Calmels fermement opposée à un accord entre LR et Dupont-Aignan

Calmels fermement opposée à un accord entre LR et Dupont-Aignan

Publié le :

Lundi 07 Mai 2018 - 12:32

Mise à jour :

Lundi 07 Mai 2018 - 12:39
La vice-présidente du parti Les Républicains, Virginie Calmels, a écarté tout rapprochement avec le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, qui avait proposé dimanche une rencontre avec le leader des Républicains.
© Martin BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Difficile de ne pas y voir une fin de non-recevoir. Virginie Calmels a rejeté ce lundi 7 l'idée d'un accord entre Laurent Wauquiez et Nicolas Dupont-Aignan pour une "union des droites" que le dernier appelle pourtant de ses vœux depuis l'élection d'Emmanuel Macron. En vain pour l'intant.

"Franchement, Nicolas Dupont-Aignan s'est rapproché, ça n'a échappé à personne, au second tour de la présidentielle de Marine Le Pen. Aujourd'hui il essaierait de se rapprocher des Républicains. Ça, c'est de la tambouille politicienne", a expliqué l'ajointe au maire de Bordeaux.

Lire aussi - E. Ménard veut une évolution de la ligne du FN vers "l'union des droites"

Et de pursuivre: "Moi, je ne suis pas sectaire. J'avais trouvé que Benoît Hamon avait une très bonne proposition dans son projet présidentiel, qui consistait à donner des trimestres de retraite à son conjoint, et personne ne pourra m'accuser d'être hamoniste. Pour autant je n'irai pas avec Benoît Hamon dans une convergence sous prétexte qu'on a un sujet en commun".

"Les rencontres et les échanges, c'est une chose, en revanche je ne souhaite pas d'accord, je ne souhaite pas de mélange des genres politiciens. Ça fait de la vieille tambouille, les Français ne s'y retrouvent pas.", a-t-elle également souligné. "Défendons nos convictions. Nous avons suffisamment de choses qui nous séparent du Front national ou de Nicolas Dupont-Aignan pour que la droite se reconstruise fermement sur ses fondamentaux", a conclu la conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine, refusant donc la main tendue.

Voir - Marine Le Pen appelle à ne pas se "laisser enfermer par l'union des droites"

Dimanche encore, le leader de Debout la France poursuivait ses appels du pied appuyés aux autres partis de droite. "Je leur dis, nos électeurs attendent l'union. Nos électeurs n'en peuvent plus du flux migratoire inconsidéré et je leur propose, et je demande à Laurent Wauquiez, à Marine Le Pen bien sûr aussi, une réunion, notamment sur la base de cinq propositions concrètes qui ont été proposées d'abord par les Républicains, et qui font l'accord des Républicains, de Debout la France, du parti chrétien-démocrate, du CNI (...) et du FN sur l'immigration", avait énoncé le député de l'Essonne

 

Viriginie Calmels s'oppose à une accord avec Nicolas Dupont-Aignan.


Commentaires

-