Castaner à la tête de LREM: une centaine de marcheurs quittent le parti

Castaner à la tête de LREM: une centaine de marcheurs quittent le parti

Publié le 14/11/2017 à 12:01 - Mise à jour à 12:23
© VALERY HACHE / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une centaines d'adhérents, dont quelques élus, de La République en Marche ont annoncé ce mardi quitter le mouvement. Ils protestent contre l'absence d'élection pour la direction du parti, Christophe Castaner étant le seul candidat. La dernière d'une suite d'atteintes à la démocratie selon eux.

La "nomination" de Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et seul candidat à la présidence de La République en Marche, a provoqué la colère de certains militants. Une centaine d'entre eux dénoncent dans une tribune dévoilée ce mardi 14 par Franceinfo le manque de démocratie au sein du partie et annoncent leur départ prévu vendredi 17, à la veille du congrès de LREM.

Se présentant comme "les 100 démocrates", ils critiquent "Le prochain +sacre+ de Christophe Castaner, élu à la tête du parti, avant l'heure en l'absence de concurrents", mais aussi "le jeu des statuts, l'opacité des instances, la loterie du tirage au sort de ceux qui ne représenteront qu'un quart des voix au Conseil National".

"En refusant le principe d’élections démocratiques consacré par la Révolution française de1789 et par la Constitution de notre pays pour permettre aux adhérents de la République en Marche de choisir leurs dirigeants, (...) La République en Marche offense les principes fondamentaux de la démocratie avec un mode d’organisation digne de l’Ancien Régime", n'hésitent pas à lancer les signataires.

Une démarche qui n'est pas sans rappeler la première fronde d'une trentaine d'adhérents LREM qui en juillet dernier avaient été jusqu'à saisir la justice administrative pour contrer l'adoption des statuts. Le parti fondé par Emmanuel Macron est en effet régulièrement critiqué pour s'affranchir de certaines pratiques démocratiques au profit de l'efficacité.

Si cette tribune est une nouvelle pique contre le mouvement, sa portée en reste pour l'instant symbolique. Les 100 adhérents ne devraient pas manquer au mouvement qui en revendique plus de 300.000. D'autant plus qu'aucun poids lourd ne figure parmi les "100 démocrates", essentiellement des militants anonymes et quelques élus locaux. Il sera toutefois intéressants de voir combien d'adhérents renouvelleront leur engagement, une fois la dynamique de la première année retombée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


"La République en Marche offense les principes fondamentaux de la démocratie", selon les signataires de la tribune.

Fil d'actualités Politique