Business France: Pénicaud soupçonnée de favoritisme auprès d'Havas

13,2 millions d'euros

Business France: Pénicaud soupçonnée de favoritisme auprès d'Havas

Publié le :

Mercredi 25 Juillet 2018 - 10:42

Mise à jour :

Mercredi 25 Juillet 2018 - 10:46
Rebondissement dans l'affaire Business France. Alors que Muriel Pénicaud entendue comme témoin assisté par la justice affirmait ne pas connaître le vice-président de Havas, Stéphane Fouks, des mails entre les deux personnes revélés par le "Canard enchaîné" affirment le contraire.
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Des juges d'instruction, soupçonnant des faits de favoritisme, ont demandé à enquêter sur un contrat liant le groupe Havas et Business France, au moment où Muriel Pénicaud dirigeait l'agence de promotion de l'économie française, rapporte le Canard enchaîné dans son édition de ce mercredi 25.

Dans les faits, ce contrat conclu auprès de la célèbre agence de publicité devait aboutir à la création des "spots publicitaires" et des "opérations évènementielles" pour "vanter à l’étranger l’attractivité de la France" pour la modique somme de 13,2 millions d'euros selon le palmipède.

Voir - Business France: Pénicaud "sereine" avant sa convocation chez un juge

Ce soupçon de favoritisme a pu être mis en lumière par l'autre volet de l'affaire Business France. En effet, les magistrats du pôle financier enquêtaient déjà sur le déplacement controversé que l'agence avait organisé en 2016 pour Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, à Las Vegas. Cette opération de plus de 300.000 euros avait été intégralement confiée au groupe de communication Havas, sans recourir à la mise en concurrence prévue par le code des marchés publics pour de telles sommes. Muriel Pénicaud avait été placée sous le statut de "témoin assisté" dans le cadre de cette affaire. Selon Havas, le voyage à Las Vegas s'inscrivait justement dans le cadre du contrat le liant à Business France.

Or, durant leurs investigations, les juges avaient découvert des échanges de courriels entre l'actuelle ministre du Travail et le vice-président de Havas, Stéphane Fouks, alors qu'elle avait affirmé au cours de son audition ne connaître personne au sein du groupe de communication, selon l'hebdomadaire.

Le 3 juin 2015, en pleine procédure d’appel d’offres de Creative France, Muriel Pénicaud écrit par exemple à sa secrétaire pour la prévenir d’un rendez-vous avec Stéphane Fouks qu’elle souhaite garder "secret". S'en suivent d'autres missives: "Stéphane pour ton coup de main!" quelques jours plus tard ou encore trois mois plus tard lorsque la ministre lui demande un stage pour son neveu...

L'affaire est désormais dans les mains du procureur François Molins.

Lire:

Business France: Pénicaud convoquée le 22 mai chez le juge comme témoin assisté 

L'inspection du travail épingle Business France au temps de Pénicaud 

Déplacement de Macron à Las Vegas en 2016: perquisitions chez Havas et Business France

Muriel Pénicaud a-t-elle favoriser l'agence Havas lorsqu'elle dirigeait Business France?

Commentaires

-