Concert contre le FN: une mobilisation bien moindre qu'en 2002 (vidéo)

Concert contre le FN: une mobilisation bien moindre qu'en 2002 (vidéo)

Publié le :

Vendredi 05 Mai 2017 - 12:38

Mise à jour :

Vendredi 05 Mai 2017 - 12:48
© bertrand GUAY / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un concert gratuit contre le Front national notamment organisé par SOS Racisme a eu lieu jeudi soir, sur la place de la République à Paris. Au moins 2.000 personnes se sont retrouvées pour "dire NON" au parti de Marine Le Pen. Une "réussite" pour certains alors qu'en 2002, entre 400.000 et 500.000 parisiens s'étaient regroupés.

Une trentaine d'associations, parmi lesquelles SOS Racisme ou encore Emmaüs, ont organisé un concert gratuit contre le FN dans la soirée de jeudi 4. De nombreux artistes étaient invités: Pete Doherty, les Naive New Beaters ou encore Féfé ont chanté leur désaccord avec le parti de Marine Le Pen. Face à eux, 2.000 personnes étaient venues assister au concert et élever la voix contre le parti politique.

Des manifestations anti-FN avaient aussi eu lieu entre les deux tours de l'élection présidentielle en 2002, alors que Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen menaient leur campagne du second tour. Le 1er mai 2002, la France avait connu une vague de manifestations contre le Front national sans précédent. Rien qu'à Paris, entre 400.000 et 500.000 personnes s'étaient déplacées.

En à peine 15 ans le Front national serait-il devenu un "parti comme les autres"? "On a l'impression d'être passés dans une machine à désensibiliser", confie Antoine, présent lors du concert du 4 mais, au journal Le Monde. "On devrait être plus nombreux ce soir", clamait Audrey Pulvar quelques minutes avant, lors de son intervention face au public.

La dédiabolisation du parti d'extrême droite, entreprise depuis quelques années semble avoir porté ses fruits. Quand en 2002 les sanglots éclataient devant les résultats du premier tour, en 2017 certains dirigeants politiques se refusaient à donner une consigne de vote, un ni-ni impensable il y a encore quelques années. Mais alors que Jean-Marie Le Pen créait la surprise en accédant au second tour de la présidentielle, sa fille était sûre de figurer parmi les deux finalistes.

Que Marine Le Pen gagne l'élection ou pas dimanche 7 mai prochain, le paysage politique français se retrouvera transformé: les partis "traditionnel" ayant été mis à mal par de nouveaux mouvements.

Il y avait 2.000 spectateurs lors du rassemblement anti-FN jeudi 4 mai.


Commentaires

-