"Ce n'est pas moi qu'on assassine c'est l'élection présidentielle": Fillon plaide le complot et annonce qu'il se maintient malgré sa mise en examen

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"Ce n'est pas moi qu'on assassine c'est l'élection présidentielle": Fillon plaide le complot et annonce qu'il se maintient malgré sa mise en examen

Publié le 01/03/2017 à 13:28 - Mise à jour à 15:51
©Patrick Kovarik/Pool/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

François Fillon va être mis en examen prochainement dans le cadre de l'affaire dites du "PenelopeGate", a-t-il lui-même annoncé ce mercredi. Mais qu'importe: l'ancien Premier ministre a décidé de maintenir sa candidature pour la présidentielle, arguant d'un complot judiciaire qui viserait selon lui à "assassine(r) l'élection présidentielle".

"Je ne cèderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas, j'irai jusqu'au bout". François Fillon a annoncé qu'il maintient sa candidature à l'élection présidentielle malgré sa mise en examen prochaine dans l'affaire dites du "PenelopeGate" dont son avocat vient d'être informé, a-t-il déclaré lors de la conférence de presse organisée en catastrophe ce mercredi. Le vainqueur de la primaire de la droite a plaidé le complot judiciaire à son encontre, estimant qu'il n'est "pas traité comme un justiciable comme les autres" et ce sans que "le garde des Sceaux ne s'en émeuve".

Enquête "exclusivement à charge", présomption d'innocence "entièrement disparue", Etat de droit "violé": les mots sont forts. Car le navire Fillon a sévèrement tangué ce mercredi matin, depuis l'annonce surprise (son entourage très proche l'a appris à la dernière minute, certains même par la presse) de l'annulation de son déplacement au Salon de l'agriculture. François Fillon va être mis en examen le 15 mars, soit deux jours avant la clôture du dépôt des parrainages pour la présidentielle. Le maintient de sa candidature est donc désormais définitif: impensable qu'il finisse par renoncer deux jours avant cette date butoir, laissant son camp face au risque, aussi minime soit-il, de ne pas avoir de représentant au premier tour du 23 avril.

Une fois la décision prise, car il aurait bien hésité à renoncer, il s'agissait ainsi de resserrer les rangs. Cette fois, point de justification sur l'emploi présumé fictif de Penelope. Tout juste a-t-il évoqué la "confiance" présentée comme légitime et justifiant les "travaux" qu'il a confiés à sa femme. "Comme un tiers des parlementaires le font", a-t-il plaidé.

Non, il est ici question, a martelé François Fillon, d'un "assassinat politique". Le sien. Toute la procédure judiciaire aurait ainsi été "entièrement calculée pour (l)'empêcher de (se) présenter à l'élection présidentielle". Pire: au-delà de sa personne, ce serait la démocratie -ce qui fait de la France ce qu'elle est, aurait presque pu ajouter l'ancien Premier ministre-, qui est attaquée. "Ce n'est pas moi qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle", a-t-il ainsi lancé. Puis, à l'adresse de ses soutiens: "je vous demande de résister".

Qu'on se le dise, que son électorat se rassure, François Fillon est donc toujours en course pour la présidentielle. Et qu'importe, visiblement, qu'il soit le premier prétendant sérieux à l'Elysée à être visé par une mise en examen. Qu'importe ceux qui estiment cela impensable. Ce mercredi, il n'aura fallu au champion de la droite que 7 minutes et 40 secondes de discours (à voir ici), pour s'ériger en défenseur de la République. Un combattant qui veillera jusqu'au bout à ce que ce soit "au peuple français de décider qui sera le prochain président" et non aux juges ou autres policiers menant l'enquête. Ceux-là même qui obéiraient à "une machination orchestrée par François Hollande", a avancé Nadine Morano à la presse juste après la conférence.

"Je serai au rendez-vous de la démocratie" avec une "détermination redoublée", a ainsi prévenu François Fillon en conclusion de sa prise de parole. Puis d'immédiatement (déjà!) redescendre dans l'arène de la campagne: "Je ne permettrai pas que le seul choix qui nous soit collectivement donné soit celui de la folle aventure d'extrême droite ou de la continuation du hollandisme". Dos au mur, François Fillon a décidé de se battre. Et il n'a plus rien à perdre.

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Je serai au rendez-vous de la démocratie" avec une "détermination redoublée", a prévenu François Fillon ce mercredi.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-