Affaire Alexandre Benalla: l'Elysée confirme l'implication d'un 2e collaborateur

Affaire Alexandre Benalla: l'Elysée confirme l'implication d'un 2e collaborateur

Publié le :

Jeudi 19 Juillet 2018 - 10:40

Mise à jour :

Jeudi 19 Juillet 2018 - 10:45
© STEPHANE DE SAKUTIN / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Lors d'une déclaration, le porte-parole de l'Elysée Bruno Roger-Petit a confirmé qu'un deuxième collaborateur est impliqué dans les violences en marge de la manifestation du 1er mai à Paris. L'individu, un réserviste de la gendarmerie, a été sanctionné.

Nouveau scandale dans l'affaire Benalla, cet homme de l'entourage d'Emmanuel Macron apparaissant en train de frapper un manifestant présumé en marge du défilé du 1er mai à Paris. Bruno Roger-Petit, le porte-parole de la présidence de la République a affirmé lors d'une intervention qu'un deuxième homme s'était livré à des faits similaires lors du même défilé et avait été sanctionné.

L'individu en question s'appelle Vincent Crase. Réserviste de la gendarmerie et employé de La République en Marche le parti créé par Emmanuel Macron, il est "très ponctuellement mobilisé comme d'autres réservistes par le commandement militaire de l'Elysée".

Les violences exactes commises par cet homme n'ont pas été détaillées mais il a "outrepassé son autorisation", et "a reçu une sanction de 15 jours avec suspension de salaire et il a été mis fin à toute collaboration entre lui et la présidence de la République", a précisé Bruno Roger-Petit.

Voir aussi: Collaborateur violent de Macron: ouverture d'une enquête préliminaire

Comme le rappelle le journal Le Monde, ce deuxième homme est un proche d'Alexandre Benalla. Ensemble, ils ont créé en 2016 une Fédération française de la sécurité privée qui a rapidement été dissoute.

Bruno Roger-Petit a confirmé que Vincent Crase n'a plus aucun lien avec la présidence de la République ce qui n'est visiblement pas le cas d'Alexandre Benalla qui assurait encore une mission de sécurisation lundi 16 lors de la visite de l'équipe de France de football à l'Elysée.

Lire aussi: 

Collaborateur violent de Macron: le chef de l'Etat "doit s'exprimer", réclame Wauquiez

Un député LREM souhaite le départ de l'Elysée du collaborateur violent de Macron

Le collaborateur violent de Macron "doit être redevable devant la justice" pour Olivier Faure

L'Elysée confirme l'implication de Vincent Crase.


Commentaires

-