Alstom: pour François Hollande, l'"Etat a pris ses responsabilités"

Alstom: pour François Hollande, l'"Etat a pris ses responsabilités"

Publié le :

Mercredi 05 Octobre 2016 - 20:17

Mise à jour :

Mercredi 05 Octobre 2016 - 20:17
Alors que de nombreuses voix se sont élevées pour critiquer le rôle de l'Etat dans le sauvetage de l'usine de Belfort d'Alstom, François Hollande a affirmé ce mercredi que le gouvernement avait "pris ses responsabilités" en recourant à la commande publique pour assurer "la pérennité" du site. "Le choix qui a été fait, c'est de consolider la filière ferroviaire qui était en interrogation sur son avenir", a déclaré le président en marge d'une visite au centre de recherche du groupe aéronautique Safran à Gagny (Val-d'Oise).
©Philippe Wojazer/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

François Hollande a affirmé ce mercredi 5 que l’État avait "pris ses responsabilités" en recourant à la commande publique pour assurer "la pérennité" du site d'Alstom à Belfort. "Le choix qui a été fait, c'est de consolider la filière ferroviaire qui était en interrogation sur son avenir", alors que la situation "faisait planer un doute sur le maintien de sites, notamment le site de Belfort", a ajouté le président de la République, lors d'une visite au centre de recherche du groupe aéronautique Safran à Gagny (Val-d'Oise).

"Les choix qui ont été faits, c'est d'assurer par la commande publique, de donner par la commande d’État, des plans de charges à des sites et à des entreprises qui en ont le plus besoin", a-t-il insisté. "Certains se posent toujours des questions: quand l’État est absent, on met en cause son inertie, et quand l’État est présent, on s'interroge sur les moyens dont il dispose pour assurer l'avenir", a-t-il déclaré en réponse aux critiques sur la commande de quinze TGV à Alstom pour sauvegarder son site de Belfort.

Dans le cas d'Alstom, "l’État a pris ses responsabilités et fait en sorte que nous puissions à la fois maîtriser nos finances publiques et assurer la pérennité de l'entreprise", a dit le président de la République.

 

 

"Quand l’État est absent, on met en cause son inertie, et quand l’État est présent, on s'interroge sur les moyens dont il dispose pour assurer l'avenir", a déclaré François Hollande.


Commentaires

-