Après Cameron et avant Poutine, Hollande rencontre Obama

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Après Cameron et avant Poutine, Hollande rencontre Obama

Publié le 24/11/2015 à 07:34 - Mise à jour à 07:46
© Mandel Ngan/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): PP

-A +A

François Hollande multiplie les rencontres diplomatiques deux semaines après les attentats du 13 novembre. Après David Cameron lundi, il doit notamment rencontrer Barack Obama ce mardi, puis Angela Merkel mercredi, Vladimir Poutine jeudi. L'objectif: rassembler le plus d'alliés pour lutter contre Daech.

Il aimerait réunir au sein de la même coalition la Russie et les États-Unis, notamment. Entre deux rencontres avec ses partenaires européens, David Cameron lundi 23, Angela Merkel mercredi 25, François Hollande va aller a la rencontre de Barack Obama, ce mardi 24, et de Vladimir Poutine, jeudi 26. Au menu de ces entrevues: la lutte contre Daech, principalement.

Si David Cameron a dit soutenir le président français et annoncé qu'il allait présenter à son parlement un projet de lutte contre les terroristes du "califat" autoproclamé, Barack Obama sera certainement plus dur à convaincre. Car si le président américain a dit ce week-end vouloir "détruire Daech", c'est pour mieux rappeler que son pays est déjà à la tête d'une grand coalition réunissant une cinquantaine de pays et bombardant les terroristes en Irak et en Syrie. Les États-Unis seraient même responsables de 90% des frappes contre le "califat".

Enfin, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a beau avoir déclaré dimanche 22 que la victoire sur l'EI passerait par l'envoi de troupes au sol, aucun pays occidental, États-Unis et France inclus, ni aucune grande puissance régionale, comme la Turquie, n'est prêt à risquer directement la vie de ses soldats. L'alternative pourrait alors consister à armer les rebelles modérés et les Kurdes, qui deviendraient fer de lance de la coalition. Sauf que Poutine bombarde les premiers plus que Daech, même s'il s'en défend, au nom de son soutien à Bachar el-Assad; et que la Turquie attaque les seconds, accusés de soutenir le terrorisme sur son territoire.

Un sac de nœuds que François Hollande, pourtant réputé pour son art de la synthèse, aura bien du mal à démêler. En effet, comment imaginer que les Russes ou les Américains abandonnent le leadership des opérations? Alors que François Hollande réclamait après les attentats du 13 novembre une "coalition unique" en ces termes, la sémantique officielle aurait ainsi évoluée. Il aurait fallu comprendre "coordination" des efforts des puissances déjà engagées, selon un "haut gradé" cité par L'Obs. Un bon moyen d'unir les efforts contre les terroristes, tout en garantissant à chacun une certaine liberté. Liberté indispensable pour éviter un échec, tant les intérêts des uns et des autres dans la région paraissent irréconciliables.

 

Auteur(s): PP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


François Hollande et Barack Obama, en juillet 2015 lors d'un G7.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-