Conférence de presse de François Molins: un suspect, proche de Radouane Lakdim, placé en garde à vue

Conférence de presse de François Molins: un suspect, proche de Radouane Lakdim, placé en garde à vue

Publié le :

Vendredi 23 Mars 2018 - 20:35

Mise à jour :

Vendredi 23 Mars 2018 - 20:35
Le procureur de la République Paris, François Molins, a tenu une conférence de presse ce vendredi soir et donné plus de détails sur la prise d'otage qui a eu lieu à Trèbes, dans l'Aude. Il a annoncé qu'un proche de Radouane Lakdim avait été placé en garde à vue.
© Martin BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

François Molins, procureur de la République de Paris, a tenu une conférence de presse ce vendredi 23 après la série d'attaques à Carcassonne et Trèbes, dans l'Aube. Ces attaques, dont le bilan s'élève ce vendredi soir à trois morts, ont été perpétrées par Radouane Lakdim.

Un des proches du terroriste, qui a été tué lors de l'assaut des forces de l'ordre à 14h30, a été placé en garde a vue pour "association de malfaiteur en relation avec une entreprise terroriste".

Selon François Molins qui a tenu cette conférence de presse au tribunal de grande instance de Carcassonne, cette personne "partageait la vie du suspect" et serait donc sa compagne.

A voir aussi: Attentat à Trèbes - le gendarme qui a échangé sa vie contre celle de l'otage

Le procureur de la République de Paris a aussi donné plus de détail sur l'identité du terroriste tué ce vendredi: "l’auteur des faits s’appelle Radouane Lakdim, né le 11 avril 1992 au Maroc. Fiché S depuis 2014, il est connu de la justice pour des faits de droit commun. Il a en effet été condamné par le tribunal correctionnel de Carcassonne le 29 mais 2011 à une peine de un mois d'emprisonnement avec sursis pour une infraction de port d'arme prohibée. Et il a été à nouveau condamné le 6 mars 2015 pour usage de stupéfiants et refus d'obtempérer à une peine d'un mois d'emprisonnement. peine d'emprisonnement qui a été exécutée effectivement en août 2016 (…)".

Il faisait l'objet d'un suivi de la part des services de renseignement en 2016 et 2017. Mais ce suivi "n'a permis de mettre en évidence aucun signe précurseur d’un éventuel passage à l’acte terroriste".

Le procureur en aussi revenus sur "les premiers éléments de l'enquête" qui d'après lui "permettent d’établir que l’auteur des faits est entré dans le magasin en criant «Allahou akbar» et en indiquant qu’il était un soldat de l’Etat islamique, demandant la libération de frères et se disant prêt à mourir pour la Syrie".

Il a enfin indiqué que "les faits commis ce jour nous rappellent (…) que le niveau de la menace terroriste sur le territoire n’a pas faibli" et adressé ses pensées aux victimes et à leurs proches.

François Molins a tenu une conférence de presse après la série d'attaques terroristes à Carcassonne et Trèbes, dans l'Aude.


Commentaires

-