COP21: Laurent Fabius toujours président, au grand dam de Ségolène Royal

"Clarifier les règles du jeu"

COP21: Laurent Fabius toujours président, au grand dam de Ségolène Royal

Publié le :

Vendredi 12 Février 2016 - 16:40

Dernière mise à jour :

Vendredi 12 Février 2016 - 16:46
S'il n'est plus ministre des Affaires étrangères depuis jeudi, Laurent Fabius reste président de la COP21 sur le climat, et pourrait devenir président du Conseil constitutionnel. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a estimé ce vendredi qu'il fallait "clarifier les règles du jeu".
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Capture d'écran BFMTV
-A +A

La ministre de l'Environnement Ségolène Royal a estimé ce vendredi 12 février qu'il fallait "clarifier les règles du jeu" concernant le cumul par Laurent Fabius des fonctions de président du Conseil constitutionnel et de président de la COP21 sur le climat.

"Il y a un débat qui a lieu (...) j'attends que les décisions soient prises, je ne demande rien, j'attends qu'on me dise exactement comment cela va se passer", a dit à la presse Ségolène Royal, qui a, depuis le remaniement de jeudi 11, le titre officiel de ministre "chargée des Relations internationales sur le climat".

Rival politique de longue date de Ségolène Royal, l'ancien ministre des Affaires étrangères doit être nommé à la tête du Conseil constitutionnel, mais souhaite aussi garder son titre de président de la COP jusqu'en novembre, lorsque la présidence de cette conférence sera transmise au Maroc. Ce cumul, qui pour l'intéressé ne pose pas de problème, a suscité des interrogations sur la compatibilité des deux fonctions. Lors de la passation de pouvoir au quai d'Orsay vendredi, Laurent Fabius. Fabius, à qui il était demandé s'il allait garder un bureau pour la présidence de la COP, a répondu: "Un bureau? Oui, sûrement".

Ségolène Royal pense elle que ce sont les parlementaires, qui vont auditionner Laurent Fabius en tant que futur président du Conseil constitutionnel, et à l'actuel président du Conseil, Jean-Louis Debré, de dire si les deux fonctions sont cumulables.

"Il y a des auditions devant l'Assemblée nationale et le Sénat qui sont prévues. Jean-Louis Debré peut donner un avis. Il faut attendre que les choses se clarifient", a déclaré Ségolène Royal, à la fin d'une réunion à Paris des ministres européens de l'Environnement sur les suites de la COP21. "Il faut clarifier les règles du jeu (...) pour que nos homologues à l'échelle planétaire puissent être au clair sur les procédures qui seront suivies", a-t-elle ajouté.

Ségolène Royal a indiqué que le président François Hollande se rendrait le 22 avril à New York pour la séance officielle de signature de l'accord de Paris, pour laquelle les chefs d’État ont été invités par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Au sujet de la réunion avec ses homologues, la ministre a fait part d'échanges "sur la coalition pour un prix du carbone, les transports propres et l'économie circulaire et sur l'idée qu'il y ait un maximum de chefs d’État et de gouvernement pour la signature au mois d'avril".

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

Les autres articles du dossier : 
Le 12 décembre 2015, Laurent Fabius a signé l'un de ses plus beaux exploits, en trouvant un accord international sur le climat.