Bernard Cazeneuve à propos de Sivens: "jamais je n'ai pensé à démissionner"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Bernard Cazeneuve à propos de Sivens: "jamais je n'ai pensé à démissionner"

Publié le 03/11/2014 à 10:37 - Mise à jour le 06/11/2014 à 17:28
©RTL
PARTAGER :

Auteur(s): Victor Lefebvre

-A +A

Bernard Cazeneuve était ce lundi l'invité de RTL. Le ministre de l'Intérieur a répondu aux attaques que lui ont valu la polémique du barrage de Sivens.

Le barrage de Sivens

"Ce qui s'est passé à Sivens doit appeler à une réflexion collective. Les propos de Jean-Vincent Placé et François de Rugy sont extraordinairement blessants. Ce n'est pas ma conception de la politique. Jean-Luc Mélenchon explique que j'ai donné des instructions de violences policières et demande ma démission. Tout cela est faux, j'ai donné les instructions inverses car je connaissais la situation de tension sur place. Une enquête judiciaire en cours établira la vérité. Jamais je n'ai pensé à démissionner. Un chef ne laisse pas ses troupes sur le bord du chemin quand elles sont attaquées".

 

Le démantellement de cellules terroristes

"Je n'ai à confirmer aucune note classifiée. Ce que je peux dire, c'est que tous les jours mes services protègent, démantèlent des réseaux, déjouent des actes qui pourraient avoir des conséquences dramatiques. On ne parle pas de tout ce qui se fait tranquillement mais de ce qui ne va pas."

 

Les migrants de Calais

"Je vais dire aux Calaisiens qu'il y a un problème humanitaire sérieux. Beaucoup de migrants relèvent de l'asile politique. Ils ne viennent pas parce qu'ils sont fascinés par le système Schengen. J'ai demandé la mise en place d'un accueil de jour. Je voudrais qu'on sorte les migrants des réseaux de l'immigration irrégulière et qu'on leur propose l'asile. Des forces supplémentaires ont été envoyées pour protéger le port mais aussi pour démanteler ces filières. Le problème de Calais est à la fois un problème européen, franco-britannique et franco-français".

 

Marine Le Pen

"J'accepterais un débat formel avec elle, mais si c'est pour aller au fond des choses. Si c'est un pugilat qui permettrait à Madame Le Pen de dire des mensonges, non. Je souhaite bien du courage à celui qui voudrait l'organiser".

 

 

 

Auteur(s): Victor Lefebvre


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Pour Bernard Cazeneuve, "les propos de Jean-Vincent Placé et François de Rugy sont extraordinairement blessants"

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-