Bac: le ministère de l'Education épinglé sur son calcul des grévistes

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 19 juin 2019 - 11:30
Image
Le décret sur le nouveau baccalauréat, prévu pour 2021, ramène à quatre le nombre d'épreuves terminales, en plus du français, introduit une part de contrôle continu dans la note finale et supprime les
Crédits
© FREDERICK FLORIN / AFP/Archives
Le taux d'enseignants gréviste évoqué par le ministère de l'Education est très critiquable.
© FREDERICK FLORIN / AFP/Archives

Le ministère de l'Education affirme que le taux d'enseignants grévistes pendant les épreuves du bac 2019 n'a pas dépassé les 5,4% depuis lundi 17. Mais sa méthode de calcul est loin d'être représentative.

Entre 0,66% et 5,4% d'enseignants grévistes entre lundi et mardi lors des épreuves du baccalauréat, selon les modes de calcul. Des chiffres qui semblent conforter les annonces de Jean-Michel Blanquer selon lesquelles la grogne contre sa réforme du bac ne serait que peu suivie et n'impacterait pas les examens.

Dans les faits, les perturbations ont en effet été limitées, puisqu'il est possible pour les centres d'examen de faire appel à des fonctionnaires non-grévistes pour assurer le bon déroulement de l'épreuve. Mais la manière d'établir le taux de grévistes en a fait tiquer plus d'un.

Voir: Bac 2019 - appel à poursuivre la grève jusqu'au brevet

Le ministère de l'Education a en effet livré, pour chacune des journées de grève, quatre pourcentages correspondant à la part d'enseignants grévistes, mais relativement à l’ensemble du personnel de l’Education nationale -administration comprise- (2,54% lundi), sur l'ensemble des enseignants (3,06%), dans le primaire (0,53%), et enfin dans le secondaire (5,4%).

Les trois premiers chiffres n'ont qu'une valeur limitée puisque le point de réforme dénoncé concerne le lycée. Le dernier est plus judicieux, même s'il reste critiquable puisqu'il inclut les professeurs de collège.

Mais surtout, le chiffre serait biaisé par le fait que la surveillance du bac repose sur une convocation. Par conséquent, les enseignants qui voudraient manifester leur opposition à la réforme mais ne sont pas convoqués ne peuvent être considérés comme grévistes, puisqu'ils ne travaillent pas. Pour obtenir un chiffre réaliste, il faudrait convoquer l'ensemble des professeurs de lycée. Par ailleurs, les proviseurs peuvent être tentés en priorité les enseignants dont ils pensent qu'ils ne feront pas grève.

Lire aussi:

Blanquer: "le baccalauréat se passera de façon normale" malgré l'appel à la grève

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.