Dans un magazine gay, Jean-Marie Le Pen se défend de toute homophobie

Dans un magazine gay, Jean-Marie Le Pen se défend de toute homophobie

Publié le :

Mardi 06 Mars 2018 - 14:40

Mise à jour :

Mardi 06 Mars 2018 - 15:06
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Déjà poursuivi pour provocation à la haine ou à la violence et injure envers les homosexuels, Jean-Marie Le Pen a multiplié les déclarations polémiques dans un entretien à un magazine gay. Tout en se défendant d'être homophobe.

Il doit comparaître en juin pour provocation à la haine ou la violence envers les homosexuels. Jean-Marie a accordé un entretien à Friendly, un bimestriel qui se présente comme le magazine "de la nouvelle génération gay décomplexée". Au cours de cet entretien, il s'est défendu d'être homophobe.

"Non, pas du tout. D'ailleurs, la plupart de mes collaborateurs sont homosexuels. Dans le fond, c'est leur problème personnel, c'est un élément de leur personnalité, c'est leur choix intime que je respecte", a fait savoir le cofondateur du Front national.

Néanmoins, Jean-Marie Le Pen s'est quand même fendu de quelques sorties polémiques. "A partir du moment où les homosexuels ne mettent pas leurs mains dans ma braguette ou dans celle de mes petits-enfants, et qu'ils ne se promènent pas avec une plume dans le cul sur les Champs-Elysées, ça m'est égal", a-t-il ainsi fait savoir.  

Voir aussi: Jean-Marie Le Pen devant le tribunal, poursuivi pour des déclarations sur les homosexuels

Pêle-mêle, il se déclare ensuite opposé à "la Gay pride" et au "mariage pour tous", et assure faire une différence "entre les homosexuels et les homosexualistes, qui sont ceux qui transforment leur choix sexuel personnel en idéologie politique". Et d'ajouter que les agressions contre les homosexuels "viennent généralement de la part des musulmans, qui ont dans ce domaine un rigorisme plus marqué que d'autres religions".

Celui que ses partisans surnomment le "Menhir" avait affirmé en mai 2016 dans une vidéo mise en ligne sur Internet: "Je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse... interdites, mais tout de même, dans l'exaltation de l'homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l'enfance et la jeunesse". Des propos outranciers qui lui valent d'être mis en examen pour provocation à la haine ou la violence envers les homosexuels.

Peu après la cérémonie d'hommage en l'honneur de Xavier Jugelé, policier abattu sur les Champs-Elysées lors d'un attentat, et homosexuel (son compagnon s'exprimait lors de la cérémonie), l'eurodéputé avait asséné: "Je pense que cette particularité familiale doit être tenue à l'écart de ce genre de cérémonie, qui gagnerait d'ailleurs à plus de discrétion".

 

Jean-Marie Le Pen sera jugé en juin pour provocation à la haine envers les homosexuels.


Commentaires

-