Benalla a touché l’intégralité de son salaire du mois de mai, malgré sa sanction

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Benalla a touché l’intégralité de son salaire du mois de mai, malgré sa sanction

Publié le 25/07/2018 à 17:11 - Mise à jour à 17:35
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Patrick Strzoda a confirmé ce mercredi devant les sénateurs qu'Alexandre Benalla avait bien touché l'intégralité de son salaire prévu dans son contrat au mois de mai (et de juin), et ce malgré sa sanction. Celle-ci sera en réalité appliquée sur son solde de congés payés, dû suite à son licenciement désormais acté. Une subtilité qui fait peser un peu plus encore l'hypothèse d'une sanction de façade, sans réalité effective dans les faits.

Quelle a été la nature exacte de la sanction interne appliquée à Alexandre Benalla après son dérapage violent du 1er mai dernier place de la Contrescarpe? Une semaine après la révélation de l'affaire par le journal Le Monde, les différentes parties qui se sont exprimées ont livré des versions contradictoires.

Le 19 juillet, Bruno Roger-Petit le porte-parole de la présidence de la République confirmait les informations dévoilées la veille par le quotidien du soir avant d'évoquer la sanction "la plus grave jamais prise contre un chargé de mission travaillant à l'Elysée", soit 15 jours de suspension avec retenue sur salaire, suivis d'une rétrogradation.

Or, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, et donc responsable hiérarchique d'Alexandre Benalla, n'a pas dévoilé exactement la même version ce mercredi 25 devant les sénateurs. Devant les élus de la Chambre haute il a expliqué que le chargé de mission a bien touché l'intégralité de ses émoluments du mois de mai. Son montant reste d'ailleurs bien mystérieux: il a refusé de le détailler la veille devant la commission des lois de l'Assemblée nationale. Pourquoi la somme n'a pas été déduite, que ce soit en mai ou en juin? Tout simplement car les 15 jours de retenue seront répercutés sur les congés qu'il avait à sa disposition et qui lui seront donc déduit au moment de son solde de tout compte. Le chargé de mission a en effet été licencié lorsque l'affaire a éclaté dans la presse.

Voir aussi - Affaire Benalla: la version de l'Elysée sur Vincent Crase contestée

Lors de son audition devant la commission des lois mardi 24, le haut fonctionnaire avait expliqué que la mise à pied constituait en réalité une mesure "conservatoire", la sanction effective étant plutôt la réduction du champ d'activité du chargé de mission.

Or, Alexandre Benalla a été vu à plusieurs reprises aux cotés du président de la République depuis le 1er mai. Si sa participation –très décriée depuis les révélations du Canard enchaîné– après la victoire des Bleus peut s'expliquer par la mobilisation de nombreux agents, y compris ceux qui pouvaient être "mis au placard", certaines missions montrent que la sanction n'était guère effective dans les faits. Alexandre Benalla est ainsi apparu lors des événements du 14 juillet, ou assurant également ses fonctions lors de l'entrée au Panthéon des époux Veil le 1er juillet. Deux manifestations prévues de longue date et dont l'organisation aurait très bien pu se passer de la présence d'un Alexandre Benalla, et qui laisse entendre que le collaborateur d'Emmanuel Macron échappait à sa sanction. En admettant d'ailleurs qu'elle existât réellement: le courrier d'avertissement valant notification de licenciement en cas de nouveau comportement fautif n'a pas encore été dévoilé. Et l'attribution au chargé de mission d'un logement de fonction sur le quai Branly à une date postérieure au dérapage du 1er mai fait peser un doute très lourd sur la volonté réelle de mettre Alexandre Benalla sur la touche.

Lire aussi:

Griveaux: "Toutes les leçons" de l'affaire Benalla "seront tirées à la rentrée"

Benalla: "Macron n'a pas assumé, il a avoué", estime le député LR Di Filippo

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


La sanction imposée à Benalla ne l'a guère impacté financièrement.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-