Alstom: pour sauver l'usine de Belfort, l'Etat annonce de nouvelles commandes de TGV et de locomotives diesel

Alstom: pour sauver l'usine de Belfort, l'Etat annonce de nouvelles commandes de TGV et de locomotives diesel

Publié le :

Mardi 04 Octobre 2016 - 12:25

Mise à jour :

Mardi 04 Octobre 2016 - 12:25
©Sébastien Bozon/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Pour maintenir l'activité de l'usine d'Alstom à Belfort, le gouvernement a annoncé ce mardi de nouvelles commandes de TGV et de locomotives diesel. Concrètement, l'Etat achètera 15 TGV destinés aux lignes Intercités Bordeaux-Marseille et Montpellier-Perpignan, en plus de 6 TGV pour la liaison Paris-Turin-Milan tandis que la SNCF commandera 20 locomotives diesel.

Le gouvernement a annoncé ce mardi 4 de nouvelles commandes de TGV et de locomotives diesel pour maintenir l'activité de l'usine de Belfort, où Alstom s'est pour sa part engagé à investir 40 millions d'euros en trois étapes d'ici à 2020, a appris l'AFP de sources concordantes. L'Etat achètera 15 TGV destinés aux lignes Intercités Bordeaux-Marseille et Montpellier-Perpignan, en plus de 6 TGV pour la liaison Paris-Turin-Milan déjà évoqués par le gouvernement, tandis que la SNCF commandera 20 locomotives diesel pour le remorquage de trains en panne.

Par ailleurs, la commande de 30 trains Intercités, annoncée en février par le gouvernement, sera concrétisée d'ici à la fin du mois. Les investissements d'Alstom seront principalement dédiés au développement et à la production d'un nouveau modèle de locomotive hybride ou diesel. Le groupe y consacrera 30 millions d'euros d'ici à 2018 et l'Etat étudiera un possible financement complémentaire.

En outre, 5 millions d'euros seront dépensés d'ici à 2019 pour moderniser les ateliers de maintenance ferroviaire du site de Belfort, avec l'objectif de doubler les effectifs sur cette activité, soit 150 salariés à terme. Les collectivités locales accompagneront ce projet. Enfin, Alstom investira 5 millions d'euros supplémentaires d'ici à 2020 pour diversifier la production de l'usine de Belfort, berceau du TGV qui compte actuellement plus de 400 salariés, et l'orienter vers d'autres types de trains mais aussi de véhicules routiers, notamment le bus électrique.

Ces investissements s'ajouteront au projet de "TGV du futur", qu'Alstom et la SNCF doivent concevoir d'ici à la fin de 2017, en vue d'éventuelles commandes qui profiteraient en partie à l'usine de Belfort à partir de 2021. Le constructeur ferroviaire et l'Etat, via l'Ademe, y consacreront 30 millions d'euros sur deux ans.

 

Le gouvernement a dévoilé son plan pour sauver l'usine de Belfort.


Commentaires

-