Christophe Castaner pointe du doigt ceux qui ont régulièrement invité Tariq Ramadan

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 05 février 2018 - 13:44
Image
Christophe Castaner à la sortie de l'Elysée, le 20 décembre 2017 à Paris
Crédits
© Patrick KOVARIK / AFP/Archives
En évitant bien de réagir directement à l'affaire, Christophe Castaner a invité ceux qui avaient régulièrement convié Tariq Ramadan à "s'interroger".
© Patrick KOVARIK / AFP/Archives
Le chef de La République en Marche, Christophe Castaner, est revenu dimanche sur l'affaire dont fait l'objet Tariq Ramadan, incarcéré et accusé de viols. Le secrétaire d'Etat a appelé les médias qui avaient invité l'homme controversé à s'"interroger".

Christophe Castaner était l'invité du Grand Jury dimanche 4 sur RTL. Il a répondu à des questions sur la politique du gouvernement, dont il fait partie, mais aussi des questions d'actualité. Parmi elles: l'affaire Tariq Ramadan.

L'un des journalistes l'a questionné sur le "double langage" de l'écrivain controversé, "y a-t-il eu trop de complaisance vis-à-vis de lui parce qu'on craignait d'être taxé d'islamophobie?", a poursuivi le journaliste.

A voir aussi: Schiappa - "J'ai alerté l'opinion sur le traitement sémantique" de l'affaire Daval

"C'est vrai qu'il a été une star médiatique, et qu'il a été invité sur de très nombreux plateaux, et que peu de voix s'étaient élevées pour le dénoncer. Ça doit nous interroger collectivement. Il a même été invité par des organisations politiques à participer à des colloques, ça doit les interroger", a répondu le premier secrétaire de La République en Marche.

Comme le rappelle Marianne, Tariq Ramadan était en effet une figure "star" de certains débats. Il était "invité dans bien des émissions, dans des colloques, dans des dîners-débats avec un Edwy Plenel le qualifiant d'+intellectuel respectable+"

Il a cependant bien pris soin de ne pas commenter l'affaire en elle-même. Il a d'ailleurs reproché à Marlène Schiappa d'avoir réagi et donné son sentiment sur l'affaire autour de la mort d'Alexia Daval.

Il a à nouveau affirmé qu'il y avait "une séparation des pouvoirs en France entre l'exécutif, le législatif et le judiciaire: c'est la base de notre démocratie".

Pour rappel Tariq Ramadan a été incarcéré et mis en examen vendredi 2 suite à deux accusations de viol. Henda Ayari et une autre femme, qui a préféré garder l'anonymat, ont porté plainte contre lui en octobre dernier, il a jusque là toujours nié leurs accusations.

À LIRE AUSSI

Image
La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa lors d'une session à l'Assemblée nationale le 21 novembre 2017
Schiappa: "J'ai alerté l'opinion sur le traitement sémantique" de l'affaire Daval
La secrétaire d'État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a affirmé lundi n'être "pas intervenue" dans l'affaire Daval mais avoir "alerté l'op...
05 février 2018 - 11:45
Image
France-Soir
Figure clivante de l'islam en France, Tariq Ramadan mis en examen pour viols et incarcéré
Le théologien suisse Tariq Ramadan a été mis en examen vendredi à Paris pour viols et incarcéré après deux jours de garde à vue dans une affaire qui a ébranlé la commu...
02 février 2018 - 22:41
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don