Besançon: un arrêté anti-mendicité crée la polémique

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Besançon: un arrêté anti-mendicité crée la polémique

Publié le 19/08/2018 à 11:59
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une manifestation a été organisée samedi à Besançon (Doubs) contre un arrêté municipal anti-mendicité, jugé anti-social, et qui a suscité de vives réactions de certains Bisontins. Sur les réseaux sociaux aussi la polémique a pris de l'ampleur.

Un arrêté municipal anti-mendicité a été voté à Besançon (Doubs) le 3 juillet dernier. Le texte est entré en vigueur le 9 juillet pour une période limitée (jusqu'au 30 juillet) et un secteur urbain aussi délimité. Mais il reviendra pour la période des fêtes.

Cette mesure, jugée anti-sociale par une partie de l'équipe municipale, ainsi que certains Bisontins, et ayant suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux, stipule que "la consommation d’alcool, la mendicité accompagnée ou non d’animaux, les regroupements ainsi que la station assise ou allongée lorsqu’elle constitue une entrave à la circulation publique sont interdites".

Toute infraction à cet arrêté, constaté par un policier, est passible d'une amende de 38 euros.

Lire aussi: les pieds, talon d'Achille des sans-abris

Pour protester contre ça, une manifestation, sous forme de sitting, a été organisée samedi 18 placé Pasteur dans le centre de Besançon. Les organisateurs de l'opération se sont indignés sur Facebook, en expliquant "qu'on ne combat pas la pauvreté et la misère en la mettant sous le tapis".

Le maire LREM de la ville, Jean-Louis Fousseret, a justifié cet arrêté municipal par une "demande très forte des commerçants, des habitants du centre-ville et des personnes âgées" face à "une augmentation des phénomènes de mendicité quelques fois agressive".

Il s'est étonné de cette polémique sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté et s'est défendu du caractère dit anti-social de sa mesure: "Il faut que ces populations soient prises en charge, il faut trouver d'autres solutions et que ces gens ne soient plus condamnées à mendier".

Et aussi:

En Inde, la magie de rue se heurte à une loi contre la mendicité

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Un arrêté anti-mendicité pris par le maire de Besançon (Doubs), Jean-Louis Fousseret, a créé une polémique.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-