Bruno Le Roux souhaite démanteler le camp de réfugiés de Grande-Synthe

Bruno Le Roux souhaite démanteler le camp de réfugiés de Grande-Synthe

Publié le :

Mercredi 15 Mars 2017 - 16:34

Mise à jour :

Mercredi 15 Mars 2017 - 17:03
©PhilippeHuguen/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le ministre de l'Intérieur a indiqué devant le Sénat ce mercredi 15 qu'il souhaite lancer le démantèlement du camp de réfugiés de Grande-Synthe dans le nord de la France.

Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a indiqué ce mercredi 15, son souhait de démanteler "le plus rapidement possible" le démantèlement du camp de réfugiés de Grande-Synthe situé juste à côté de Dunkerque, dans le nord de la France. Une décision qui intervient suite à la qualification d'un comportement "inacceptable" constaté sur le site où sont installés environs 1.500 migrants.

Lors d'une audition devant une commission du Sénat, Bruno Le Roux a déclaré que "la question n'est plus seulement aujourd'hui celle du rétablissement de l'ordre public" mais aussi "du démantèlement progressif du camp, qui doit pouvoir démarrer le plus rapidement possible". Il a également ajouté que le gouvernement ne pouvait plus "laisser les choses continuer comme cela".

Le ministre de l'Intérieur fait allusion à la manifestation qui a éclaté et débordé dans le camp mardi dernier. Des infrastructures ont été incendiées et les forces de l'ordre ont fait appel à des gaz lacrymogènes pour ramener le calme, rappelle France Bleu. Viennent s'ajouter des tensions entre les communautés kurdes et afghanes qui partagent les lieux. Ainsi qu'une bagarre avec les forces de l'ordre en le 27 décembre dernier.

Depuis un an, le camp de réfugiés de la Grande-Synthe a été par la ville avec l'aide de Médecins sans Frontières sans le consentement de l'Etat. Une solution pour pallier aux conditions de vie déplorables de la population, majoritairement kurde, de réfugiés. Des bâtiments en bois, des points d'eau et des toilettes et un espace de soin y ont été aménagés. Des repas et des vêtements sont également distribués.

Fin octobre, l'autre camp de migrants de Calais appelé communément "la Jungle de Calais" a été démantelée.

 

Le ministre de l'intérieur fait allusion à la manifestation qui a éclaté et débordé dans le camp mardi dernier.

Commentaires

-