Allain Bougrain-Dubourg raconte le coup de fil de Nicolas Hulot avant sa démission

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Allain Bougrain-Dubourg raconte le coup de fil de Nicolas Hulot avant sa démission

Publié le 29/08/2018 à 14:50 - Mise à jour à 14:56
© ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Allain Bougrain-Dubourg, très proche de Nicolas Hulot, a raconté ce matin sutr Europe 1 le quotidien de l'ex-ministre de la Transition écologique. Jusqu’à la réunion qui a fait basculer sa décision de remettre sa démission.

"Le quotidien, c'était l'enfer", c'est par ces mots qu'Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), a décrit les conditions de travail de son ami Nicolas Hulot. Invité ce mercredi 29 sur Europe 1, il a également raconté la conversation qu'il a eue avec l'ex-ministre de la Transition écologique suite à la fameuse réunion à l'Elysée lundi 17 qui a constitué un "casus belli" pour l'ancien animateur.

En effet, ce jour-là, Nicolas Hulot a été particulièrement mécontent de constater la présence de Thierry Coste, lobbyiste de la chasse, à cette rencontre où il ne devait pas être convié constituant pour lui le symbole de la présence des lobbys au plus haut sommet de l'Etat. "Cet entretien pathétique avec les chasseurs l'a beaucoup affecté, car là, il touchait le fond. Il était révolté, mais il voulait prendre du recul pour faire un choix. Il me l'a dit clairement. Mais il ne savait pas lequel. Il a décidé le lendemain matin", a expliqué Allain Bougrain-Dubourg au micro de la radio.

Sur le même sujet - Démission de Nicolas Hulot: qui est Thierry Coste, l'homme qui a provoqué le départ du ministre

"D'un côté, Emmanuel Macron et le Premier ministre ont beaucoup de respect, voire d'affection, pour Nicolas Hulot. Et de l'autre, ils ne le suivent pas dans ses propositions", a-t-il ajouté.

L'ancien journaliste a également souligné l'enthousiasme qui a primé au sein des mouvements écologistes au moment de la nomination de Nicolas Hulot. Enthousiasme partagé par le ministre: "Quand on l'a rencontré au moment de sa nomination avec toutes les associations de protection de la nature, il avait une ambition d'avenir. Il voulait cranter pour le lendemain, c'est ce qui l'importait". Mais très vite, l'ancien animateur a rapidement déchanté: "Mais il lui fallait aussi gérer le quotidien, et le quotidien, c'était l'enfer. Ça devait être extrêmement pesant. Il espérait qu'on lui donne davantage de crédit".

Treizième ministre de l'Ecologie en 20 ans, Nicolas Hulot ne sera resté en poste qu'un peu plus de quinze mois. François Hollande avait "usé" en cinq ans quatre ministres de l'Ecologie, Nicolas Sarkozy trois. Se pose désormais la question de son remplacement.

Voir - Remaniement: qui pour remplacer Hulot?

Le départ du ministre écologiste a assombri encore un peu plus la rentrée de l'exécutif, moins de deux mois après l'affaire Benalla, et au moment où les critiques de l'opposition pleuvent sur les résultats de sa politique économique et sociale.

Lire aussi:

Avec le départ de Hulot, quel avenir pour la feuille de route énergétique française?

Le départ soudain de Hulot assombrit la rentrée de l'exécutif

La démission de Hulot, nouvel épisode de la "société civile" au gouvernement

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Allain Bougrain-Dubourg est revenu sur la réunion à l'Elysée qui a précipité le départ de Nicolas Hulot.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-