Armes françaises au Yémen: Macron assure qu'elles ne seront "pas utilisées contre des civils"

Armes françaises au Yémen: Macron assure qu'elles ne seront "pas utilisées contre des civils"

Publié le :

Vendredi 10 Mai 2019 - 11:33

Mise à jour :

Vendredi 10 Mai 2019 - 11:45
© Ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Emmanuel Macron a dit jeudi 9 "assumer" la vente d'armes françaises à l'Arabie saoudite, assurant avoir la "garantie" qu'elles "n'étaient pas utilisées contre des civils" au Yémen. Une position contesté par de nombreuses ONG et membres de l'opposition.

 

Alors qu'une des plus graves crises humanitaires résulte de la guerre au Yémen, Emmanuel macron a fait savoir qu'il "assumait" vendre des armes françaises à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, parties prenantes du conflit et régulièrement accusés de crimes de guerre. Le président français a d'ailleurs expliqué en marge du sommet européen à Sibiu, en Roumanie que ces armes "ne seraient pas utilisées contre des civils".

"L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont des alliés de la France. Et ce sont des alliés dans la lutte contre le terrorisme. Nous l’assumons totalement", s'est justifié le président de la République. Et d'ajouter: "Il y a un comité qui gère ces exports, sous l’autorité du Premier ministre, dans lequel les choses d’ailleurs ont été durcies ces dernières années, et où nous demandons la garantie que ces armes ne puissent pas être utilisées contre des civils. Elle a été obtenue".

Lire aussi - Yémen: la France confirme un prochain chargement d'armes sur un cargo saoudien

Emmanuel Macron a admis qu’il était "tout à fait vrai que la France, depuis plusieurs années -au plus fort il y a cinq, six ans, dans les contrats qui ont été faits à l’époque- a vendu des armes à la fois aux Émirats arabes unis et à l’Arabie saoudite". "L’essentiel des armes qui ont été vendues sont plutôt utilisées à l’intérieur du territoire ou à la frontière", a-t-il reconnu.

Des armes françaises sont toutefois bien utilisées dans le conflit au Yémen, a confirmé une note du renseignement militaire français qui fissure la version officielle du gouvernement, révélée par le nouveau média d'investigation français Disclose. L'affaire avait déjà été portée médiatiquement par plusieurs ONG françaises et internationales qui dénoncent régulièrement les exportations d'armes françaises à destinations de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis. Ryad a en effet pris la tête en 2015 d'une coalition militaire comprenant les Emirats arabes unis pour soutenir le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi contre les rebelles Houthis, qui ont pris le contrôle une partie du territoire.

Selon cette note, 48 canons Caesar produits par l'industriel français Nexter et déployés le long de la frontière saoudo-yéménite "appuient les troupes loyalistes, épaulées par les forces armées saoudiennes, dans leur progression en territoire yéménite". Une carte de la DRM intitulée "population sous la menace des bombes" estime que "436.370 personnes" sont "potentiellement concernées par de possibles frappes d'artillerie", dont celles des canons français.

Le conflit yéménite est un sujet particulièrement embarrassant pour l'exécutif français qui fait l'objet de nombreuses accusations depuis l'intervention de la coalition militaire dirigée par le royaume saoudien. La France d'ailleurs a reconnu mercredi 8 qu'un navire saoudien allait effectuer un chargement d'armes mais assuré qu'elle ne disposait d'"aucune preuve" permettant d'affirmer que des armes françaises étaient utilisées au Yémen.

L'association Acat (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture) a déposé jeudi un recours en urgence au tribunal administratif de Paris pour empêcher le départ du Havre de ce navire. Selon l'ONG, la France contrevient en effet au Traité sur le Commerce des Armes, de matériels de guerre et matériels assimilés des Nations unies entré en vigueur en 2014.

En effet, son article 6 porte sur les interdictions de transfert d'armes: il stipule notamment qu'"aucun État Partie ne doit autoriser le transfert d'armes classiques (...) s'il a connaissance, au moment où l'autorisation est demandée, que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l'humanité, des violations graves des Conventions de Genève de 1949, des attaques dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil et protégés comme tels, ou d'autres crimes de guerre tels que définis par des accords internationaux auxquels il est partie".

La guerre au Yémen, qui se déroule dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, a provoqué la pire crise humanitaire en cours dans le monde, avec des millions de civils au bord de la famine, selon les Nations unies.

Voir:

Florence Parly: les armes françaises vendues à l'Arabie saoudite "n'étaient pas censées être utilisées" au Yémen

Yémen: près de 110.000 cas présumés de choléra depuis janvier (ONU)

Emmanuel Macron a dit "assumer" la vente d'armes françaises à l'Arabie saoudite, assurant avoir la "garantie" qu'elles "n'étaient pas utilisées contre des civils" au Yémen.


Commentaires

-