Benoît Hamon: "chacun sait que la Grèce ne remboursera pas la totalité de sa dette"

Benoît Hamon: "chacun sait que la Grèce ne remboursera pas la totalité de sa dette"

Publié le :

Lundi 20 Juillet 2015 - 09:10

Mise à jour :

Lundi 20 Juillet 2015 - 09:31
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER :
-A +A

Benoît Hamon était ce lundi matin l'invité de RMC-BFMTV. L'ancien ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et à la Consommation s'est notamment exprimé sur le prix de la viande, sa sortie du gouvernement Hollande, et la dette grecque. Dette qu'Athènes ne pourra pas rembourser, selon lui.

Les éleveurs sont désespérés, le prix de vente de la viande est en dessous du prix de revient. L'appel de François Hollande à la grande distribution va-t-il suffire?

"Il y a la question des négociations avec les industriels".

"Si on arrive à un système où les prix pratiqués par ses producteurs sont à la baisse mais que le prix de la consommation augmente, c'est qu'il y a une contradiction".

"Le gouvernement doit réfléchir à si il faut davantage encadrer les négociations commerciales avec les agriculteurs qui sont seuls face à une grande industrie (...). Il faut peut-être se regrouper autour du producteur".

"Ou mieux encadrer les négociations commerciales pour que les producteurs puissent se rémunérer".

"Il y a un label viande française ("Viandes de France", NDLR) qui a été mis en place par le ministère qui va dans le bon sens".

"A l'initiative d'un amendement parlementaire nous avions demandé que l'étiquetage soit obligatoire sur l'origine de la viande".

"Mais évidemment, une fois l'histoire de la viande de cheval terminée, la Commission européenne s'est empressée de revenir au +business as usual+".

"Il faut de la constance. J'ai quelques exemples où j'observe qu'il y a des reculs entre la Commission Jüncker et la Commission Barroso (...). Nos mutuelles notamment (...). Elles marchent bien en France et veulent se développer en Europe (...). Sauf qu'il n'y a pas de modalités pour cela (...). Qui bloque sur ce dossier: l'Allemagne. On avait beaucoup avancé dessus et un changement de commissaire nous oblige à tout reprendre à zéro".

 

Les banques grecques ont rouvertes, l'accord européen s'applique, vous avez voté pour cet accord et pourtant toujours suggéré qu'une autre gouvernance était possible

"J'assume de dire que cet accord est insoutenable mais s'il n'y avait pas eu ça, la Grèce serait sortie de la zone euro".

"En dépit des allégations d'Angela Merkel, chacun sait que la Grèce ne remboursera pas la totalité de la dette".  

"Mais aujourd'hui cet accord permet à la Grèce de se remettre en partie sur ses pieds".

"Pour qu'elle s'en sorte, elle ne peut pas respecter cet accord".

 

C'est ce que Dominique Strauss-Khan affirme

"Je crois que, comme madame Lagarde, l'analyse de la situation grecque lui fait dire qu'au regard de son économie, elle ne remboursera pas".

"Le bon sens c'est d'alléger une partie de la dette".

 

François Hollande veut un gouvernement économique de la zone euro

"Ses propositions sont très positives. Il y a quelque chose de nouveau: avancer sur un budget propre à la zone euro pour mettre en place des politiques publiques".

"Il serait logique que là où on accélère l'intégration c'est entre les pays qui ont déjà ensemble une monnaie commune".

"Plutôt que de penser qu'il faut allonger l'âge de départ à la retraite et diminuer le nombre de fonctionnaires, il faut harmoniser la fiscalité entre pays européens".

"Il faut harmoniser les standards sociaux et la question fiscale".

 

Yanis Varoufakis est sorti du gouvernement grec au moment où cela aurait été courageux d'y rester, selon Alexis Tspiras. Comme vous et Arnaud Montebourg?

"La Grèce et la France ne sont pas dans une situation comparable".

"La France a les moyens de faire une politique différente, nous ne sommes pas dos au mur".

"Je pense que nous avons un budget, que nous sommes capable de proposer une politique plus généreuse à l'égard des Français et de leur pouvoir d'achat".

"Cette politique devrait s'appliquer à nos partenaires européens".

 

Vous sentez-vous plus utile maintenant que vous êtes hors du gouvernement?

"On a un rôle très différent à l'intérieur et à l'extérieur".

"Je me suis battu pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, je n'aurais peut être pas pu porter ce sujet de la même façon à l'intérieur du gouvernement".

"Je ne vis pas avec des remords".

"Ce qui m'obsède c'est la condition de vie des Français".

 

Le revenu du livret A va sans doute encore baisser

"S'il n'y a pas d'inflation, cela diminue automatiquement la formule du livret A, il faut la maintenir".

"Aujourd'hui l'essentiel des livrets A sont détenus par les Français les plus riches".

"Il faut aller vers un livret d'épargne populaire".

 

Interrogé au micro de RMC-BFMTV Benoît Hamon a déclaré qu'il fallait alléger la dette grecque pour remettre le pays sur les rails.


Commentaires

-