentaires

-