Benoît Hamon: des affaires de harcèlement sexuel autour de sa campagne

Benoît Hamon: des affaires de harcèlement sexuel autour de sa campagne

Publié le :

Lundi 23 Octobre 2017 - 13:01

Mise à jour :

Lundi 23 Octobre 2017 - 13:09
© bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En pleine libération de la parole sur le harcèlement sexuel, notamment dans le monde politique, Benoît Hamon a révélé ce lundi que sa propre campagne avait connu de telles affaires. Il dit avoir encouragé les victimes à porter plainte.

Alors que l'affaire Weinstein a entraîné une libération de la parole des femmes victimes de harcèlement, d'agression sexuelle ou de viol notamment dans le monde politique, un nouveau témoignage illustrant l'ampleur du phénomène est venu ce lundi 23 de Benoît Hamon.

Le candidat malheureux du PS à l'élection présidentielle a en effet expliqué sur France Inter que de telles affaires lui avaient été révélées durant sa campagne."J'ai été, avant même l'affaire Weinstein, non pas témoin mais destinataire de témoignages de jeunes femmes qui ont été victimes de harcèlement, peut-être d'agressions sexuelles", a-t-il révélé, précisant que les faits dénoncés se seraient déroulés "dans le périmètre de notre campagne".

Face à cette situation, il dit avoir reçu les victimes présumées en compagnie d'un de ses proches, le député européen Guillaume Balas. "Nous leur avons proposé un avocat, encouragé à porter plainte", ce qui a été fait. "L'affaire est désormais en justice" a ajouté Benoît Hamon sans s'étaler sur les faits incriminés.

Et de juger que ces comportements "existent dans toute organisation régie par des rapports de pouvoir" et donc en politique. Depuis les révélations concernant le producteur hollywoodien Harvey Weinstein, plusieurs hommes politiques ont été accusés de harcèlement sexuel comme Jean Lassalle ou Christophe Arend. De nombreuses femmes ont également dénoncé un climat nauséabond et une certaine loi du silence dans ce milieu.

Une nouvelle loi contre le harcèlement et les violences sexuels est en cours d'étude et devrait voir le jour en 2018. Mais certains s'interrogent sur l'utilité de renforcer l'arsenal législatif quand la grande majorité des victimes ne porte pas plainte. Pour beaucoup, c'est donc de ce côté que les efforts sont à faire.

Le harcèlement sexuel existe "dans toute organisation régie par des rapports de pouvoir", selon Benoît Hamon.

Commentaires

-