Benoît Hamon: "le 49-3 est un aveu de faiblesse" de Manuel Valls

Loi Macron, mais pas que

Benoît Hamon: "le 49-3 est un aveu de faiblesse" de Manuel Valls

Publié le :

Mardi 16 Juin 2015 - 10:14

Dernière mise à jour :

Mardi 16 Juin 2015 - 10:19
Benoît Hamon était l'invité d'i>Télé, ce mardi matin. Le député socialiste, et frondeur, des Yvelines a été très sévère avec Manuel Valls qui a décidé de recourir de nouveau à l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron en seconde lecture à l'Assemblée nationale. Une "marque de faiblesse" preuve que le texte "n'a pas de majorité", selon l'ancien ministre de l'Education nationale.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Jean-Philippe Arles/Reuters
-A +A

"Le 49-3 est d'abord un aveu de faiblesse". Dès le début de son interview, ce mardi matin sur i>Télé, Benoît Hamon a planté le décor. Non, le recours du gouvernement de Manuel Valls à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron sans vote, et sans –nouveaux– débats, n'est pas une marque de fermeté a estimé le très frondeur député des Yvelines. Oui, c'est une marque de faiblesse: le gouvernement n'aurait tout simplement pas de majorité pour faire passer ce texte.

"Le 49-3 c’est d’abord un aveu de faiblesse. Ce n’est pas la marque des forts que de ne pas débattre et de ne pas faire voter une majorité sinon à concéder qu’il n’y a plus de majorité politique pour cette politique économique et sociale. Personne ne s’y trompe réellement: si c’est ça l’autorité, c’est une curieuse manière d’imposer un choix. C’est surtout une marque de faiblesse, ça veut dire qu’il n’y a pas de majorité", a ainsi jugé Benoît Hamon.

Car les frondeurs, dont le député des Yvelines est une des têtes d'affiche, sont toujours très remontés contre cette loi Macron qu'ils menaçaient de faire capoter en février dernier, forçant déjà Manuel Valls à recourir au 49-3 pour faire passer le texte en première lecture à l'Assemblée nationale. Ils sont même plus encore énervés. Benoît Hamon a ainsi confirmé qu'il aurait voté contre: "oui probablement, parce que les mesures de la première lecture étaient toujours là et qu'on en a rajouté". Dans son viseur, l'introduction du plafonnement des indemnités de licenciement abusif, par exemple, qu'il perçoit comme une "gestion prévisionnelle" desdits licenciements et dénonce comme "une commande de Bruxelles".

"Je pense qu'Emmanuel Macron croit en sa loi. Il paye une méthode qui est celle de Manuel Valls", a enfin taclé l'ex-ministre de l'Education nationale, étonnamment clément avec le ministre de l'Economie, qui avait dénoncé en février dernier les frondeurs comme un "foyer infectieux". Mais ce n'est que pour être plus sévère encore à l'égard du chef du gouvernement. Pour autant, Benoît Hamon a été très clair: non il ne votera pas la motion de censure de la droite. "Ça voudrait dire qu'on censure la politique éducative, de santé, de justice ou de la ville de ce gouvernement. Non", a-t-il  balayé. Le tout en justifiant que des "dizaines de parlementaires socialistes" prennent leurs distances avec une politique car celle-ci "fabrique du chômage", selon lui.

 

Auteur : Pierre Plottu

La politique du gouvernement "fabrique du chômage", a estimé Benoît Hamon.

Commentaires

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

Non M Hamon ! La Droite n'a jamais réformé, trop occupée qu'elle est à se regarder le nombril. Valls a raison, il est temps d'enfin réformer et tant pis s'il faut en passer par le 49.3 ! La France veut des réformes et discute pendant des mois chaque fois que le Gouvernement en propose. Valls a raison, il faut accélerer et ne plus perdre son temps en blablas inutiles...

Quand ses propres amis tirent sur leurs camarades, que faire ?
Si c'est pour proposer une autre ligne idéologique, on part rejoindre ou créer un autre parti.
Si c'est pour jouer aux chaises musicales, il vaut mieux écrire un livre, c'est moins mortifère !

Dossiers