Accusé d'avoir agressé Boris Faure, M'jid El Guerrab a décidé de "se mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM"

Accusé d'avoir agressé Boris Faure, M'jid El Guerrab a décidé de "se mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM"

Publié le :

Vendredi 01 Septembre 2017 - 15:51

Mise à jour :

Vendredi 01 Septembre 2017 - 16:15
©El guerrab/Wikimedias Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Après l'altercation qui aurait eu lieu mercredi à Paris entre le socialiste Boris Faure et le député LREM M'Jid El Guerrab, l'élu de la 9e circonscription des Français de l'étranger a annoncé se "mettre en congé du parti et du groupe parlementaire", ce vendredi. Le responsable PS est toujours en "soins intensifs".

Il l'aurait frappé à coups de casque de scooter. Après l'altercation violente qui aurait eu lieu mercredi 30, à Paris, entre le député LREM M'jid El guerrab et Boris Faure, un responsable PS, l'élu de La République en Marche a annoncé ce vendredi qu'il allait se "mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM".

"Suite à l'altercation que j'ai eue avec monsieur Boris Faure, j'ai décidé de me mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM afin de permettre à l'enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible et de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé. Je souhaite naturellement le rétablissement le plus rapide à Monsieur Faure", a écrit le député de la 9e circonscription des Français de l'étranger sur sa page Facebook ce vendredi.

Suite à l'altercation que j'ai eue avec Monsieur Boris Faure, j'ai décidé de me mettre en congé du parti et du groupe...

Publié par M'jid El Guerrab sur vendredi 1 septembre 2017

Le cadre du PS est toujours en "soins intensifs" ce vendredi. De leur côté, les autorités ont ouvert une enquête pour "violence aggravée" mercredi 30. Elles ont également interpellé et placé en garde à vue M'jid El Guerrab.

Cette affaire a vivement été condamnée par une grande partie de la classe politique et a commencé à embarasser La République en Marche. Le président du groupe LREM à l'Assemblée, Richard Ferrand, a indiqué qu'"aucun acte de violence n'(était) tolérable" et a souhaité un "prompt rétablissement à Boris Faure". Une position partagée par le président de l'Assemblée Nationale, François de Rugy qui a également condamné cet acte de violence.

Le parti du président de la République a, quant à lui, condamné "les actes de violence commis à l'encontre de Boris Faure" et lui a souhaité un "bon rétablissement".

Le député M'jid El Guerrab a annoncé ce vendredi sur Facebook qu'il allait se "mettre en congé du parti et groupe parlementaire LREM".


Commentaires

-