INFO FRANCE SOIR - Agression de NKM: Vincent D., l'agresseur, est un maire de l'Eure, ex-UDI et proche de Guaino [MAJ]

INFO FRANCE SOIR - Agression de NKM: Vincent D., l'agresseur, est un maire de l'Eure, ex-UDI et proche de Guaino [MAJ]

Publié le :

Samedi 17 Juin 2017 - 12:30

Mise à jour :

Samedi 17 Juin 2017 - 15:52
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

INFO FRANCE SOIR - Un homme, maire de la petite commune de Champignolles (Eure, Haute-Normandie), est en garde à vue depuis 8h30 ce samedi dans l'affaire de l'agression de Nathalie Kosciusko-Morizet. Il est le principal suspect de cette enquête ouverte pour violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public (Article mis à jour).

INFO FRANCE SOIR - L'enquête progresse. Un homme a été interpellé ce samedi 17 au matin, soupçonné d'avoir agressé jeudi 15 Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains aux élections législatives, a-t-on appris de source proche du dossier.

Le suspect a été placé en garde à vue à 8h30 "pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public" après cette agression contre l'ancienne ministre sur un marché du Ve arrondissement, a indiqué cette source. Selon les informations de France Soir, il s'agirait de Vincent Debraize, 54 ans (4 septembre 1962), ex-UDI et maire de la petite commune de Champignolles dans l'Eure. L'homme avait donné son parrainage à Henri Guaino pour l'élection présidentielle 2017, le même Guaino qui a été éliminé au premier tour des législatives, dimanche 11, par NKM et Gilles Legendre (LREM), et s'est illustré le soir-même en dérapant en direct sur BFMTV. Il avait dit que les électeurs étaient "à vomir".

De cet homme, FranceSoir a découvert qu'outre son mandat d'élu local il est gérant de la société Alkade (présentée comme une agence de publicité) domiciliée à Paris, dans le IXe arrondissement, après la liquidation d'une précédente société en 2016 (Qui est Vincent Debraize? Son portrait détaillé à lire ici). Son placement en garde à vue l'empêchera de tenir la présidence de l'unique bureau de vote de sa commune dimanche 18 pour le second tour des élections législatives comme il était prévu.

Après cette altercation en présences de journalistes, l'agresseur avait pris la fuite et était parti vers la bouche de métro la plus proche. Un bénévole de l'équipe de NKM, Jean-Baptiste Goulard, a poursuivi dans le métro l'homme, qui est sorti à la station suivante, Cluny-La Sorbonne (ligne 10). Il a affirmé à avoir alors reçu des coups de sa part. L'homme a, là encore, pris la fuite. Son signalement a été donné à la police.

L'ancienne ministre avait été admise à l'hôpital Cochin à Paris dans la foulée de l'agression dont elle a été victime. Elle avait quitté l'établissement le lendemain après des examens. "Je voudrais profiter de votre présence pour remercier tout le personnel de l'hôpital Cochin qui a été absolument formidable, ceux qui m'ont témoigné leur sympathie et leur soutien, en particulier le Premier ministre qui s'est déplacé hier, et le président de la République qui m'a envoyé un message", avait-elle expliqué à la presse à sa sortie de l'hôpital.

[MAJ à 15h55]: Afin que l'agresseur soit formellement identifié, NKM sera confrontée ce samedi en fin d'après-midi à Vincent Debraize selon les informations de BFMTV.

L'agresseur avait pris la fuite et était parti vers la bouche de métro la plus proche.

Commentaires

-