Alain Juppé: "Schengen ne marche pas"

Alain Juppé: "Schengen ne marche pas"

Publié le :

Mercredi 02 Septembre 2015 - 09:22

Mise à jour :

Mercredi 02 Septembre 2015 - 09:28
©Régis Duvignau/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Alain Juppé était ce mercredi matin l'invité de France Inter. Le maire de Bordeaux et candidat à la primaire du parti Les Républicains est revenu sur la crise des migrants, ses idées pour l'Education nationale, et la volte-face de François Hollande sur la TVA.

L'afflux de migrants et de réfugiés en Europe

"Je retiens une formule: +Faire le tri dans la charité+. C'est un problème complexe et cette formule résume tout. Bien sûr qu'iil faut accueillir ceux qui se noient en Méditerranée, qu'il faut faire preuve de solidarité".

"Est-ce que cela suffi? Est-ce qu'on peut se contenter de ce message humanitaire qui dit que l'Europe est prête à accueillir ceux qui souffrent? Je ne le pense pas. Cela provoquerais un appel d'air que nous ne serions pas capable de maîtriser".

"Il faut faire le tri entre ce qui sont persécutés dans leur pays et ceux qui contournent de manière illégale l'immigration économique. C'est plus facile à dire qu'à faire".

"Il faut renforcer le contrôle de nos frontières. Schengen ne marche pas. Il n'y a pas de contrôle aux frontières extérieures de la zone Schengen. Comment demander aux douaniers grecs d'exercer un contrôle entre la Turquie et la Grèce dans les milliers de villes grecques"?

"Je préconise depuis longtemps un renforcement de l'espace Schengen et la création de garde-frontières et de garde-côtes  européens".

 

Accueillir ceux qui sont persécutés?

"Oui, à condition que ce soit de vrais demandeurs d'asile. Or nous savons bien qu'une grande partie des demandeurs ne sont pas persécutés dans leur pays. L'Europe a décidé de faire une liste de pays sûrs. Quelqu'un qui arrive d'un pays sûr devrait être immédiatement reconduit chez lui".

 

Fermer les frontières comme le propose certains à droite?

"Il faut les contrôler pour laisse entrer ceux qui ont vocation à entrer et arrêter ceux qui n'ont pas vocation à entrer. Je ne sens pas de volonté politique à Bruxelles aujourd'hui. Il faut réagir ou Schengen va voler en éclat et on va rétablir le contrôle aux frontières internes. Et cela je ne le souhaite pas. Ce serait un recul dans la construction européenne".

 

Son livre* propose plus de rémunération et de temps de présence des enseignants à l'école

"Ce livre ,je ne l'ai pas fait tout seul. C'est le résultat de concertations approfondies avec des experts, des enseignants, des parents. C'est le début d'un débat, pas une conclusion".

"Cette question du temps de travail des enseignants est assez démagogique. Il ne faut pas la limiter aux 18 heures de service. Quand on prépare ses cours et qu'on corrige des dizaines de copies, ça prend beaucoup de temps".

"Notre école n'est pas +foutue+. Il y a des enseignants  et des chefs d'établissement admirables. Beaucoup dépend de la qualité de l'équipe de direction. Je fais des propositions pour renforcer le rôle et la légitimité de cette équipe".

"Réalisons les conditions pour que les professeurs restent plus longtemps dans l'établissement. S'ils avaient des bureaux plus conviviaux, ils resteraient plus longtemps et entre deux corrections ils pourraient recevoir les élèves et les parents".

 

Quelles reproches à faire aux réformes de l'Education du gouvernement?

"Je n'ai pas dit que je ne changerai pas la réforme des programmes. Je n'approuve pas la suppression des classes bilingues ou la marginalisation du socle de notre langue, les humanités et le latin en particulier".

"Mme Vallaud-Belkacem passe en force, il suffit de voir la réaction des enseignants. En revanche je ne pars pas du principe que tout ce qui a été fait par les autres dirigeants doit être effacé. Je ne fais pas comme Monsieur Hollande".

 

François Hollande qui admet avoir été "trop loin" en supprimant la hausse de la TVA proposée par Nicolas Sarkozy

" Voilà un président qui fait campagne avec vigueur pour dire: +la TVA sociale, c'est un scandale+ et qui dit aujourd'hui: +je me suis trompé+".

"Ce n'est pas étonnant qu'il y ait une crise politique, qu'Emmanuel Macron soit applaudi au Medef et sifflé à La Rochelle (où se déroulait l'université d'été du PS, NDLR).  Je croyais que c'était le PS qui soutenait le gouvernement, pas le Medef".

"Monsieur Hollande n'a pas de majorité pour faire une politique qui n'est pas celle qu'il a annoncée".

"Annuler la réforme du conseiller territorial, quand vous écoutez les socialistes, ils s'en mordent les doigts, ils auraient dû la garder. Les heures supplémentaires, ils s'en mordent les doigts, ils auraient dû les garder. Pourquoi ils l'ont fait? Par esprit de système. Tout ce qui venait du précédent quinquennat était mauvais. Je n'agirai pas de la même façon. Je regarderai ce qui mérite d'être conserver et ce qui mérite d'être changer".

 

*Mes chemins pour l'école (Ed. JC Lattès)

 

Monsieur Hollande n'a pas de majorité pour faire une politique qui n'est pas celle qu'il a annoncée", juge Alain Juppé.


Commentaires

-