Bruno Le Maire: "il est temps de livrer le combat" contre "l'islam politique"

Bruno Le Maire: "il est temps de livrer le combat" contre "l'islam politique"

Publié le :

Mercredi 07 Septembre 2016 - 15:40

Mise à jour :

Mercredi 07 Septembre 2016 - 15:40
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Dans un entretien à "Valeurs Actuelles", Bruno Le Maire estime ce mercredi qu'il est temps de "livrer le combat" contre "l'islam politique" qui "impose des lois étrangères" à des "quartiers entiers". Pour le candidat à la primaire de la droite, "ce combat ne pourra pas être gagné si nous continuons à entretenir des relations trop complaisantes avec l'Arabie Saoudite et le Qatar".

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite, estime ce mercredi 7 qu'il est temps de "livrer le combat" contre "l'islam politique" qui "impose des lois étrangères" à des "quartiers entiers", dans un entretien à Valeurs Actuelles. A la question: "Croyez-vous que les valeurs républicaines soient suffisantes face au défi de l'islam politique?", M. Le Maire répond: "j'ai vu, au cours des 400 déplacements que j'ai faits en France, des quartiers entiers où certains imposent des lois étrangères à la République".

"Ils imposent des séparations entre les sexes et veulent étendre leurs oukases aux services publics, aux hôpitaux ou aux piscines. Que fait-on? Il est temps de livrer le combat", tranche-t-il lors d'une interview croisée avec l'écrivain Denis Tillinac. "J'ai rencontré des directrices de caisses d'allocations familiales qui, au quotidien, sont confrontées à des femmes qui arrivent complètement voilées et à qui on refuse de verser des allocations. Il faut aider ceux qui sont confrontés à ce genre de situations à tenir bon", juge-t-il.

"Si j'ai demandé que des lois soient adoptées sur tous les signes vestimentaires qui peuvent apparaître comme des provocations, c'est pour ne pas laisser les maires seuls face à des situations ingérables", détaille-t-il. M. Le Maire estime néanmoins que "ce combat ne pourra pas être gagné si nous continuons à entretenir des relations trop complaisantes avec l'Arabie Saoudite et le Qatar".

 

Certains quartiers "imposent des séparations entre les sexes et veulent étendre leurs oukases aux services publics, aux hôpitaux ou aux piscines", selon Bruno Le Maire.


Commentaires

-