Braun-Pivet juge Ferrand "pas à la hauteur", mais votera pour lui quand même

Perchoir

Braun-Pivet juge Ferrand "pas à la hauteur", mais votera pour lui quand même

Publié le :

Jeudi 06 Septembre 2018 - 16:38

Mise à jour :

Jeudi 06 Septembre 2018 - 16:47
Encore candidate à la présidence de l'Assemblée nationale, ce jeudi matin la députée LREM Yaël Braun-Pivet tirait à boulets rouges sur son adversaire pour le poste Richard Ferrand. Avant, quelques heures plus tard, de finalement se retirer et... appeler à voter pour le même Ferrand, il faut dire très proche de Macron.
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

C'est un virage à 180 degrés effectué en moins de 24 heures. La députée Yaël Braun-Pivet, connue pour avoir présidé la commission d'enquête parlementaire de l'Assemblée nationale sur l'affaire Benalla, a annoncé ce jeudi 6 en début d'après-midi se retirer de la course au perchoir du palais Bourbon. Mais aussi qu'elle votera pour son coreligionnaire Richard Ferrand -le favori pour le poste. Le matin même, sur RTL, l'élue LREM candidate depuis la veille au soir tirait pourtant à boulet rouges sur l'ancien ministre débarqué en tout début de mandat pour cause d'affaire judiciaire.

"J'apprécie beaucoup Richard (Ferrand) qui est un excellent président de groupe (mais) je crois que ce n'est pas à la hauteur de notre mouvement et des aspirations des Français au renouvellement", attaquait ainsi ce jeudi matin Yaël Braun-Pivet. Et pour cause: Richard Ferrand, très proche d'Emmanuel Macron, est un ancien socialiste entré en politique il y a près de quarante ans et ayant soutenu successivement Henri Emmanuelli, François Hollande et Martine Aubry. Sans oublier qu'il a dû démissionner après un petit mois au ministère de la Cohésion des territoires en raison de l'affaire dite des Mutuelles de Bretagne.

Lire- Affaire Ferrand: le dossier des Mutuelles de Bretagne n’est pas encore classé

Richard Ferrand est ainsi un professionnel de la politique au profil diamétralement opposé à cette femme issue de la société civile, successivement avocate, entrepreneuse et bénévole (à un poste à responsabilité) aux Restos du cœur notamment. Le vieux monde contre la Start-up Nation, en somme.

Mais ça c'était avant. Car Yaël Braun-Pivet a fait le choix de jeter aux orties ces déclarations, datant pourtant d'il y a quelques heures à peine. Ce jeudi en tout début d'après-midi, la députée a ainsi diffusé un communiqué pour annoncer son retrait de la course à la présidence de l'Assemblée nationale... et annoncer que son "choix personnel" sera de voter pour Richard Ferrand.

 

 

L'homme a surtout la qualité d'être soutenu par Emmanuel Macron.

En faire le quatrième personnage de l'Etat serait pourtant une faute de plus du quinquennat. Que penserons les Français d'un président héraut de la morale en politique mais s'accommode de recycler un de ses proches, ex-ministre débarqué pour cause de démêlées avec la justice et toujours menacé d'une mise en examen, à l'un des postes les plus prestigieux de la République française?

Une géométrie variable qui n'est toutefois pas une première. Faut-il citer l'affaire Benalla et les dossiers Nyssen, Pénicaud, Flessel? Schiappa qui fait la promotion de son livre personnel par les équipes de son ministère? Les emplois fictifs au MoDem dont doivent répondre Bayrou et Sarnez? Sans parler du retour en grâce d'Agnès Saal, condamnée pour détournement de fonds publics lorsqu'elle était à la tête de l'INA, promue et augmentée au passage?

 

 

Le tout alors qu'Emmanuel Macron vient à peine de souffler la première bougie de son accession à l'Elysée.

Le président rate enfin également l'occasion, historique, de faire accéder au perchoir une femme. Trois, qui ont des arguments à faire valoir, étaient candidates après le départ de François de Rugy, appelé à la rescousse pour pallier la démission de Nicolas Hulot (parti en dénonçant l'ingérance des lobbies dans les hautes sphères du pouvoir macronien...). Deux restent en course. Mais il faut croire que les bonnes vieilles méthodes -Yaël Braun-Pivet a à n'en pas douté été aiguillée dans son choix- et le souci de récompenser les proches sont plus forts que les principes sur la base desquels, pourtant, Emmanuel Macron a été élu.

Lire aussi:

Affaire Nyssen: la police a mené des "constatations" chez Actes Sud

Le départ du gouvernement de Laura Flessel lié à "sa situation fiscale"

Soirée Macron à Las Vegas: Muriel Pénicaud entendue par les juges

Candidate depuis moins de 24 heures, la députée LREM Yael Braun-Pivet s'est retirée.

Commentaires

-