#BalanceTonFraudeur: Philippe veut dévoiler les noms des plus gros fraudeurs du fisc

Assemblée nationale

#BalanceTonFraudeur: Philippe veut dévoiler les noms des plus gros fraudeurs du fisc

Publié le :

Mercredi 31 Janvier 2018 - 19:42

Mise à jour :

Mercredi 31 Janvier 2018 - 19:43
L'Assemblée nationale avait voté en novembre un renforcement des sanctions contre les "grands fraudeurs" du fisc ayant des circonstances aggravantes. Ce mercredi, Edouard Philippe a proposé que ces derniers voient leur nom révélé sur la place publique.
© ERIC PIERMONT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour dissuader les potentiels tricheurs, Edouard Philippe entend dévoiler sur la place publique le nom des plus gros fraudeurs fiscaux français. "Nous souhaitons faire en sorte que les fraudes les plus graves voient les peines et les sanctions prononcées publiées", a-t-il déclaré ce mercredi 31 devant l'Assemblée nationale.

Et d'insister: "Il faut que le peuple français sache qui cherche à s’exonérer des obligations fiscales légitimes qui sont à la charge de chacun". Le locataire de Matignon a toutefois tempéré en  expliquant que cette mesure concernerait des "infractions graves", déterminées en fonction de "seuils" fixés par "des discussions parlementaires".

Lire aussi - L'Assemblée vote des sanctions renforcées pour les "grands fraudeurs" fiscaux

Pour le chef du gouvernement cette mesure est essentiellement dissuasive: "Là encore, nous savons à l’occasion d’un certain nombre de scandales que nous pouvons faire mieux, nous pouvons frapper plus fort, nous pouvons dissuader ceux qui veulent s’engager dans ce chemin". Et de poursuivre: "Il y aurait quelque chose de curieux, alors que nous sommes dans l’ère du +data mining+ (soit l'exploration de données, NDLR), qu’on ne soit pas capable d’utiliser ces données considérables pour rechercher et poursuivre ceux qui fraudent. Nous allons donc organiser l’équipement technique, matériel et juridique de l’administration fiscale".

Enfin, le Premier ministre a plaidé pour "renforcer les moyens de la police judiciaire, au niveau central et au niveau décentralisé", "face à une fraude internationale de plus en plus sophistiquée".

Selon les estimations, la fraude fiscale toutes catégories confondues coûterait entre 60 et 80 milliards d'euros par an à l'État français. A titre d'exemple, environ 42 milliards d'euros seront dépensés par la France en 2018 au tire du remboursement de la dette.

"Il faut que le peuple français sache qui cherche à s’exonérer des obligations fiscales", a martelé Edouard Philippe.

Commentaires

-