Affaire Bodein: la Cour européenne des droits de l’homme valide la perpétuité incompressible

Case prison

Affaire Bodein: la Cour européenne des droits de l’homme valide la perpétuité incompressible

Publié le :

Jeudi 13 Novembre 2014 - 14:14

Mise à jour :

Jeudi 13 Novembre 2014 - 17:06
La Cour européenne des droits de l'homme a jugé conforme à la loi l'application de la perpétuité incompressible en France, estimant que cela ne relevait pas d'une violation de la Convention européenne des droits de l'homme.
©Vincent Kessler/Reuters
PARTAGER :

Maxime Macé

-A +A

Le multirécidiviste Pierre Bodein, surnommé "Pierrot le fou" a remis en cause ce jeudi la perpétuité incompressible en France devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) avec cette question: La France viole-t-elle la dignité humaine en autorisant la réclusion à perpétuité incompressible?

Une question qui le touche directement car il est devenu en 2007, le premier détenu français à se voir condamner à cette sentence, pour l'enlèvement, le viol et le meurtre de trois jeunes femmes, décrite comme une "condamnation à la mort lente" par ses détracteurs.

La Cour européenne des droits de l'homme a rendu son verdict et a validé la plus lourde condamnation du droit pénal français. "Le droit français offre une possibilité de réexamen de la réclusion à perpétuité, qui est suffisante, au regard de la marge d'appréciation des Etats en la matière", ont estimé les juges de Strasbourg dans leur arrêt. Un condamné à la perpétuité réelle en France peut en effet solliciter une libération conditionnelle, dès lors qu'il a subi une incarcération d'au moins 30 ans.

La Cour a également estimé qu'aucune violation de la Convention européenne des droits de l'homme n'avait été relevée durant le procès de Pierrot le Fou.

Pierre Bodein entendait s'appuyer sur un précédent arrêt de la CEDH qui avait donné gain de cause en 2013 à des condamnés britanniques à la perpétuité incompressible estimant qu'elles étaient effectivement assimilables à un "traitement dégradant". Mais au Royaume-Uni, il n'existait absolument aucune possibilité de voir sa peine être révisée.

La mère de Julie, une des victimes de Pierre Bodein, morte à 14 ans, a témoigné ce jeudi matin au micro de RTL, "sa condamnation est le résultat de faits atroces (...) Je ne vois pas très bien pourquoi on le remettrait en cause. Moi non plus, je n'ai plus d'espoir de revoir ma fille. Moi aussi, je suis condamnée à perpétuité".

La Cour européenne des droits de l'homme valide la perpétuité réelle en France.

Commentaires

-