Affaire Richard Ferrand - Pourquoi Emmanuel Macron défend son ministre

Affaire Richard Ferrand - Pourquoi Emmanuel Macron défend son ministre

Publié le :

Mercredi 31 Mai 2017 - 15:57

Mise à jour :

Mercredi 31 Mai 2017 - 16:22
Le ministre Richard Ferrand, visé par des soupçons de favoritisme, a une nouvelle fois exclu ce mercredi de démissionner. D'autant qu'il dispose du soutien de son président, Emmanuel Macron.
© FRED TANNEAU / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Sept Français sur dix souhaitent le départ de gouvernement de Richard Ferrand selon un sondage de l'institut Harris Interactive publié ce mercredi 31 pour la radio RMC et le site d'information Atlantico. En effet, le député du Finistère est au centre de la polémique depuis une semaine, après les premières révélations de l'hebdomadaire Le Canard enchaîné concernant une location immobilière des Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait, impliquant sa compagne. Et la polémique continue d'enfler à gauche comme à droite malgré les éléments de défense apportés par l'intéressé.

Pour autant, le président de la République n'a toujours pas lâché son ministre de la Cohésion des territoires malgré sa volonté affichée de moraliser la vie politique. Lundi 29, il l’a reçu à l’Elysée pour lui exprimer sa "confiance". Et mardi, Edouard Philippe a rappelé que "tout ministre mis en examen devrait démissionner", ce qui n'est pas le cas de Richard Ferrand.

Ce dernier est l'un des premiers soutiens du jeune président. Il a d'ailleurs été le rapporteur de la loi Macron et même s'il n'était pas convaincu par l'ensemble du texte, la personnalité du ministre de l'Economie d'alors avait séduit le Finistérien à tel point qu'il avait été l'un des premiers parlementaires à avoir rejoint Emmanuel Macron pour la constitution de son mouvement En Marche. Il incarne ainsi le renouvellement de la politique et le dépassement du clivage droite-gauche cher au président.

D'autant qu'un lâchage de son ministre créerait un dangereux précédent. En effet, Richard Ferrand n'est pas mis en examen et comme l'a expliqué Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, "Est-ce qu’il est coupable? S’il n’est pas coupable, pourquoi y aurait-il une raison de le sanctionner?". Pour l'heure, jamais un ministre n'a été jusqu'à "démissionner" sur la base d'article de presse.

Reste également la possibilité de laisser Richard Ferrand porter la campagne des législatives dans sa circonscription (la 6e du Finistère) où sa victoire semble acquise et que la justice maintient sa position de ne pas le poursuivre, l'affaire pourrait être réglée par la légitimité apportée par les électeurs. Richard Ferrand pourrait également être envoyé à un poste moins exposé lors d'un éventuel remaniement.

S'il n'est pas élu, le problème est résolu également car il devra démissionner de son poste au gouvernement.

Emmanuel Macron a apporté son soutien à son ministre Richard Ferrand.


Commentaires

-