Apologie du terrorisme: les cinq premières fermetures de sites internet en France

Auteur(s)
MM
Publié le 17 mars 2015 - 08:19
Image
Le logo qui apparaît sur les sites bloqués.
Crédits
©Capture d'écran Twitter
Cinq sites internet accusés d'apologie du terrorisme ont été fermé.
©Capture d'écran Twitter
Cinq sites internet accusés de faire l'apologie du terrorisme ont été fermés par les services du ministère de l'Intérieur. Ce type d'opérations est amené à se reproduire.

Suite aux attentats de janvier et aux départs toujours plus nombreux de jeunes français vers la Syrie et l'Irak pour faire le djihad, le gouvernement avait promis des mesures concrètes. Parmi celles-ci, on trouvait la fermeture des sites internet suspectés de faire l'apologie du terrorisme et de la propagande djihadiste. Lundi 16, le ministère de l'Intérieur a affirmé avoir procéder à la fermeture de cinq de ces sites jugés dangereux.

Ils ont été rendus inaccessibles après un ordre émanant de l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). Il s'agit d'une initiative inédite depuis la mise en place de cet outil administratif, le 6 février 2015. 

L'ordre de blocage a été donné aux fournisseurs d'accès, qui ont ensuite 48 heures pour prendre "toute mesure utile destinée à faire cesser le référencement de ces adresses", selon le texte du décret. 

Concrètement si un utilisateur se rendait sur l'un des cinq sites incriminés, il se trouvait renvoyer sur le site du ministère de l'Intérieur par le message suivant: "vous avez été redirigé vers ce site officiel car votre ordinateur allait se connecter à une page dont le contenu provoque à des actes de terrorisme ou fait publiquement l'apologie d'actes de terrorisme". 

Les sites visés pour apologie du terrorisme sont jihadmin.com, mujahida89.wordpress.com, islamic-news.info, is0lamnation.blogspot.fr, alhayatmedia.wordpress.com (ce dernier est l'organe de presse officiel de l'Etat islamique). Il est reproché à ces sites de faire l'apologie du terrorisme et pour certains de diffuser la propagande du groupe Etat islamique (EI) ou celle d'al-Qaïda (notamment de proposer au téléchargement la "revue" anglophone Inspire) telles des vidéos d’exécution ou des discours de leaders de ces groupes. Cependant, ces sites ne représentent pas d'intérêts stratégiques pour les services de renseignements.

Plusieurs dizaines d'autres sites pourraient être prochainement concernés par une nouvelle vague de blocages. 
 

À LIRE AUSSI

Image
Bernard Cazeneuve.
Terrorisme: Bernard Cazeneuve demande à Google et Facebook de lutter contre "l'embrigadement" sur Internet
Bernard Cazeneuve doit rencontrer ce vendredi les représentants de Google, Facebook, Microsoft et Twitter afin de leur demander de prendre des mesures concrètes contre...
20 février 2015 - 11:20
Politique