Après une flambée de violences, le maire de Bagnolet réclame des renforts de police

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Après une flambée de violences, le maire de Bagnolet réclame des renforts de police

Publié le 29/04/2018 à 17:35 - Mise à jour à 17:43
© Tiphaine LE LIBOUX / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une vingtaine de voitures incendiées en pleine nuit, des échanges de tirs et quatre blessés par balles. Face à une flambée de violence à Bagnolet depuis trois semaines, le maire de la ville demande des renforts de police.

Pour les élus, la situation sécuritaire n'est plus tenable. Tony Di Martino, maire socialiste de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) et le député de la circonscription, Alexis Corbière (France insoumise) ont demandé au préfet d'envoyer des renforts policiers dans cette ville confrontée à d'importantes violences urbaines ces dernières semaines. Les deux élus souhaitent notamment que la commune soit dotée d'un commissariat "de plein exercice", c'est-à-dire ouvert 24 heures sur 24.

En trois semaines, depuis le 9 avril, quatre personnes ont été blessées par balles (dont trois connues de la police) et des dizaines de voitures incendiées. "Tout laisse à penser qu'il s'agit de règlements de comptes liés au point de deal", l'un des principaux de Seine-Saint-Denis, a fait savoir une source policière.

Voir - Seine-Saint-Denis: un homme de 27 ans exécuté d'une balle dans la tête en pleine rue à Bagnolet

Pour tenter de calmer cette "guerre de territoires" entre trafiquants de drogues, des CRS ont déjà été déployés dans le quartier de la Capsulerie, mais cette mesure exceptionnelle n’est que provisoire. Toutefois, des habitants interviewés par France Bleu Paris, ont fait savoir qu'ils préféreraient que ces cars de forces de l'ordre soient stationnés aux abords du quartier et non pas au pied des immeubles. 

"Les habitants demandent plus de présence policière. Les habitants en ont marre, ils se sentent abandonnés et ils ne se sentent pas en sécurité", a déclaré samedi 28 Tony Di Martino à franceinfo. Et d'ajouter: "On ne réclame pas l'aumône mais on a besoin de moyens pour nos écoles, pour nos associations, pour nos politiques culturelles, pour nos politiques publiques en général".

L'édile et Alexis Corbière ont été reçu samedi par le préfet de Seine-Saint-Denis qui leur a confirmé "la mobilisation" des pouvoirs publics et "la volonté de maintenir dans la durée l'effort mené en matière de démantèlement des trafics". Le député et le maire ont aussi demandé un rendez-vous à Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur.

Lire aussi - Banlieues: le rapport Borloo propose la création d'un fonds de 5 milliards d'euros

Cette flambée de violence intervient alors que Jean-Louis Borloo a remis un rapport jeudi 26 sur la politique de la ville qui propose la création d'un fonds doté de "5 milliards d'euros" et met en garde contre le risque de "nouvel apartheid" en matière de mixité, notamment dans les banlieues françaises.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


En trois semaines, depuis le 9 avril, quatre personnes ont été blessées par balles à Bagnolet.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-