Aéroport de Notre-Dame-des-Landes: pour sortir de l'ornière, José Bové propose "un plan à la Larzac"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes: pour sortir de l'ornière, José Bové propose "un plan à la Larzac"

Publié le 05/01/2018 à 11:37 - Mise à jour à 11:45
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour tenter d'éviter un affrontement entre les zadistes et les forces de l'ordre sur le site de Notre-Dame-des-Landes en cas de maintient du projet d'aéroport, José Bové propose de s'inspirer du plateau du Larzac. Une idée qui présuppose que la structure aéroportuaire ne soit jamais construite.

Alors qu'Edouard Philippe a entamé ce vendredi 5 un ultime et vaste tour de table pour échanger avec les élus locaux concernés par le très controversé projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), José Bové propose une solution sans expropriation.

Sur Europe 1, l'ancien leader paysan a expliqué jeudi 4 qu'il "faut sortir de l’expropriation, c’est-à-dire remettre à plat la situation foncière", en s’inspirant du processus du Larzac après l’abandon du projet d’extension du camp militaire dans les années 1980. L'Etat avait finalement fait machine arrière à cette époque et avait rendu aux paysans les terres qu'ils occupaient sur le plateau. Un bail de très longue durée a ensuite été mis en place entre l'Etat et une structure, la société civile du Larzac, chargée de louer les terres aux agriculteurs. Bail renouvelé pour 99 ans en 2013 par Stéphane Le Foll. 

En effet, il a estimé que "le problème de la ZAD se règlera avec le temps après une remise à plat de la situation foncière en cas d'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes". Il plaide donc une sortie de crise négociée qui pourrait permettre aux agriculteurs encore sur place de conserver leur activité et aux autres de revenir sur leurs terres.

Lire aussi - Notre-Dame-des-Landes: Philippe reçoit une dernière fois les élus avant de trancher

"Tous ceux qui sont engagés sur des projets, et je dirais que c’est la très grande majorité (des occupants de la ZAD, NDLR), ceux-là vont s’inscrire dans le processus, et ce processus va mettre deux ans pour que la question juridique des expropriations soit réglée", a-t-il poursuivi. 

"Qu'il y ait des gens qui soient venus uniquement parce que ce qui les intéressait c'était de combattre contre, et que c'était un lieu d'expérimentation de vie au quotidien, très bien... Mais s'ils n'ont pas envie de rester là, s'ils pensent qu'ils ont une vie ailleurs, je pense que ceux-là vont naturellement partir. Le fait de l'abandon du projet modifiera radicalement les choses", a-t-il fait savoir au sujet des opposants les plus radicaux.

Le député européen reconnaît tout de même qu'il "n'est pas sûr que le projet d'aéroport soit abandonné". 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


José Bové estime que les zadistes quitteront Notre-Dame-des-Landes si l'aéroport n'est pas construit.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-