Congrès PS: les résultats définitifs du succès de Jean-Christophe Cambadélis

Auteur(s)
DD.
Publié le 22 mai 2015 - 19:49
Image
Jean-Christophe Cambadélis.
Crédits
©Zihnioglu Kamil/Sipa
Le vote s'annonçait comme un piège, il a finalement été un succès total pour Jean-Christophe Cambadélis.
©Zihnioglu Kamil/Sipa
La victoire était annoncée depuis jeudi, les chiffres viennent la confirmer ce vendredi: la motion de Jean-Christophe Cambadélis pour le prochain congrès du PS réalise un score plus de deux fois supérieur à la motion B, identifiée comme celle des "frondeurs". La victoire est donc sans appel pour la ligne la plus proche du gouvernement et de l’Élysée.

Il revendiquait la victoire depuis jeudi soir, les chiffres quasi définitifs ont été annoncés vendredi. Comme attendu, la motion A de Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS, a obtienu un score de 60% auprès des militants qui ont voté jeudi soir et devrait constituer la ligne du parti qui sera définie lors de son prochian congrès, les 5, 6 et 7 juin à Poitiers (Vienne). Une bonne nouvelle pour le Premier ministre Manuel Valls et le président de la République François Hollande, dont la marge de manœuvre devrait être grandement facilitée pour la fin du quinquennat.

La motion B, défendue par tous les détracteurs socialistes de la politique économique du gouvernement Valls et menée par le "frondeur" Christian Paul, échoue juste en-dessous de la barre des 30% (29%). Une déception  pour ses supporters qui, même s’ils n’envisageaient pas de gagner, souhaitaient réaliser un score qui pousserait sans appel à une remise à plat de la position du PS.

Quant aux deux autres motions, elles réalisent des score très inférieurs. La "D", portée par Karine Berger, obtient 9,5% des voix. Quant à la "C", soutenue par la méconnue Florence Augier et présentée comme une "œuvre collégiale des militants", elle ne totalise que 1,5% des suffrages.

Après ce premier succès, Jean-Christophe Cambadélis se soumettra jeudi prochain au vote des militants, en tant que premier signataire de sa motion, face à Christian Paul, le premier signataire de la motion B, arrivée seconde. Le vainqueur de ce scrutin prendra alors la tête du Parti socialiste. Compte tenu de la majorité absolue, avec un écart considérable obtenue par la motion A, l’issue du vote ne fait plus de doute.