Armée: les drones français bientôt équipés de missiles

Armée: les drones français bientôt équipés de missiles

Publié le :

Mardi 05 Septembre 2017 - 18:51

Mise à jour :

Mardi 05 Septembre 2017 - 18:56
© Isaac Brekken / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les six drones d'observation de l'armée de l'air française devraient prochainement être armés, a annoncé ce mardi la ministre des armées Florence Parly. Une capacité offensive qui ne doit en aucun cas être assimilée à un permis de tuer qui ne suivrait aucune règle, a-t-elle prévenu.

Observer ne suffit plus. La ministre des armées Florence Parly a annoncé ce mardi 5 qu'elle souhaitait voir les drones français armés. Les appareils utilisés par l'armée de l'air, des Reaper fabriqués par l'Américain General Atomics, sont pour l'instant utilisés uniquement à des fins d'observation. Mais la ministre souhaite donc que leur soit ajoutée une capacité offensive.

"Le processus d’armement est lancé", a-t-elle fait savoir durant  l’université d’été de la Défense qui réunit militaires, industriels et parlementaires et se tenait à Toulon. La France dispose de six de ces engins qui peuvent être équipés de quatre missiles ou de deux bombes.

L'utilisation de drones armés n'est pas une nouveauté dans les projets militaires de la France puisque le développement de tels drones offensifs à l'échelle européenne, impliquant l'Italie et l'Allemagne, est sur la table et devrait voir le jour en 2025. Cela devrait permettre à la France de s'affranchir de sa dépendance au matériel américain, quasiment le seul sur le marché avec les drones israéliens d'Elbit Systems.

L'armement des drones français devrait d'ailleurs nécessiter l'avale du Congrès américain, note Libération, car ils avaient directement été prélevés sur les stocks de l'US Air Force lors de leur achat en 2013.

Florence Parly a également tenu à anticiper les critiques contre cette décision. Eu égard à leur utilisation par la CIA, notamment pour l'élimination des hauts responsables d'Al-Qaïda, les drones de combat trainent une réputation de robots "assassins". La ministre a donc précisé que leur utilisation ne changer rien "aux règles d’engagement et au respect du droit international humanitaire".

Les Reaper de l'armée de l'air devrait bientôt être équipés pour bombarder les positions ennemies.

Commentaires

-